, ,

Angelina Jolie a appelé l’alarme dans un camp de réfugiés…

« Angelina Jolie » * actrice américaine, dimanche 17 Juin Visitez en Irak, lors d’une conférence de presse a déclaré: «J’espère que cette année à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés (Vingtième Juin) que nous pouvons évoluer vers une nouvelle évasion ère des conflits et Nous constatons une réduction de l’instabilité, plus que nous ne faisons maintenant que sur les conséquences de ces conflits. ”

L’envoyé de l’ONU a déclaré: « Lorsque le HCR des Nations Unies en Syrie que la moitié des fonds prévus pour votre reçu et cette année,les conséquences humaines néfastes à suivre et ne doit pas se leurrer Donne “.

L’acteur poursuit: « L’aide n’est pas là, les services de santé des réfugiés de la famille sont des femmes et des filles contre la position de la violence sexuelle de la vulnérabilité,
de nombreux enfants ne sont pas à l’école et nous avons la possibilité d’investir perdre les demandeurs d’asile aux compétences acquises Et aidez leurs familles. ”

“Les habitants de Mossoul ont tout perdu”, a-t-il déclaré. Leurs maisons sont détruites et elles sont dans la pauvreté absolue.

adcali.com 18 Juin 2018

fa.rfi.fr

, , ,

Iran: un jour de plus et d’autres exécutions criminelles de mollahs…

les protestations des du Malgré des Défenseurs Droits de l’homme, le silence Mais Dans des chancelleries Européennes, le Prisonnier Mohammad Salas politique iranien was Exécuté à l’Comme Prévu par aube de cé le matin des Criminel régime mollahs.

Mohammad Yavari Salas, 51 ans, de derviches lors d’une manifestation le Février e à Saint-Golestan, a été arrêté. Le juge du régime clérical l’a condamné à mort dans un processus arbitraire et a même violé son propre régime. Il a dit à plusieurs reprises que sous la torture et la pression, il devait accepter des allégations qui n’avaient aucun rôle.

La règle de l’assassinat et du crime contre l’Iran, qui est la honte de l’humanité contemporaine, doit être rejetée de la famille des nations.

ADCALI .COM 18 juin 2018

, , ,

Le cas de Ramin Hossein Panahi a été à couper le souffle،Chute de la justice du début à la fin.

Iran: Imminent execution of Kurdish man must be halted.

Avant l’exécution prévue jeudi de Ramin Hossein Panahi, un homme de 22 ans de la minorité kurde iranienne qui a été condamné à mort en janvier pour “avoir pris les armes contre l’Etat” après un procès manifestement inéquitable et des allégations de torture, Philip Luther, directeur de la recherche et du plaidoyer d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a déclaré:

“Le cas de Ramin Hossein Panahi a été une erreur judiciaire à couper le souffle du début à la fin. Après avoir comparu à son procès portant des marques de torture sur son corps, il a été reconnu coupable en moins d’une heure.

Une erreur judiciaire à couper le souffle du début à la fin

Philip Luther, directeur de la recherche et du plaidoyer d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord
PARTAGEZ TwitterFacebookEmail
“Au cours de la période d’enquête, il s’est vu refuser l’accès à son avocat et à sa famille, ainsi qu’à tous les détails de la preuve contre lui. Dans une complète parodie du processus judiciaire, les agents du renseignement ont également fait pression à plusieurs reprises pour qu’il fasse une «confession» télévisée en échange de l’annulation de sa condamnation à mort. Son refus de se soumettre à cette pression l’a vu languir à l’isolement.

“Nous exhortons les autorités iraniennes à ne pas aggraver ce catalogue choquant de violations des droits de l’homme en procédant au déni ultime et irréversible des droits de l’homme. La condamnation à mort de Ramin Hossein Panahi doit être annulée avant qu’il ne soit trop tard. ”

Contexte

Ramin Hossein Panahi a été condamné à mort en janvier 2018 pour “avoir pris les armes contre l’Etat” (baqi). Sa condamnation était fondée sur son appartenance au groupe d’opposition kurde armé Komala, mais aucun élément de preuve le liant à des activités impliquant un meurtre intentionnel – le seuil requis en vertu du droit international pour imposer la peine de mort – n’a été présenté lors de son procès.

