,

Iran: L’état de la fragile à l’intérieur et à l’international …

وضعیت حاج قایم سلیمانی

Posted by Fariborz Momtahen on Sunday, July 29, 2018

, ,

Iran:La valseur de la monnaie nationale a chuté de 120% au cours des six derniers moi.

La monnaie iranienne, le rial, s’échange aujourd’hui à 101.000 dollar américain et plus, indiquent de nombreux rapports en provenance de l’Iran. La valeur de la monnaie nationale a chuté de 120% au cours des six derniers mois.

” L’inflation augmentera de 20 à 50% avant mars 2019 “, a déclaré Vahid Shaghaghi, un économiste lié au régime iranien.

Des facteurs internes tels que la corruption massive des autorités serait le principal moteur de la crise économique en Iran.

“L’augmentation du prix du dollar rapporte des revenus au gouvernement, bien que le gouvernement ne soit pas prêt à accepter cette réalité”, a déclaré l’ancien ministre du commerce, Yahiya Al Eshagh aux médias officiels.

L’économie iranienne est monopoliosée par un régime corrompu et ses Gardiens de la révolution, tandis que le peuple iranien est l’otage de ce statu quo extrêmement dangereux.

Compte tenu de la valeur de la monnaie iranienne, des bas salaires et des chèques de paie qui n’augmentent pas au rythme de l’inflation et de la flambée des prix, le peuple iranien est en train de perdre son pouvoir d’achat et la précarité se développe à une vitesse éclaire.

Lorsque la monnaie d’un pays perd plus de 50% de sa valeur, c’est toute la population qui en souffre, car l’argent sur leurs comptes bancaires et les chèques de paie perdent de leur valeur. Les premières victimes sont des gens ordinaires.
adcali.com 29 Juillet 2018

, ,

Iran: Les dirigeants de Téhéran sont ” désespérés “

Certains responsables de la République islamique se sont laissés influencer par ” les campagnes médiatiques ” et sont ” désespérés “, dit le chef des Gardiens de la révolution
La menace d’une éventuelle intervention militaire américaine ” n’est pas très sérieuse “, a affirmé vendredi 27 juillet 2018, le chef des Gardiens de la révolution, dans un entretien avec l’Agence officielle de presse Fars, avant d’ajouter que ” les faiblesses et les menaces intérieures sont bien plus sérieuses “.

” Le problème de la gestion du pays ” est un problème majeur qui est dû à ” une vision occidentale et une façon de penser libérale ” dans l’administration, a encore dit Mohammad Ali Jafari, dans le même entretien.

Le chef des Gardiens de la révolution a également reconnu que certains responsables de la République islamique se sont laissés influencer par ” les campagnes médiatiques ” et sont ” désespérés “.

Ces aveux arrivent juste après les menaces proférées la veille par le Général Qasem Soleimani, le chef de la Force Qods, l’unité d’élite des Gardiens de la révolution pour les opérations extraterritoriales, de frapper les forces américaines dans la Mer Rouge.

” La Mer Rouge n’est plus sécurisée pour la présence des Américains “, avait dit jeudi 26 juillet 2018, le Général Qasem Soleimani lors d’une intervention dans la ville d’Hamedan, dans le nord de l’Iran.

” Je me tiendrai tout seul devant toi “, a ajouté le chef de la Force Qods, en s’adressant au président américain, Donald Trump.

Certains responsables de la République islamique se sont laissés influencer par ” les campagnes médiatiques ” et sont ” désespérés “, dit le chef des Gardiens de la révolution
La menace d’une éventuelle intervention militaire américaine ” n’est pas très sérieuse “, a affirmé vendredi 27 juillet 2018, le chef des Gardiens de la révolution, dans un entretien avec l’Agence officielle de presse Fars, avant d’ajouter que ” les faiblesses et les menaces intérieures sont bien plus sérieuses “.

” Le problème de la gestion du pays ” est un problème majeur qui est dû à ” une vision occidentale et une façon de penser libérale ” dans l’administration, a encore dit Mohammad Ali Jafari, dans le même entretien.

Le chef des Gardiens de la révolution a également reconnu que certains responsables de la République islamique se sont laissés influencer par ” les campagnes médiatiques ” et sont ” désespérés “.

Ces aveux arrivent juste après les menaces proférées la veille par le Général Qasem Soleimani, le chef de la Force Qods, l’unité d’élite des Gardiens de la révolution pour les opérations extraterritoriales, de frapper les forces américaines dans la Mer Rouge.

