, , , , , , , ,

Heiko Maas: Stop the execution of Amir, Said and Mohammad!

Saideh Azadi a lancé cette pétition adressée à Professor Javaid Rehman (UN Special Rapporteur on the Situation of Human Rights in Iran) et à 1 autre
DE/ فارسی/ EN

During the November protests in 2019, thousands of Iranians protested against the oppressive regime in the country. Now three young men are to be executed. Amnesty International has already launched a public appeal (German version), which can also be supported!

The November 2019 protests were caused by the increase of the gasoline price, the desolate economic situation and the massive oppression of the Iranian people by the corrupt Iranian government that has been going on for 40 years. Thousands of demonstrators were arrested, dozens injured and hundreds shot during the demonstration. Among the dead were children and young people.

It has recently become known that among the group of detainees of the November protests in 2019, an Islamic Revolutionary Court in Iran has decided to execute three young men, Amir Hossein, Said and Mohammad. All three belong to the organisers of the November movement. Beforehand, these young men were forced, under severe torture, to confess their guilt of alleged criminal acts :

Amir Hossein Moradi, 25, lived in Germany for three years before returning to Iran to live with his mother and sister. He graduated from high school in computer science and worked as a seller of mobile phones, computers and software in Tehran.
Said Tamjidi is 27 years old and a student of electrical engineering.
Mohammad Rajabi is 25 years old and has high school diploma.
The destiny of these three young men could be my destiny: I am an exiled Iranian woman and had to flee Iran with my parents over 30 years ago due to the political situation and persecution by the government.

On November 16, 2019 Amir Hossein Moradi, Saeed Tamjidi and Mohammad Rajabi took part in protests in Sattar Khan Street in Tehran and were later arrested.

Their death sentence, is based on “enmity to God” (Moharebeh). The judiciary accuses them, amongst other things, of being riot leaders who set fire to petrol stations and banks during the November protests, filmed them and sent them to foreign media. They had acted against the Islamic Republic of Iran. The trial against the three young men was grossly unfair.

“Most of the accusations were wrong and they had been under torture to force them to make a forced confession”. They added that they “were fed up with the injustice in the country and took to the streets to protest against it”. All of them had forcibly disappeared for weeks after their arrest and had no access to their lawyer during the investigation phase. The “confession” of Amir Hossein Moradi, which was broadcasted in a propaganda video on state television days before his trial, was used as evidence to sentence them. The three men are currently imprisoned in Fashafouyeh prison in Tehran province.

*** Update 3 March 2020: According to reports, Amir Hossein, Said and Mohammad, along with 17 other protesters of the November protests, were transferred to Ward 1, suite 11 of the Greater Tehran Penitentiary in the immediate neighborhood of dangerous criminals! They are all suspected to be infected with coronavirus, after Amir Hossein is said to have been tested positive! Ward 1 is dangerous: In the same suite, Alireza Shir Mohammadi, a 21-year-old political prisoner, was stabbed to death in 2019 by two prisoners convicted of drug offences. Access to medical care and hygiene articles is also not available for them.

The families of these men have been in shock since the verdict was handed down, but must remain silent.

We, the undersigned, urge the representatives of the German government and UN human rights to put pressure on the Iranian government and to prevent these executions! It has been shown that public pressure can prevent executions.

Please help the people in Iran!

Sincerely,
The Undersigned

Read more:
https://www.change.org/p/heiko-maas-stop-the-execution-of-amir-said-and-mohammad?recruiter=56318601&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=petition_show&recruited_by_id=0d2c0750-cd6e-0130-472e-00221967ea1d&utm_content=fht-20655045-de-de%3Av2

adcali.com 27 June 2020

, , , , , ,

CONDAMNATION INTERNATIONALE DES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME DE L’IRAN.

he UN High Commissioner condemned the execution in Iran.

The human rights situation in Iran has been appalling for years. Despite calls from international organizations for the regime to end its policies of suppression in the country, it can only be acknowledged that the situation continues to get worse.

Le jeune homme a été arrêté puis condamné à mort pour un crime qu’il aurait commis alors qu’il n’avait pas 18 ans. Selon le Haut-Commissaire, le processus judiciaire qui a suivi son arrestation et qui a conduit à sa condamnation à mort a été “profondément vicié”.

Début avril, Danial Zeinolabedini, une autre personne mineure au moment de son crime présumé, a été exécutée. Il avait été transféré à la prison de Miandoab dans la province de l’Azerbaïdjan occidental et a été sévèrement battu avant d’être exécuté.

Et samedi dernier, le 18 avril, des informations indiquent que Majid Esmailzadeh, un autre enfant délinquant, a été exécuté à la prison d’Ardabil, dans la province du même nom.

