, ,

Paris: Exposition à l’occasion du 30e anniversaire du massacre de 30 000 prisonniers politiques dans le gouvernement des mollahs en Iran …

Une conférence cloturera l’expostion le vendredi 3 août à 15h à la Mairie du 1er arrondissement de Paris, en présence du M. le Maire, à laquelle vous êtes cordialement conviés à y participer.

Amnesty International vient de dénoncer les tentatives du régime pour supprimer les traces de fosses communes des victimes de ce terrible massacre resté impuni.

ADCALI.COM 1 août 2018

, ,

Iran : Les vêtements kurdes sont interdits dans les lieux publics…

Le lundi 11 juin, lors de la réunion du Conseil de l’orientation d’Oshnavieh, en Iran, les services de renseignement et les pasdarans ont proféré des menaces en interdisant aux habitants de porter des vêtements traditionnels kurdes à la fête de la cerise, dans les lieux publics et les réunions.
La fête de la cerise est une fête traditionnelle où les gens vendent les produits de leurs jardins. C’est aussi une occasion de faire vivre le folklore kurde.
Les citoyens seront sous le coup d’une décision du tribunal s’ils ne prêtent pas attention à cet avertissement donné par les services de renseignements et les pasdarans.
Le régime iranien veut détruire la langue et la culture kurde.

adcali.com 21 Juin 2018

, , ,

Iran : Trois personnes arrêtées à Machad pour publicité sur les tatouages

Iraj Sharifi, responsable de la police de la sécurité publique de la province de Khorassan-Razavi en Iran, a déclaré que les policiers avaient arrêté les responsables de centres de tatouage à Machad suite à une enquête sur Internet.

Ces personnes faisaient la promotion de tatouages corporels et postaient des annonces sur Internet. Il a déclaré qu’en surveillant les réseaux sociaux, l’un des principaux accusés à Machad, avait été identifié et arrêté en coordination avec les autorités judiciaires. Deux autres accusés liés à cette affaire ont également été arrêtés. Les enquêtes sont toujours en cours.

adcali.com 21 Juin 2018

, , ,

Iran- L’artisanat iranien en voie de disparition.

“Ça n’en vaut plus la peine. Je laisse tout tomber”, dit l’un des experts en émaillage à Ispahan
“Ça n’en vaut plus la peine. Je laisse tout tomber”, dit l’un des experts en émaillage à Ispahan
Les importations incontrôlées sont une caractéristique de la politique du régime iranien. La très célèbre et autrefois prospère industrie artisanale du pays est l’une des victimes de cette politique.

L’importation des copies chinoises moins chères que la production nationale a mené à la faillite bon nombre des artisans iraniens.

“Ça n’en vaut plus la peine. Je laisse tout tomber”, dit l’un des experts en émaillage à Ispahan, dans le centre de l’Iran.

L’artisanat iranien qui puise ses sources dans la Perse antique, était une activité bien fructueuse dans le passé, avec beaucoup de ventes en Iran même, surtout dans le tourisme, et des exportations importantes.

La politique des importations du régime iranien, notamment des produits artisanaux en provenance de la Chine, a donné le coup de grâce à cette activité nationale.

Aujourd’hui, dans la ville d’Ispahan, l’artisanat chinois est plus abondant que les produits d’Ispahan. Les marchandises chinoises ont presque englouti tout le marché iranien.

“Ispahan produit plus de 70% de l’ensemble du marché iranien de l’artisanat. Pourquoi la capitale de l’art et de l’industrie du pays devrait-elle permettre la vente de produits chinois “, demande Mehdi Mir Mohammadi, un artisan de 43 ans qui travaille dans ce domaine depuis près de 20 ans.

“Nous avons beaucoup parlé de cette question, mais nous sommes butés aux oreilles sourdes “, a-t-il ajouté.

Alors que l’Iran occupe le troisième rang mondial dans le secteur de l’artisanat, ses ventes se situent au 39e rang.

L’agence iranienne de presse ISNA rapporte que ” les importations de tapis et de produits artisanaux montent en flèche”.

“De mars à novembre 2017, la plus forte augmentation des importations a été observée dans la branche des industries, en particulier dans les tapis et l’artisanat, avec une augmentation de 357% par rapport à la même période l’année précédente”, indique la même source.

En plus d’importer des marchandises chinoises par des voies officielles, des personnes entretenant des relations étroites avec des responsables du régime iranien introduisent en contrebande de grandes quantités de produits artisanaux chinois en Iran. Cela ne laisse aucune chance à l’artisan iranien.

Les médias du régime reconnaissent le fait que la contrebande débridée de produits de l’artisanat chinois a conduit l’artisan iranien à abandonner ce domaine d’activité.

Malgré les prétentions du chef suprême Ali Khamenei, de soutenir les produits nationaux, les propres fonctionnaires du régime sont directement impliqués dans cette destruction des chaînes de production du pays.

Les intérêts du peuple iranien, les emplois dans l’artisanat, une importante source de revenus et la fierté de la culture iranienne sont littéralement en voie de disparition.

adcali.com 11 juin 2018

, , ,

Crise de l’éducation en Iran…

Les abandons précoces des écoles, les espaces d’études insuffisants, la pénurie d’enseignants, les environnements de classe dangereux et le manque d’infrastructures de base sont quelques-uns des signes d’une crise du système éducatif iranien.

De plus, il y a beaucoup d’incidents de harcèlement sexuel, dont les scandales ont récemment refait surface dans certaines écoles et qui ont emporté l’espoir d’un avenir meilleur.

Selon le chef du département de la rénovation, Mehrale Rakhshani, la qualité de l’éducation (en termes d’espace et de facilité) est «en dessous du seuil de pauvreté» et «en crise» dans 11 provinces; Le Sistan et le Baluchestan, le Nord Khorasan, Alborz, Téhéran, Qom et Gilan figurent en tête de liste. De nombreuses provinces sont également au bord de la «pauvreté», ce qui ne laisse que quelques-unes avec des conditions acceptables.

Parmi les causes de la crise de l’éducation, on trouve la désintégration des écoles. De nombreux instituts doivent subir des destructions et des rénovations; Rakhshani affirme que 27% des écoles doivent être rénovées et que 34% doivent être renforcées.
À partir de maintenant, 1700 écoles sont faites de matériaux portables, et 987 d’argile; La majorité de ces derniers sont basés au Sistan et au Baluchestan (ISNA 30 mai 2018).

Réduction budgétaire pour l’éducation

Malgré les problèmes existants, dont certains ont été discutés plus tôt, il y a une réduction continue du budget de l’éducation.

Le 24 décembre 2017, l’ISNA a publié une déclaration d’un parlementaire nommé Haji Babaei: «la part du budget annuel pour l’éducation est passée de 16% à 9% cette année».

Selon Babaei, les dépenses par étudiant en Iran sont en moyenne de 1 / 5ème d’un étudiant dans un pays développé.

Alors que l’analphabétisme est éradiqué ou du moins réduit au minimum dans de nombreux pays, il ne fait que s’aggraver en Iran; Les illettrés et les semi-analphabètes sont malheureusement de plus en plus nombreux, avec respectivement 10 et 15 millions de personnes; ce qui n’est pas surprenant quand, au lieu de mettre en œuvre des mesures d’amélioration, les responsables gouvernementaux continuent de piller la richesse nationale et de la dépenser à des fins malveillantes telles que le terrorisme et la guerre.

adcali.com 04 juin 2018.

, ,

Iran : Funérailles de l’artiste populaire Nasser Malak Motiei avec le slogan “Mort au dictateur”

Vidéos – Le dimanche 27 mai, les funérailles de la star de cinéma iranien, Nasser Malak Moti’i,,ont été célébrées avec la participation d’une foule nombreuse. La cérémonie s’est vite transformée en une manifestation contre la dictature. Les participant ont laissé éclater leur colère contre l’attitude méprisante du régime à l’égard d’artistes tels que Nasser Malak Moti’i et ont scandé : “Mort au dictateur, vive Nasser” ; “Honte à la radio-télévision d’Etat”.

Nasser Malak Moti’i, une des figures les plus importantes du cinéma iranien dans les années 1960-1970, a été privé de sa carrière artistique pendant quatre décennies et isolé par les autorités en raison de son refus d’adhérer aux politiques du régime islamiste. Il est décédé le vendredi 25 mai à l’âge de 88 ans.

Par crainte de voir les funérailles de cet artiste aimé de la population se transformer en un mouvement de protestations, les forces répressives ont déployé un contingent important de forces anti-émeutes et ont essayé de disperser la population avec des gaz lacrymogènes et en tirant en l’air. Les participants ont résisté et ont continué leur marche en scandant : ” honte aux forces de sécurité “.

adcali.com 27 Mai 2018

, , ,

Le quinzième anniversaire Décédé de l’artiste exceptionnel d’Emad Ram، Il est toujours avec nous…

«Je crois que l’artiste doit faire place à la liberté, et dire la souffrance et le bonheur et ce qui arrive à son peuple.»
Emad Ram
adcali.com 24 Mai 2018

, , ,

Iran:Artiste, écrivain et poète ،Sa place ne sont pas en prison!

Ces derniers jours, la première chambre du tribunal pénal de Kalat Naderi dans la province de Khorasan Razavi (dans l’est de l’Iran) a condamné Alireza Sepahi Laeen, écrivain et poète kurde, à recevoir 74 coups de câble pour avoir « offensé les autorités ».

Il a été convoqué l’année dernière et arrêté le 30 novembre, accusé d’avoir « répandu des mensonges et perturbé l’opinion publique », puis il a été libéré sous caution, le 9 décembre.

adcali.com 22 Mai 2018

, , ,

Iran: «Givai»,Ou des chaussures iraniennes traditionnelles.

Giovai est un estrade d’été, léger, durable et adapté aux longues marches, en particulier pour les hommes ruraux, y compris l’artisanat de régions de l’Iran. À Fars, Isfahan, Chaharmahal et Bakhtiari, Kermanshah et Zanjan, il y a aussi une production de ghee, ainsi que la production de gheye dans la ville de Sangan, dans la province de Markazi. Toutes les étapes de la fabrication de cette blouse sont faites à la main et sont généralement en fil de moquette, fil de soie et plancher en tissu, cuir ou caoutchouc.

adcali.com 18 Mai 2018

, , ,

24 % des visiteurs du Telegram sont en Iran.Qui est derrière le blocage du Telegram en Iran ?

Le blocage du Telegram est crucial pour toutes les clivages du sérail. L’application a été largement utilisée lors des récents soulèvements pour diffuser des vidéos des manifestations. Le maintien du régime dépend du blocage de la libre circulation des informations à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran.

Jusque-là cependant, les efforts de la théocratie pour bloquer les moyens de communication ont été vains. Les utilisateurs de Telegram en Iran ont eu recours à des réseaux privés virtuels (VPN), des proxys et d’autres outils pour contourner le blocage sur Telegram. Selon le Web site de classement Alexa, 24 % des visiteurs du Telegram sont en Iran.
adcali.com 8 Mai 2018