Amnesty International est opposée à la peine de mort dans tous les cas, sans exception, quelle que soit la nature du crime, les caractéristiques du délinquant ou la méthode utilisée par l’État pour tuer le prisonnier. La peine de mort est une violation du droit à la vie et de l’ultime châtiment cruel, inhumain et dégradant.

, , , ,

A lire : Le véritable horizon d’un rêve en Iran

Le véritable horizon d’un rêve nous mène sur les traces d’une jeune fille portée par le flot impétueux de la révolution de 1979 en Iran qui va l’entrainer dans une cascade de choix plus difficiles les uns que les autres, parce qu’elle est femme et opposée aux intégristes qui s’installent violement au pouvoir.

Tiraillée entre une culture qui la voudrait au foyer ou tout au plus à l’université, et un siècle de lutte active d’émancipation des femmes dans ce pays, la jeune Maliheh Moghadam va à chaque fois devoir choisir : opter pour une vie sans histoire, dans le giron familiale, plier sous la pluie de discriminations que font s’abattre les mollahs sur les femmes, ou opter pour la voie la plus ardue, celle où l’on relève la tête, la défense de la liberté à n’importe quel prix ?

De fil en aiguilles, de tracts en manifestations, de course poursuite avec la milice, de fuite réussie en évasion ratée, d’amitié poignante en trahison déchirante, ses pas vont toujours la mener vers l’option la plus ardue, poussée par l’aiguillon de la révolte.

Vive, intrépide, dotée d’un sens aigu de la répartie, elle tiendra tête à ses bourreaux depuis les interrogatoires jusqu’à son procès minute. Elle va être happée par plus d’une aventure jusqu’au fond du gouffre : elle va perdre ses frères bien-aimés avec qui elle avait une grande complicité, elle va gagner le respect de ses parents opposés à la voir suivre un chemin si dangereux, elle va voir mourir ses plus chères amies.

Et l’on découvre comment dans les prisons des mollahs, les femmes surprennent leurs geôliers par leur résistance et comment elles déstabilisent les tyrans en refusant de renoncer à leur propre humanité.

Jamais Maliheh ne laissera la flamme qui l’anime s’éteindre, jamais elle ne perdra de vue la lueur au bout du tunnel qu’elle va suivre avec ténacité jusqu’à regagner sa liberté

Ce livre ne retrace pas simplement l’histoire d’une jeune femme, il marque le parcours de dizaines de milliers d’Iraniennes qui vont ériger un rempart contre les mollahs misogynes et former une vague de révolte inédite au Moyen-Orient.

Le prix payé par Maliheh et toutes ces héroïnes maintenues si longtemps dans l’ombre, a donné naissance à une nouvelle génération de femmes qui sont aujourd’hui que Le leadership est la lutte et la résistance du peuple iranien contre les mollahs.

ADCALI.COM 16 JUIN 2018
« Le véritable horizon d’un rêve », 283 p, éd. Les Presses du Midi

A la FNAC – Sur Amazon –

, ,

Le suicide d’un demandeur d’asile iranien en Australie .

La Assosation Adcali exprime ses profonds regrets quant au suicide dramatique de Fariborz Karami, un demandeur d’asile âgé de 26 ans en Australie. Elle condamne par ailleurs les traitements méprisant s subis par les demandeurs d’asile iraniens dans ce pays et leur transfèrement sur l’île Nauru en Papouasie-Nouvelle-Guinée et rappel la responsabilité du gouvernement australien dans le respect de la dignité de ces réfugiés harassés.

adcali.com 16 juin 2018

,

Iran, les sidérurgistes d’Ahwaz en Iran scandent “l’ouvrier emprisonné doit être liberé”

Le mardi 12 juin, les travailleurs de l’Ahvaz Steel National Group ont poursuivi leur grève malgré la forte présence des forces répressives pour la troisième semaine consécutive avec le slogan « Les travailleurs détenus doivent être libérés ». Ils ont protesté contre l’arrestation de travailleurs, ainsi que contre le non-paiement de plusieurs mois de salaires, de primes et de gratifications de fin d’année (non versées depuis 2011).