Le Haut Commissaire a déclaré que l’exécution de ces enfants délinquants allait à l’encontre des lois internationales sur les droits de l’homme. Elle a déclaré que les experts et plusieurs organismes des Nations Unies “avaient clairement indiqué à maintes reprises que l’imposition de la peine de mort pour les délits commis par des personnes de moins de 18 ans au moment de l’infraction était strictement interdite”.

La Haut-Commissaire a également souligné que son bureau s’était entretenu à plusieurs reprises avec le gouvernement iranien à ce sujet, mais que rien n’avait changé. «C’est à la fois regrettable et, étant donné l’illégalité manifeste de ces actions, répréhensible. Je réitère mon appel aux autorités iraniennes pour qu’elles honorent leurs obligations internationales en matière de droits de l’homme, arrêtent immédiatement toutes les exécutions de mineurs et commuent toutes ces condamnations à mort. »

adcali.com 27 Avril 2020

, , , , , , ,

Iran : Exécution criminelle d’un prisonnier à Saqqez, arrêté à l’âge de 17 ans.

À l’aube du 21 avril, des membres du régime ont exécuté le clerc inhumain Shayan Saudpour, qui avait 17 ans au moment de son arrestation en 2015. “L’Iran s’est échappé lors des troubles à la prison de Saqez le 27 mars, mais a été renvoyé quelques jours plus tard et emprisonné à la prison de Sanandaj. Les détenus de Saqqez se sont mis en grève pour protester contre leur refus de les libérer lors de l’épidémie de coronavirus.

Toutes les personnes libres et doivent demanderconsciencieuses sont redevables
Appelez la communauté internationale à condamner fermement ce crime et à mettre fin aux exécutions et à la libération des prisonniers en Iran.

adcali.com 22 avril 2020

, , , , , , , ,

Iran:In dangerous conditions, the coronavirus to infect Iran، There are more than 7,000 street and working children in Tehran.

here are more than 7,000 street children and workers in Tehran 7,400,000 children without education throughout Iran.

“According to estimates, there are between 7,000 and 8,000 working children in Tehran,” said the deputy director of social affairs for the regime’s welfare organization.

According to ISNA, Habibollah Masoudi Farid said that reasons such as poverty, poor family welfare or the presence of non-Iranian children in the country, especially in metropolitan areas, are among the reasons for the presence of working and street children.

Masoudi Farid acknowledged that in the case of garbage children, “the masters are in fact municipal contractors, with the approval of the municipality to ban the employment of children in the field of garbage collection.”

In the end, Masoudi Farid emphasized: “One of the reasons for the suspension of the children’s collection plan last year was that after the start of the collection in the care space, which was enough for 50 children, 100 children were placed next to each other and we could not continue this project.” Let’s give. Although Mr. Rahmani Fazli also emphasized the cooperation of other agencies, the partner agencies in the collection plan after the first phase have not cooperated with the Welfare Organization. ”

adcali.com 20 April 2020

, , , , , ,

Iran:Niveau Corona après l’annulation de la quarantaine، Le nombre de décès dus au coronavirus dépasse 30.700 dans 294 villes.

décès dus au coronavirus est passé à 30.700 dans 294 villes d’Iran. Le nombre de victimes dans les provinces de Khorassan-Razavi est de 2470, de Guilan de 2460, de Khouzistan 1260, d’Alborz 1195, d’Azerbaïdjan de l’est 1070, de Hamedan 825, d’Azerbaïdjan de l’ouest 800, de Yazd 485, et du Sistan-Balouchistan 355.

Le régime admet être au courant de l’arrivée du virus depuis janvier

Après trois mois de déni et de dissimulation, les autorités en Iran admettent désormais qu’elles étaient au courant de l’arrivée du coronavirus dans le pays dès janvier 2020. Hier, le ministre de la santé Saïd Namaki a déclaré au quotidien officiel Donya-e-Eqtesad : « lorsque (l’épidémie de coronavirus) a été annoncée en Chine fin janvier, dans une réunion d’urgence avec le premier vice-président, j’ai suggéré de couper les vols directs vers et depuis la Chine. Immédiatement après l’apparition reconnue des premiers cas d’infection dans le pays, j’ai proposé de renforcer les restrictions, notamment la fermeture des universités, des écoles, des rassemblements, des prières du vendredi, des mariages, des funérailles, des sanctuaires, des cinémas et des stades, etc. »

Aujourd’hui, Habibollah Sayyari, coordinateur en second du chef d’état-major des armées, a déclaré au site Internet Aftab : « dans l’armée, nous avons prédit l’apparition de la maladie le 19 janvier 2020. En surveillant les observations de l’Organisation mondiale de la santé, nous avons compris l’apparition de la maladie en Chine, et nous avons alerté nos forces pour qu’elles soient prêtes. »