” La Mer Rouge n’est plus sécurisée pour la présence des Américains “, avait dit jeudi 26 juillet 2018, le Général Qasem Soleimani lors d’une intervention dans la ville d’Hamedan, dans le nord de l’Iran.

” Je me tiendrai tout seul devant toi “, a ajouté le chef de la Force Qods, en s’adressant au président américain, Donald Trump.

adcali.com 29 juillet 2018

, , ,

Iran: Vidéo / Amnesty : Le régime iranien doit arrêter de construire une route sur les fosses communes des opposants

Publié le 28 juillet 2018.

Amnesty International a lancé une campagne urgente pour empêcher le régime iranien de construire une route au-dessus des fosses communes des prisonniers politiques assassinés dans les années 1980.

Le groupe de défense des droits de l’homme exhorte les populations du monde entier à écrire aux responsables du régime qui ont pris cette décision et à leurs représentants diplomatiques locaux avant le 6 septembre.

Amnesty recommande que chaque lettre demande au Régime de :

– arrêter la destruction de ces tombes

– permettre aux proches d’enterrer leurs morts avec dignité

– cesser de harceler les familles qui cherchent à obtenir la justice pour leurs proches

– reconnaître que les fosses communes sont des lieux de crime qui devraient faire l’objet d’une enquête par des experts médico-légaux

– mener une enquête criminelle approfondie sur les disparitions, notamment en demandant des comptes aux responsables.

Projet routier

Le 20 juillet, des photos et des vidéos montrent la destruction de la structure en béton qui distingue les fosses communes, ainsi que les pierres tombales de dizaines de tombes individuelles, avec des fils barbelés et une haute surveillance entourant maintenant le site.

Un panneau officiel sur le site indique que le régime des mollahs y construira un boulevard et un parc, malgré les promesses initiales que le régime a faites aux familles, et selon lesquelles le projet ne nuirait pas aux tombes.

Amnesty a écrit : « La destruction des tombes fait suite à une campagne de disparitions forcées menée pendant trois décennies par les autorités, qui a consisté à dissimuler la vérité sur le sort et le lieu où se trouvaient les personnes assassinées de façon extrajudiciaire en 1988, à refuser aux familles le droit de recevoir et d’enterrer les restes de leurs proches selon leurs traditions, à profaner les tombes en transformant le site en dépotoir, à interdire les rituels de deuil et à réprimer tout débat public critique sur les massacres. »

Massacre de 1988

En 1988, sur ordre du Guide Suprême de l’époque, Ruhollah Khomeiny, 30 000 prisonniers politiques, principalement des membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) ont été exécutés en seulement quelques mois. Beaucoup de ceux qui ont été tués, dont des adolescents et des personnes âgées, ont déjà purgé leur peine et attendaient d’être libérés.

Leur massacre a été couvert par le régime et leurs corps enterrés dans des fosses communes. Leurs familles ont toujours été menacées d’arrestation et même d’exécution pour avoir posé des questions sur le massacre de 1988, qui constitue une forme de torture interdite par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et un crime au regard du droit international.

Le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées ou involontaires a déclaré : « Une détention suivie d’une exécution extrajudiciaire est, à proprement parler, une disparition forcée si, après la détention ou même après l’exécution, les agents de l’État refusent de révéler le sort ou le lieu où se trouvent les personnes concernées ou refusent de reconnaître que l’acte a été perpétré. »

adcali.com 28 juillet 2018

Iran, Ahvaz, (Padad Shahr) destruction des tombes des martyrs du massacre de 1988. Le 17 juillet

, ,

Iran:En souvenir des 30 000 roses rouges qui ont péri à l’été 1988 , It appalling that the world has allowed the murderous Iranian Regime to exist this long.

Au cours de l’été 1988, le premier chef suprême du régime iranien, Khomeini, a émis une fatwa (décret religieux) appelant au massacre de ses opposants politiques. En conséquence, 30 000 prisonniers politiques principalement partisans de l’OMPI ont été exécutés en l’espace de quelques mois.

Comme le mentionne dans son livre “Ennemis of the Ayatollahs”

C’est l’une des nombreuses raisons qui “transforment le fondamentalisme islamique en fascisme sous le manteau de la religion, et le rendent comparable à la” solution finale “nazie et à l’utilisation de camps de concentration.”

C’est maintenant le 30ème anniversaire du massacre.

Que l’on sache qu’aucun auteur de ce crime contre l’humanité n’a été traduit en justice. , beaucoup de criminels qui ont participé au massacre des prisonniers occupent des postes gouvernementaux importants!

– le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme devrait immédiatement mettre en place un comité indépendant chargé d’enquêter sur le massacre de 1988 et de placer ensuite les responsables devant la justice.

– le Conseil de sécurité de l’ONU devrait prendre des dispositions pour que les dirigeants du régime soient poursuivis pour avoir commis un crime contre l’humanité.
adcali.com 27 Juillet 2018

,

Nous n’oublions pas les 30 000 prisonniers tués par les mollahs au pouvoir …

L’exposition sur le 30e anniversaire du massacre de 30.000 prisonniers politiques de l’été 1988 en Iran.

, , ,

Le verdict de clôture de l’affaire de la pulvérisation d’acide aux filles d’Ispahan par l’ordre du Vendredi Imam de cette ville, par le système judiciaire des mollahs en Iran

Iran”
Le verdict de clôture de l’affaire de la pulvérisation d’acide aux filles d’Ispahan par l’ordre du Vendredi Imam de cette ville, par le système judiciaire des mollahs en Iran

Les auteurs des attaques à l’acide d’Ispahan n’ayant jamais été retrouvés, la justice iranienne vient de clore le dossier. En 2014, l’Imam d’Isfahan, Yousef Tabatabai Nejad, avait appelé à punir les femmes qui ne portaient pas le hijab. Quinze femmes furent vitriolées. La plupart perdirent un œil et l’une d’entre elles mourut.
adcali

, ,

Pompeo condamne la répression, la corruption et le terrorisme du régime iranien.

Dimanche 22 juillet 2018, lors d’une intervention à la bibliothèque Reagan à Los Angeles, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a condamné les violations des droits de l’homme en Iran, la corruption des autorités iraniennes, l’exportation du terrorisme et une tentative d’attentat à la bombe contre un rassemblement de l’opposition iranienne en France.

Voici quelques extraits de ce discours qui a été prononcé devant la communauté irano américaine de la Californie :

Un peu plus tôt ce mois-ci, un “diplomate” iranien basé à Vienne a été arrêté et accusé d’avoir fourni des explosifs pour un attentat à la bombe terroriste qui devait cibler un rassemblement politique en France. Cela vous dit tout ce que vous devez savoir sur le régime.

Le régime et ses alliés dans le terrorisme ont laissé une traînée de sang des dissidents à travers l’Europe et le Moyen-Orient. En effet, nos alliés européens ne sont pas à l’abri de la menace que le terrorisme fait peser sur le régime.

En même temps qu’ils essaient de convaincre l’Europe de rester dans l’accord nucléaire, ils complotent secrètement des attaques terroristes au cœur de l’Europe.

Le niveau de corruption et de richesse des dirigeants du régime montre que l’Iran est dirigé par un appareil qui ressemble plus à la mafia qu’à un gouvernement.

Nous demandons à toutes les nations qui en ont assez du comportement destructeur de la République islamique de se joindre à notre campagne de pression, aussi bien nos alliés du Moyen-Orient que de l’Europe, des gens qui sont eux-mêmes terrorisés par les activités violentes du régime depuis des décennies.

Après 40 ans, les fruits de la Révolution islamique iranienne sont bien amers ; 40 ans de kleptocratie ; 40 ans de gaspillage de la richesse du peuple en faveur du terrorisme ; 40 ans d’emprisonnement pour avoir exprimé leurs droits.

Malgré le bilan clair des agressions du régime, l’Amérique et d’autres pays ont passé des années à chercher un modéré dans leur administration. C’est comme si on était en quête d’une licorne en Iran !

Les aspirations révolutionnaires du régime et sa volonté de de violence n’ont produit personne pour diriger l’Iran que l’on puisse qualifier de modéré ou d’homme d’État.

Certains pensent que le président Rouhani et le ministre des Affaires étrangères Zarif sont des modérés. La vérité, c’est que leur politesse apparente n’est qu’une arnaque de l’Ayatollah pour duper le monde entier. Leur accord nucléaire n’a pas fait d’eux des modérés, il a fait d’eux des loups vêtus de peau de mouton.

Le régime ne peut tolérer dans la société des idées qui le contrediraient ou qui le mineraient. C’est pourquoi, depuis des décennies, le régime réprime sans relâche les droits de l’homme, la dignité et les libertés fondamentales de son propre peuple.

Depuis décembre, les Iraniens sont descendus dans la rues dans les manifestations les plus solides et les plus durables qu’on ait connu depuis 1979. Certains crient le slogan ” les gens s’appauvrissent tandis que les mollahs vivent comme des dieux” tandis que d’autres choisissent de fermer le Grand Bazar à Téhéran.

Les griefs sont différents, mais tous ceux qui expriment leur insatisfaction partagent une chose : ils ont été maltraités par un régime révolutionnaire. Les Iraniens veulent être gouvernés avec dignité, responsabilité et respect.

En janvier dernier, le régime a accueilli le Nouvel An avec l’arrestation de 5000 de ses propres citoyens ; ils appelaient pacifiquement à une vie meilleure. Des centaines de personnes seraient toujours derrière les barreaux et plusieurs d’entre elles ont été tuées par leur propre gouvernement ; les dirigeants l’appellent cyniquement ” un suicide”.

ascali.com 23 Juillet 2018

, ,

Mbappé : le joueur va reverser sa prime aux enfants handicapés Mbappé : un champion engagé.

Kylian Mbappé, en plus d’être un vrai prodige du football, est aussi l’un des parrains de l’association Premiers de Cordée, créée en 1999, qui s’occupe d’enfants handicapés et hospitalisés. Le célèbre attaquant du Paris Saint-Germain lui apporte son soutien depuis juin 2017.
Aider les enfants handicapés
Après la victoire des Bleus en finale, Kylian Mbappé, le virtuose du ballon rond, âgé d’à peine 19 ans et sacré meilleur jeune joueur, s’est engagé à reverser la totalité de sa prime sportive aux enfants soutenus par l’association. Ce sont les parents du footballeur qui ont prévenu Premiers de Cordée du choix fait par leur fils. Le montant du don offert par Kylian pourrait atteindre les 400.000 euros. Cette annonce généreuse a déclenché une vague de demandes d’interviews auprès de l’association.

Un parrain actif
Ce n’est pas la première fois que Kylian Mbappé aide concrètement Premiers de Cordée. En effet, il n’hésite pas à jouer au foot avec les enfants handicapés lorsqu’on le lui demande. Interrogée à ce sujet, l’association a confirmé : « Il adore ça ». Par ailleurs, Kylian a déjà participé à plusieurs événements organisés au sein de trois hôpitaux, notamment celui de Bondy, la ville où il a commencé sa carrière fulgurante. Le jeune champion préfère agir ainsi, sur le terrain, en faisant ce qu’il sait faire de mieux, jouer au football, plutôt que faire de longs discours de soutien, sans portée réelle.

Premiers de Cordée
Pour initier les enfants hospitalisés à la pratique sportive, l’association a lancé pour eux un programme, baptisé « Sport à l’hôpital ». Celui-ci leur permet de participer à des stages gratuits durant toute l’année. Jusqu’à présent, environ 5.000 enfants ont suivis ces stages. Très active, Premiers de Cordée mène également divers programmes de sensibilisation au handicap, dans différents cadres, professionnels et scolaires. Elle a ainsi créé deux actions ciblées : « Handisport en entreprise » et « Handisport à l’école ».

Une journée dédiée
En mai dernier, au cours de la Journée Évasion organisée le 16 mai au Stade de France, Kylian Mbappé a aussi répondu présent, tout comme de nombreux autres sportifs de haut niveau. Depuis cinq années consécutives, ce grand événement permet à près de 3.000 enfants en situation de handicap, ou atteints d’une maladie, de venir avec leur famille pour s’initier à différents sports. Au programme de cette journée de découverte sportive, soutenue par la présence de grands champions, différentes disciplines sont présentées, collectives ou individuelles. On y trouve le football, bien sûr, mais aussi le rugby, le basket et le handball, sans oublier le tennis, le golf, la boxe ou l’athlétisme.

Une initiative suivie
Le choix du jeune attaquant prodige a inspiré d’autres joueurs de l’équipe de France de football. Tout comme lui, certains autres champions du monde se sont aussi engagés à reverser une partie de leurs gains à des associations qui mènent des actions de soutien dans le secteur du handicap.

Le Bulletin des Communes vous suggère aussi : A lire
https://bulletindescommunes.net/mbappe-un-champion-engage/

adcali, com 21 juillet 2018

, ,

Iran: 21 juillet 1952, anniversaire de la nationalisation d’Iran Pétrole.

Rass Afshar

La grande victoire du Premier ministre iranien et patriote, Dt.Mohamad Mosaddeq Sur W.Churchill.

ADCALI.COM 20 juillet 2018