Les travailleurs qui vivent dans des conditions extrêmes ont scandé : « L’ouvrier meurt ; il n’accepte pas l’humiliation ; Quittez la Syrie, pensez à nous ; Notre ennemi est ici, ils disent à tort que c’est l’Amérique ; Noble citoyen, soutien, soutien ; Mort à l’oppresseur, hommage à l’ouvrier. »

adcali.com 14 Juin 2018

“l’ouvrier emprisonné doit être liberé”

, , ,

En signe de protestation contre le hejab obligatoire : La championne d’échecs Soumya Swaminathan boycotte un tournoi en Iran

La seule façon pour moi de protéger mes droits est de ne pas d’aller en Iran “, dit Swaminathan sur Facebook
Soumya Swaminathan, grand maître et ancienne championne du monde junior féminine, s’est retirée du championnat d’échecs par équipes d’Asie, qui se tiendra à Hamadan, en Iran, du 26 juillet au 4 août, qualifiant la règle du port obligatoire du “hejab” de violation de ses droits personnels.

“Je ne veux pas être obligée de porter un foulard ou une burqa. Je trouve que la loi iranienne sur le foulard obligatoire viole directement mes droits humains fondamentaux, y compris mon droit à la liberté d’expression et mon droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Il semble que dans les circonstances actuelles, la seule façon pour moi de protéger mes droits est de ne pas aller en Iran “, a déclaré la jeune femme de 29 ans, qui est numéro 5 en Inde et numéro 97 dans le monde parmi les femmes, sur son compte Facebook.

Plus tôt, en 2016, la meilleure tireuse indienne Heena Sidhu s’était retirée de la rencontre Asian Airgun en Iran pour la même raison.

, , ,

Une célèbre avocate arrêtée en Iran : Condamnée à prison pour un délit qu’elle ignore, par un tribunal qu’elle n’a pas vu !

Une célèbre avocate iranienne, Nasrin Sotoudeh, connue pour son engagement pour les droits de l’homme, a été arrêtée mercredi 13 juin à Téhéran.

C’est le mari de Nasrin Sotoudeh qui a annoncé mercredi (13juin 2018) son arrestation sur sa page Facebook. ” Nasrin a été arrêtée à la maison il y a quelques heures et transférée à Evin “, célèbre prison située dans le nord de Téhéran.

” Les agents qui l’ont interpellé lui ont expliqué qu’elle avait été condamnée à une peine de réclusion de cinq ans “, a ajouté Behrouz Khandan, dans une interview avec une radio en langue persane.

Les agents étaient munis d’un mandat d’arrêt, mais aucun document n’a été présenté sur la sentence prononcée par un tribunal dont Mme Sotoudeh ignorait sa constitution, a encore indiqué l’époux de l’avocate.

Agée de 55 ans, Nasrin Sotoudeh a défendu des journalistes, des activistes et des opposants arrêtés lors des grandes manifestations de 2009 contre la réélection contestée de l’ex-président ultraconservateur et populiste Mahmoud Ahmadinejad. Elle avait elle-même passé trois ans en prison entre 2010 et 2013 pour action ” contre la sécurité nationale ” et ” propagande contre le régime “.

En 2012, elle a reçu le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit par le Parlement européen. Récemment, elle a pris la défense de plusieurs femmes arrêtées pour avoir enlevé leur voile en public afin de protester contre son port obligatoire depuis la révolution islamique de 1979.

adcali.com 14 Juin 2018

, ,

Iran : Les escrocs au pouvoir.