Par ailleurs, l’agence de presse Fars, du corps des pasdarans, a cité aujourd’hui le porte-parole de la faculté des sciences médicales de la province de Guilan, mettant en garde contre une nouvelle vague d’épidémie de coronavirus : « nous sommes toujours dans la phase épidémique du COVID-19, et la réouverture de certaines entreprises ne doit pas donner une fausse impression aux gens, car il y a encore un long
Adcali.com
Le 19 avril 2020

, , , , ,

Iran:Coronavirus Epidemic Shows Tehran’s Willingness to Sacrifice Its Own People.

doctors for iran – twitter screenshot by Dr. Ali Zahedi.
The Iranian regime does not care about its people’s well-being. It cares even less for the well-being of those living outside Iran. If this was not clear from the entire range of that regime’s behavior over the past 41 years, it has surely been made clear by its response to the outbreak of coronavirus over the past month.
I, along with Iranian physicians, medical experts and nurses from 10 different locations around the world took part in an internet conference on this Sunday, March 28, the third such conference since March 8 discussing the start and spread of the novel coronavirus (COVID-19) in Iran. Along with our colleagues, we published a report on various aspects of the virus spread in the country.
Iranian officials put the death toll at 2517 and total cases at close to 35000. But the real figures are much higher. The leading voices of domestic opposition to the regime revealed that Tehran has been covering up the real numbers. They put the death toll close to 13000 in 231 cities. This means that at least 100,000 people have been infected already.

There’s nothing else that foreign powers and human rights groups can do but state their case. Either the regime will recognize the need for a change of strategy, or it will hide from reality long enough to stoke even greater rage among its people. The ultimate outcome is likely to be the same: people will continue to gain leverage against that regime. As the COVID-19 crisis makes clear, the most pressing question is how many lives Tehran will be permitted to sacrifice in order to forestall that outcome.
Read more:

adcali.com

, , , , , , ,

Iran: La propagation de la maladie coronavirus dans les prisons iraniennes a provoqué des émeutes et des évasions de prisonniers.

mutinerie à la prison de Saghez et évasion de prisonniers.

Dans l’après-midi du 27 mars, les détenus de la prison de Saghez dans le Kurdistan d’Iran se sont mutinés parce que le régime inhumain des mollahs refuse de libérer les prisonniers en pleine épidémie de coronavirus. Une grande partie des prisonniers, après des affrontements avec les pasdarans et des agents de la pénitentiaire, ont réussi à s’évader.

L’agence de presse Fars des pasdarans ce 27 mars a déclaré que 80 prisonniers avaient réussi à prendre la fuite. Les forces répressives se sont alors déployées dans la ville à la recherche des fugitifs. Pour contrôler la situation, le régime a été contraint de faire venir du renfort des villes alentours.

Dans l’après-midi du 26 mars, les quartiers 7 et 9 de la prison de Tabriz exposés au coronavirus s’étaient aussi mutinés. Les unités anti-émeutes avaient ouvert le feu sur les prisonniers sans défense, en blessant au moins sept. Les mutins avaient réussi à désarmer des gardiens et avaient affronté les unités anti-émeutes. Un certain nombre de détenus avaient réussi à s’évader.

Auparavant également, à la prison centrale d’Aligoudarz et au centre de détention de Khorramabad, les détenus s’étaient mutinés et un certain nombre s’étaient évadés. En ouvrant le feu, les forces répressives avaient tué et blessé un certain nombre de prisonniers.

Contrairement à son tapage médiatique et alors que le virus s’est propagé dans les prisons, non seulement le régime des mollahs s’abstient de libérer les détenus, même provisoirement, mais il continue à écrouer en permanence de nouveaux prisonniers sans les avoir mis en quarantaine préalable.

Jusqu’à présent des prisonniers ont contracté le coronavirus ou en sont morts à la prison du Grand Téhéran (Fashafouyeh), à la prison d’Oroumieh et dans d’autres centres de détention.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a de nouveau alerté contre une catastrophe humanitaire majeure dans les prisons médiévales du régime et a appelé à une action immédiate de la communauté internationale pour obtenir la libération des centaines de milliers de prisonniers, spécialement des prisonniers politiques.

Adcali.com 29 mars 2020

, , , ,

IRAN:Transmission du coronvirus par Élevage de mollahs chinois en Pour les objectifs fondamentalistes de l’Iran.

La vie du peuple iranien n’a aucune valeur pour les mollahs ,Ils sont anti-humains
Malgré la propagation dangereuse du coronavirus en Iran, il existe des preuves qu’au moins une compagnie aérienne iranienne continue d’effectuer ses vols vers la Chine.

