, ,

Amnesty International -En 2018, nous avons remporté de nombreuses victoires.

Légalisation de l’avortement en Irlande, dépénalisation de l’homosexualité en Inde, abolition de la peine de mort dans l’État de Washington, …

On continue en 2019 ! ✊

Amnesty International France

adcali.com 02 Janvier 2019

,

Bonne année a tout le monde

Nous espérons que 2019vous apportera bonheur, santé et réussite ainsi qu’à ceux qui vous sont chers.
Nous espérons que ce sera l’année de la liberté et de la démocratie pour le peuple iranien et l’année de la paix et de la sécurité pour les peuples du monde.
Cordialement
Assosation Adcali

, ,

Nouvel An du 2019 Heureux a tous…

Nouvel An 2019 pour vous avec cette musique folklorique iranienne, je vous souhaite une agréable journée et de joyeuses fêtes.

Cette chanson vient de la région khoramabad de Lorestan, ville située khoramabad dans l’ouest de l’Iran au milieu des monts Zagros et au sud-ouest de la ville d’Ispahan.

Avec cette musique folklorique iranienne, je vous souhaite une agréable journée et de joyeuses fêtes. Cette chanson vient de la région de Lorestan, située dans l'ouest de l'Iran au milieu des monts Zagros et au sud-ouest de la ville d'Ispahan.

Posted by Hamid Assadollahi on Sunday, December 23, 2018

adcali.com 24 décembre 2018,

, ,

A la veille de la fête du Christ, Êtres la voix des prisonniers politiques, en particulier des prisonniers oints en Iran…

Le bel éclairage du bâtiment de sécurité néerlandais dans le sens de l’introduction de la campagne “Écrire pour les droits légaux” du visage permanent d’Athéna est également magnifique.

adcali.com 15 décembre 2018

, , ,

Iran Regime Breaks Legs and Shoulder of Political Prisoner in Vicious Beating.

12 December 2018.

By Staff Writer

Iranian political prisoner Arzhang Davoodi had both of his legs and his shoulder broken after being beaten and thrown off a staircase at Zahedan Central Prison in Baluchistan province, according to sources, and medical diagnoses say that he will not be able to walk without aid for the rest of his life.

Davoodi, 65, was summoned to the prison’s chief office on April 3, where his hands and feet were enchained. As he left the room, the deputy chief of the president shoved him off the staircase from the second floor and, as Davoodi’s feet and hands were still in shackles, he was unable to maintain his balance. This assault resulted in the breakage of Davoodi’s right thighbone and left tibia, the dislocation of his shoulder and bruises on his spinal cord.

Currently, Davoodi, a teacher, can barely walk even with a walker and is being kept in a dirty, dark room in the prison’s quarantine section, which is only worsening his already poor health.

Davoodi has been on hunger strike since March 3 in protest at being kept in a small solitary confinement unit since August 2017, with denial of access to family visits, phone calls, communications with prisoners, free airtime, reading, television, and access to medication and suitable food.

In an open letter, dated March 2018, Davoodi explained the reasons for his hunger strike.

He wrote: “I merely want some air and some sunlight, of which I’ve been inhumanly deprived since August. This shameless and lengthy suppression of my rights has worsened my heart condition and diabetes. It has caused my eyesight to become dim… When I was returned to Zahedan prison, my physical conditions further deteriorated, because I’m being held in a very small cell, known as ‘solitary no.2’ of the prison’s quarantine section… The very harsh measures seen in the prisons of this province is not only imposed against political prisoners. This nature is literally seen in all forms of this regime’s authorities who always resort to force.”

He also called on Zeid Ra’ad al-Hossein, the UN High Commissioner for Human Rights, and other human rights organizations to investigate Iran’s prisons.

Davoodi, who was taken to Zahedan prison in January, was arrested in 2003 for criticizing Iran’s human rights record in a documentary that investigated the suspicious death of Zahra Kazemi, a Canadian-Iranian photojournalist. During his time in prison, Davoodi has been repeatedly tortured, beaten, kept in solitary confinement and kept in unsanitary conditions.

Amnesty International has repeatedly called for Davoodi to be released immediately as he is a “prisoner of conscience”.

, ,

Iran:un petit prince au pays des mollahs.

Summer Harman : Elle est diplômée de Film & Animation ; designer ; scénariste et dessinatrice. Elle a consacré son temps à de nombreux projets de défense des droits de l’homme, dont Un petit prince au pays des mollahs . Massoumeh Raouf Basharidoust : Engagée dans la « Campagne du mouvement pour la justice en faveur des victimes du massacre de 1988 », elle se bat aujourd’hui pour faire traduire en justice les auteurs de ce « crime contre l’humanité resté impuni ». Elle est un ancien prisonnier politique et son frère cadet, Ahmad Raouf Basharidoust, est une victime de ce massacre.

En savoir plus à ce sujet:

https://iran-petit-prince.blogspot.com/

adcali.com 10.12.2018

, ,

5e jour de manifestation des étudiants en faveur des grévistes du Khouzistan.

Les étudiants de la faculté des arts de l’Université de Téhéran manifestent depuis mercredi en solidarité avec les sidérurgistes d’Ahwaz et les travailleurs de la canne à sucre de la Compagnie de Haft Tapeh en grève dans la province du Khouzistan (sud-ouest de l’Iran).

Les sidérurgistes du Groupe National d’Acier (GNA) sont en grève depuis 23 jours et les travailleurs de la canne à sucre depuis 28 jours. Ils protestent tous contre plusieurs mois de paiement en retard de leur salaire et contre un système mafieux qui s’est emparé de l’économie iranienne pour se remplir ses poches au détriment des conditions de vie des travailleurs.

” Etudiants, travailleurs, enseignants, unité”, ont notamment scandé les étudiants dimanche.

Ils ont également réclamé la libération d’Ismaïl Bakhchi, l’un des dirigeants syndicaux de la canne à sucre torturé en prison, en scandant ” Ils ont pris Ismaïl, nous sommes tous Bakhchi”.

adcali.com 03,12,2018

, , ,

Iran: étudier dans les écoles désaffectées et meurtrières dans les villes et les villages et tuer une jeune fille…

#Iran le mur de son école délabrée s’est écroulé sur Delnia. Cette enfant est morte sous les décombres à Sanandaj hier lundi. Pendant ce temps les mollahs dépensent des milliards dans la guerre en Syrie, au Yémen, en Irak et dans la répression

adcali.com 30 Octobre 2018

, , ,

Iran:Un dirigeant syndicaliste enfermé dans un hôpital psychiatrique.

Hachem Khastar, un dirigeant syndicaliste du corps enseignant à Mashhad, deuxième ville de l’Iran (dans le nord-est du pays) dont on était sans nouvelle depuis quelques jours, avait été interpellé sans mandat d’arrêt par l’Organisation des renseignements des Gardiens de la révolution (SAS) avant d’être enfermé dans l’hôpital psychiatrique d’Ibn-e Sina, le 23 octobre, indique l’épouse du syndicaliste, Sediqeh Maleki, dans une interview avec une radio en langue persane.

M. Khastar a été arrêté pour une raison inconnu par la SAS, avant d’être enfermé dans une unité de soins intensifs (USI) de l’hôpital psychiatrique, toujours pour des motifs non révélés, ajoute la même source qui précise que le dirigeant syndicaliste n’a jamais eu de précédents de maladies psychiatriques ou autre.

La nouvelle de l’arrestation et de l’enfermement de M. Khastar dans un hôpital psychiatrique a été donné par un coup de fil depuis le numéro d’un particulier, a révélé son épouse.

Dans les recherches effectuées par Mme Maleki avant d’être informé des lieux de détention de son époux, le Parquet de Mashhad a souligné que l’arrestation de M. Khastar ne faisait pas suite à un mandat émis par une instance judiciaire.

La visite du syndicaliste par son épouse a été conditionnée à la présence d’un représentant du procureur de Mashhad, ce qui laisse supposer l’implication de ce dernier dans cette affaire.

Lors de cette visite qui a eu lieu jeudi, M. Khastar a fourni davantage de détails sur les circonstances de son arrestation. Sorti de son domicile, le véhicule du syndicaliste a été poursuivi par une ambulance, avant que les personnes au bord de celle-ci le somme de s’arrêter. Aussitôt après son arrestation, M. Khastar a été transféré à l’hôpital psychiatrique avec la même ambulance.

L’épouse de M. Khastar s’est affirmé préoccupé du sort réservé à celui-ci et a lancé un appel pour sa libération.

L’arrestation de Hachem Khastar intervient au lendemain d’une grève générale du corps enseignant dans un grand nombre des villes de l’Iran.

Adcali.com 25 Octobre 2018