Des hauts responsables du régime iranien sont impliqués dans d’énormes cas de détournements de fonds, de fraudes et de pots-de-vin
Des hauts responsables du régime iranien sont impliqués dans d’énormes cas de détournements de fonds, de fraudes et de pots-de-vin
La corruption de l’administration est tellement institutionnalisée en Iran, qu’elle est même devenue un sujet de prédilection pour la presse de l’État, surtout quand on entre dans le cadre des luttes d’influences à l’intérieur du sérail.

Hossein Raghfar, un économiste qui a des liens étroits avec le haut de la hiérarchie de la théocratie iranienne, est l’un des derniers à se focaliser sur ce sujet. “De nombreux escrocs ont été au pouvoir et les motifs de leur évasion du pays peuvent être facilement fournis”, dit notamment Raghfar dont les propos sont relayés par l’agence de presse ILNA.

Des détournements de fonds qui se comptes par milliards de dollars

Un détournement de fonds équivalant à 3,57 milliards de dollars de la Caisse d’épargne des enseignants est l’un des derniers exemples passés sous silence. Ces fonds proviennent de 5% des salaires des enseignants qui ont cotisé à cette Caisse d’épargne, soit plus de 800.000 enseignants à travers le pays.

Jabbar Kuchakinejad, chef de la commission d’enquête du Majlis (parlement du régime iranien), a donné lecture du procès-verbal rédigé par le parquet dans ce dossier.

“Quand la justice aura accès à cette affaire et commencera les mises en examen, le nombre des individus impliqués dans ce dossier pourrait augmenter “, a-t-il dit.

Trois leviers

Les personnes impliquées dans ces cas de détournement de fonds sont des agents jouissant d’un accès à trois actifs différents : l’argent, l’information et les liens avec les personnes au pouvoir.

Ceux qui sont proches de personnalités politiques et économiques puissantes ont plus de chances d’être impliqués dans des cas importants de détournement de fonds.

Des escrocs célèbres tels que Gholam Hossein Karbaschi, Fazel Khodadad, Shahram Jazaeri, Meh Afarid Khosravi, Babak Zanjani et Mohammad Reza Rahimi ont vu leur implication révélée à la suite d’une flambée dans les luttes intestines du pouvoir dans le sérail.

D’autres personnes inculpés sont rapidement évacués vers l’étranger avec la complicité des autorités de l’État. C’est le cas du Gouverneur de la Banque Melli, Mohammad Reza Khavari, qui s’est enfui au Canada après avoir détourné environ 715 millions de dollars.

Kuchakinejad mentionne également un autre suspect de détournement de fonds qui a fui l’Iran vers l’Allemagne avec environ 119 millions de dollars. (Agence de presse de Tasnim).

Récemment, le détournement de fonds d’un directeur d’une compagnie pétrolière a également été dévoilé après sa fuite à l’étranger.

Selon un autre député, Assadollah Qarekhani, un individu impliqué dans le détournement de 23,8 millions de dollars a pu fuir le pays trois heures seulement après la médiatisation de l’affaire. (Agence de presse du Majlis).

Coopération judiciaire

En plus des liens avec les officiels du pouvoir qui permettent aux escrocs de voler les biens publics, ceux-ci bénéficient également de la coopération du pouvoir judiciaire pour continuer leurs abus.

“L’incapacité du pouvoir judiciaire à prendre des mesures adéquates contre les escrocs conduira à une nouvelle recrudescence de la corruption “, a déclaré le vice-président du Majlis.

“Au cours des dernières décennies, il n’y a pas eu un seul cas où l’appareil judiciaire ait pris des mesures adéquates contre les officiels impliqués dans des fraudes et détournements de fonds “, déplore le vice-président du parlement (Agence de presse de l’ILNA).