Un site Web de suivi des vols, Flightradar24, montre que Mahan Airlines, ayant des liens avec le Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC ou les pasdarans) et sanctionné par les États-Unis, a volé de Pékin à Téhéran (vol W578) il y a trois jours et a atterri à 4h40 du matin à l’aéroport Imam Khomeini de Téhéran.

https://csdhi.org/…/13713-l-iran-poursuit-ses-vols-vers-la-…

Adcali.com 24 février 2020

, , , , , , ,

Iran: Le nombre de femmes exécutées sous la présidence de Hassan Rouhani est passé à 105.

Iran: Le nombre de femmes exécutées sous la présidence de Hassan Rouhani est passé à 105.

Le régime iranien a exécuté une femme du nom de Maliheh Haji Hassani,

Maliheh Haji Hassani a été pendue le mardi 14 janvier 2020 à la prison d’Adilabad à Shiraz. Elle avait 29 ans et avait été arrêtée en 2016 pour avoir tué son fiancé.
Le régime iranien n’a pour l’instant pas annoncé l’exécution de Haji Hassani. Le même jour, une autre femme du nom de Sara M. a été exécutée dans la prison de Machhad, a rapporté l’agence de presse Rokna le 14 janvier 2020.

Sara M. a été exécutée après avoir passé trois ans dans le couloir de la mort.

En 2019, le régime iranien a pendu au moins 16 femmes parallèlement avec l’augmentation de la répression et des exécutions en Iran. En trois semaines de décembre 2019, six femmes ont été exécutées dans diverses prisons iraniennes.

Ces femmes ont été identifiées :

Somayyeh Shahbazi Jahrouii, 4 décembre 2019, prison Sepidar d’Ahvaz

Fatemeh Ghezel Safarlou, 4 décembre 2019, prison de Gohardasht de Karaj

Nargess o-Sadat Tabaii, 4 décembre 2019, prison de Gohardasht de Karaj

Maryam, 8 décembre 2019, Prison centrale de Machhad

Fatemeh R., 9 décembre 2019, prison de Gohardasht de Karaj

Eshrat Nazari, 18 décembre 2019, prison de Gohardasht de Karaj

Le nombre réel d’exécutions en Iran est beaucoup plus élevé car la plupart des exécutions en Iran sont effectuées en secret, à l’abri des regards.

L’Iran détient le record mondial d’exécutions de femmes. De nombreuses femmes sont dans le couloir de la mort dans la prison de Qarchak. Ces femmes sont pour la plupart des mères et ont des enfants. »

adcali.com 24 janvier 2020

, , , , , , , , ,

Libération de manifestants détenus en Iran.

Les autorités iraniennes ont violemment écrasé les manifestations en Iran, en utilisant des moyens illégaux, y compris mortels, de force et en arrêtant arbitrairement des milliers de personnes. Aujourd’hui, les personnes arrêtées risquent d’être torturées et soumises à d’autres mauvais traitements. Agissez maintenant et appelez à leur libération.
En novembre 2019, les forces de sécurité ont eu recours à la force meurtrière pour tirer et tuer plus de 300 personnes, dont des enfants. Des milliers d’autres ont été blessés. Les autorités iraniennes ont poursuivi la répression en arrêtant des milliers de manifestants ainsi que des journalistes, des étudiants et des défenseurs des droits humains pour les empêcher de parler de la répression impitoyable de l’Iran. ont été soumis à la torture et à d’autres mauvais traitements; ils ont été battus, frappés, frappés à coups de pied et flagellés. Beaucoup se voient refuser l’accès à leurs familles et à leurs avocats. Des enfants aussi jeunes que 15 ans ont été arrêtés et détenus aux côtés d’adultes dans des prisons réputées pour la torture.

Les 11 et 12 janvier 2020, les forces de sécurité ont utilisé une force illégale contre des manifestants pacifiques qui se sont rassemblés à travers l’Iran pour organiser des veillées et des manifestations exigeant des comptes après que les autorités ont reconnu avoir abattu un avion de passagers ukrainien le 8 janvier, tuant les 176 personnes à bord. Les forces de sécurité ont frappé les manifestants avec des matraques et ont utilisé des balles pointues, des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et du gaz poivré contre eux. Certains manifestants blessés, y compris ceux souffrant de blessures douloureuses, n’ont pas été hospitalisés par crainte d’être arrêtés.

«Ils nous tuent lentement, ils nous torturent à mort.» – Un manifestant de Téhéran

Signez la pétition et demandez:
Protéger les détenus contre la torture et autres mauvais traitements;
Libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues arbitrairement;
Respecter le droit des manifestants à la liberté d’expression et de réunion pacifique et;
Veiller à ce que les experts de l’ONU aient un accès immédiat aux centres de détention et aux prisons ainsi qu’aux familles des personnes tuées et arrêtées afin de mener des enquêtes d’enquête.

https://www.amnesty.org/en/get-involved/take-action/Free-detained-protesters-iran/

adcali.com 24 Janvier 2020