Alors que de hauts responsables du régime iranien sont impliqués dans d’énormes cas de détournements de fonds, de fraudes et de pots-de-vin, plus de 20 millions de personnes vivent dans des bidonvilles dans une précarité extrême. Selon les chiffres officiels, 30% des Iraniens n’ont même pas les moyens de se procurer du pain pour leur repas.

L’armée de chômeurs, des enfants abandonnés et des sans-abri est en train de s’élargir de jour en jour. Ce contraste trop déchirant entre gouverneurs et gouvernés constitue une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment.

adcali.com 13 Juin 2-18

, ,

Iran : Dangereuse crise de l’eau.

L’Iran est en proie d’une crise de l’eau sans précédent dans son histoire
Une crise croissante de l’eau est devenue l’un des six super défis, selon les officiels de la théocratie iranienne.

Les zones humides d’Anzali dans le nord de l’Iran sont presque détruites, selon l’agence de presse ILNA.

Reconnue internationalement et considérée comme l’un des plus grands foyers d’oiseaux migrateurs et de poissons en Iran, les zones humides d’Anzali partagent maintenant le sort de 60 autres zones humides à travers l’Iran qui sont sur le point d’être complètement annihilées en raison de la politique de l’État.

Des villages sans eau

“3.000 villages de la province du Sistan et du Baloutchistan n’ont pas de réseau d’eau potable”, indique un député du parlement du régime iranien de la ville d’Iranshahr dans le sud-est de l’Iran.

“1 200 villages de cette province sont approvisionnés en eau par des camion-citerne “, a ajouté Mohammad Naeim Amini-Fard lors d’un entretien avec l’agence de presse ISNA.

De même, en raison du manque des ressources adéquates, des camion-citerne livrent de l’eau potable à 110 villages de la province du Golestan dans le nord de l’Iran, soit 44.849 habitants, selon l’agence de presse IRNA qui cite le directeur du département des eaux et égouts des villages.

Ce rapport attribue les pénuries d’eau à la négligence du régime iranien en ce qui concerne les besoins de consommation de cette province, notamment l’irrigation les terres agricoles dans la province du Golestan.

Une autre agence de presse, Tasnim, fait le focus sur la crise de l’eau à Ispahan (centre de l’Iran) : “Les tensions résultant des pénuries d’eau à Ispahan signalent d’ores-et-déjà une crise de l’eau à la fin de l’été. Comme les années précédentes, les bas niveaux des eaux dans les réserves du fleuve Zayandehrud au cours des huit derniers mois ont empêché les agriculteurs d’Ispahan d’avoir accès à l’eau de ce fleuve pour leur agriculture. Cette situation a déjà débouché sur de nombreuses des agriculteurs d’Ispahan manifestations contre le pouvoir en place “.

Province de Semnan : Pénurie d’eau potable

Un autre député du parlement du régime iranien évoque le cas de la baisse du niveau des eaux potables à la province de Semnan, dans le centre de l’Iran.

“La province de Semnan a besoin d’au moins 200 millions de mètres cubes d’eau. Sinon, les sécheresses forceront les gens à migrer vers Téhéran ou d’autres provinces voisines, ce qui entraînera des conditions dangereuses “, explique Hassan Beigi.

“Les conditions dans cette province sont devenues si difficiles que nous ne pouvons pas approvisionner en eau nos industriels “, ajoute le député.

La politique ou l’absence de la politique de l’État

Cette pénurie en eau n’est pas une fatalité. Elle est due à une politique débridée – ou à une absence de politique – dans les constructions des barrages et des excavations de puits destinées à acheminer l’eau vers les centres militaires, les industries et les terres agricoles qui appartiennent aux Gardiens de la révolution. La disparition des forêts et des zones humides et l’assèchement des terres agricoles sont conséquentes de cette politique.

Ces mesures détruisent les ressources en eau de l’Iran, poussant l’ensemble du pays dans une crise
de l’eau sans précédent dans de nombreuses provinces.

adcali.com 12 Juin 2018

Partagez: