, , , , ,

Interdiction de la danse et du bonheur pour les enfants en Iran …!

Des clips vidéo récemment publiés sur Internet montrent des scènes de bonheur d’écoliers en Iran chantant de façon ludique dans les écoles. Les clips vidéo ont été fortement critiqués par Ali Motahhhari, vice-président du parlement des mollahs.

Dans une réaction brutale au bonheur des enfants à l’école, il a déclaré que le ministre de l’Éducation devait en rendre compte. Il a également demandé le licenciement des directeurs de ces écoles.

Dans certaines écoles, le bonheur et les célébrations devaient honorer la Journée des enseignants en Iran le 2 mai.

En réaction au bonheur des filles à l’école, Bat’haï, le ministre de l’Éducation, a déclaré : « Depuis hier, j’ai nommé trois personnes pour étudier la question et découvrir la cause profonde de la production de ces clips.

J’espère que la cyberpolice (FATA) nous aidera, car les clips vidéo ne portent ni nom ni adresse. Les clips diffusés montrent les enseignants de l’école qui dirigent les enfants. Par conséquent, le département de la sécurité et de l’inspection assurera le suivi de cette affaire. » (Site officiel Javan.Online – 7 mai 2019)

Ces menaces de poursuites contre les enseignants et les directeurs d’école qui apportent de la joie aux écoliers sont proférées alors que les personnes touchées par les inondations dans la province de Khouzistan n’ont toujours pas de logement par temps chaud et perdent leurs jeunes enfants.

Au lieu de dépenser de l’argent pour la réinstallation des sinistrés des inondations, en particulier au Khouzistan, le régime clérical dépense la richesse publique pour réprimer le peuple iranien, notamment en le privant de bonheur à l’école.
adcali.com 11 mai 2019

, , ,

Iran: Free Nasrin Sotoudeh.

AMNESTY

Nasrin Sotoudeh, a prominent Iranian human rights lawyer, has been sentenced to 38 years in prison and 148 lashes because of her work defending women’s rights & protesting against Iran’s forced hijab laws.

The new sentence of 33 years in prison brings Nasrin’s total sentence – after two grossly unfair trials – to 38 years in prison. Nasrin has dedicated her life to peaceful human rights work, including defending women who peacefully protest against Iran’s degrading forced hijab (veiling) laws.

Women and girls in Iran are not allowed to leave their homes unless they cover their hair with a headscarf and cover up their arms and legs with loose clothing. Nasrin wanted to change this and she was jailed for it.

This is the harshest sentence recorded against a human rights defender in Iran in recent years, suggesting that the authorities are stepping up their repression. These sentences keep Nasrin separated from her husband and two children and stop her from being able to carry out her important work as a human rights lawyer.

Call on the Supreme Leader of Iran to release Nasrin Sotoudeh immediately and unconditionally and for her sentences to be quashed without delay.

adcali.com 20 avril 2019

https://www.amnesty.org/en/get-involved/take-action/iran-free-nasrin-satoudeh-now/

Nasrin Sotoudeh is a national treasure in Iran.

@amnestyNasrin Sotoudeh is a national treasure in Iran. Why? Because she has bravely stood up for women’s rights. For children’s rights. For a safer, fairer Iran. Yet, for this, she is serving 38 years in prison & will be flogged 148 times. Free Nasrin now.

Posted by IRAN HRM on Saturday, April 20, 2019

, , , , ,

Iran: la boxeuse Sadaf Khadem et Mahyar Monshipour menacés d’arrestation en Iran.

Sud-Ouest – Jusqu’au terme du combat, le premier d’une Iranienne, l’histoire de Sadaf Khadem était belle. Pour l’avoir aidé dans ce projet, Mahyar Monshipour s’est lui aussi attiré les foudres des autorités iraniennes.

L’ancien champion du monde de boxe Mahyar Monshipour est “sous le coup d’un mandat d’arrêt” en Iran, après le combat de sa protégée, Sadaf Khadem, à Royan. Il s’agit du premier match de boxe disputé par une femme iranienne.

adcali.com 18 avril 2019

, , ,

Iran: Les inondations avaient été prévues depuis sept mois et la tragédie était évitable .

La province du Khouzistan (dans l’ouest de l’Iran) – “Des dizaines de milliers d’hectares de terrains agricoles ont été engloutis et détruits”, indique un directeur local dans le comté de Dasht-e Azadegan.
C’est une véritable tragédie qui a frappé les villageois et les agriculteurs du comté de Dasht-e Azadegan, dans la province du Khouzistan (sud-ouest de l’Iran), a reconnu le directeur de la Coopérative de l’agriculture et des ressources naturelles de ce comté, une organisation d’État chargé de la gestion des terrains agricoles.

“Des dizaines de milliers d’hectares de terrains agricoles ont été engloutis et détruits et tous les bétails sont en train de périr”, a ajouté Hossein Marmazi, dans un entretien avec l’Agence semi officielle de presse, Ilna, le 6 avril 2019.

Ce directeur s’est plaint de l’incompétence et du laxisme des autorités en affirmant qu’elles se contentent de donner des ordres d’évacuation des villes du comté, “alors que ce n’est pas si simple que ça ! Des dizaines de milliers de personnes vivent dans chacune de ces villes”.

“Ces gens ne savent pas où aller ! Ils ne savent pas que faire alors qu’ils n’ont pas d’argent avec les prix qui font ravage. Qui va les loger ?… S’ils ne se déplacent pas c’est parce qu’ils n’ont nulle part où aller”.

Marmazi a révélé que les experts de sa coopérative avaient averti les autorités depuis sept mois que des inondations auront lieu au début du printemps. “Nous avions insisté que les marais et les douves doivent être dragués et qu’en cas d’une inondation les villes et les villages seront engloutis sous l’eau. Personne ne nous a écouté”, se désole Marmazi.

“Les dégâts causés par les inondations à la population de ce comté sont sans précédents. Près de 80 à 90% de nos terres agricoles sont en train d’être détruits. Les secours sont très faibles”, ajoute le directeur de la Coopérative de l’agriculture et des ressources naturelles de Dasht-e Azadegan.

La tragédie était donc évitable si des mesures concrètes avaient été entreprises depuis sept mois où les experts ne cessaient de lancer des avertissements. Mais rien n’a été fait. Ce “rien” est l’incarnation-même d’un pouvoir pourri, pour lequel ses ingérences dans le Moyen-Orient et le financement de ses milices mandataires en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen, ont la priorité sur son peuple. Autant dire que le peuple n’est pas une priorité pour ce régime.

adcali.com 13 avril 2019

.

اینجا پسری که با یک دست مشغول پر کردن گونی

شاید بگویند این اغراق است ولی نه اینجا پسری که با یک دست مشغول پر کردن گونی برای درست کردن سیل بند در حمیدیه استایا این مردم مستحق این همه ظلم را هستند؟ بفکر این باشیم بعد از سیل آرامش را با گذر از جمهوری اسلامی بدست بیاوریم

Posted by Ali Khatib on Friday, April 12, 2019

جوانان ‎دهلاویه اهواز، در نبود امکانات و مسئولین، بدنشون رو برابر سیل قرار دادن و مقابل سیل ایستادند و باشکوه ترین صحنه امسال را رقم زدند.🌷🌷🌷🌷

Posted by ‎بهرام مودت‎ on Friday, April 12, 2019

, , , ,

Iran: Soheila Golestani, chanteuse iranienne, a été convoquée par un tribunal d’Ispahan.

Le 31 mars 2019, la chanteuse Soheila Golestani a publié une déclaration sur sa page privée pour informer le public de son dossier judiciaire. Elle a déclaré qu’elle a été convoquée à la section 16 du tribunal public d’Ispahan pour un interrogatoire. Elle est accusée d’avoir violé une interdiction religieuse, celle de chanter en public pour une femme. Mme Golestani a rappelé que la raison de sa persécution est de chanter et posté une chanson sur Internet.

Mme Golestani a déclaré : “Je suis accusée de chanter pour mon peuple et je suis convoquée pour avoir posté ma voix sur Internet. C’est ma vie depuis quatre ans, d’être convoquée et d’aller au tribunal… mais j’ai toujours aimé chanter.”

Mme Golestani, née et résidant à Ispahan, a commencé à chanter et à enseigner la musique en 2007.

Le 3 février 2019, la division de la musique du ministère de l’Orientation a suspendu les activités d’un groupe pop dirigé par Hamid Asgari, simplement parce qu’une chanteuse avait osé en solo pendant quelques secondes. (Al Arabiya Farsi – 3 février 2019)

Le 9 janvier 2019, Ali Ghamsari, compositeur iranien, a informé le public de l’interdiction de ses activités en Iran parce qu’une chanteuse, Haleh Saifi Zadeh, avait chanté dans son concert. Il a écrit : “Dans notre concert à la salle Vahdat, nos voix ont été totalement coupées. Les autorités l’avaient ordonné.”

Le 12 janvier 2019, Mohammad Rahmanian, metteur en scène de théâtre, a été assigné en justice à cause d’une femme soliste sur scène.

En vertu des lois misogynes de la dictature religieuse, le chant a toujours été interdit aux femmes, faisant également l’objet de censure. Dès les premiers jours de Khomeiny, toutes les chanteuses iraniennes ont dû abandonner leur carrière artistique.

adcali.com 12 avril 2019

, , ,

Iran : Les pasdaran tuent un manifestant et blessent plusieurs autres personnes.

Un manifestant a été tué et plusieurs autres ont été blessés en Iran mercredi alors que les Gardiens de la révolution (pasdaran) ont ouvert le feu sur les habitants des villages voisins de Susangerd et Dashte Azadegan dans la province du Khouzistan.

Le manifestant qui a perdu la vie s’appelait Abud Rabien, les pasdaran lui ont tiré une balle dans le cou.

adcali.com 06 avril 2019

, , , ,

Iran: régime de Téhéran réprime les victimes de l’inondation au lieu de leur venir en aide

Peu après que les inondations ont commencé à submerger Chiraz, le régime des mollahs a envoyé son armée, ses véhicules de combat blindés, tels que le BMP-1 de fabrication russe, et ses forces à motocyclette. Cependant, ils n’ont pas été envoyés pour traverser des routes impraticables et secourir des personnes coincées sur les toits ou pour apporter rapidement de l’aide aux victimes, comme cela pourrait être le cas dans la plupart des régions du monde.

Au contraire, ils ont été envoyés pour réprimer les protestations légitimes d’un peuple dont la situation désespérée est ignorée par ses dirigeants.

Ainsi, le peuple iranien a dû, une fois de plus, se sauver en utilisant ses bateaux de pêche pour venir en aide aux familles, aux voisins et aux entreprises.

Oui, l’Iran a de nombreux bateaux rapides et puissants qui auraient pu être déployés pour aider lors des opérations de secours, évacuer les habitants des zones touchées par les inondations ou distribuer de la nourriture et des médicaments – des choses qui auraient en réalité permis de contenir les manifestations. Mais ces bateaux étaient déjà utilisés pour des exercices en mer ou pour harceler des cargos américains au large du golfe Persique ; des choses que le régime a clairement jugées plus importantes que le fait de sauver la vie de son peuple.

L’armée des mollahs dispose de centaines de milliers de sacs de sable pouvant servir à endiguer les eaux de crue, mais ils n’ont pas été utilisés. Ils ont également, avec les Gardiens de la révolution (pasdaran), des ambulanciers paramédicaux et des hôpitaux, mais ils n’ont pas été dépêchés pour aider les blessés. Ils ont même de nombreuses unités d’ingénierie, capables de construire des ponts flottants et des routes en très peu de temps, mais celles-ci n’ont pas été envoyées.

Le peuple iranien a le droit de savoir pourquoi, en dehors de quelques vidéos de propagande soigneusement préparées, le régime et ses forces répressives n’ont pas réussi à aider les victimes. La réalité est que les pasdaran et le régime dans son ensemble ne parviennent pas à aider les populations touchées par un désastre car ils ne se soucient tout simplement pas du peuple iranien. Ce sont d’ailleurs les mollahs qui ont exacerbé l’ampleur du désastre par de nombreuses années de gestion calamiteuse et de corruption en ce qui concerne l’environnement et la préparation aux situations d’urgence.

Les pasdaran, qui n’ont de compte à rendre qu’au Guide Suprême, Ali Khamenei, n’ont qu’une mission : appliquer la répression intérieure et exporter le terrorisme et le chaos. C’est la raison pour laquelle la population veut renverser ce régime.

Il n’est pas étonnant que le régime soit fragile et instable face à la colère explosive de la société. Le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, et son président, Hassan Rohani, savent mieux que quiconque que la société est sur le point de connaître une nouvelle révolte.

adcali.com 05 Avril 2019

به رغم تبلیغات رژیم مردم بدون هیچ امکاناتی مجبورند باریسک جانشان برای تامین مایحتاجشان در سیلاب تردد کنند.با فدای جان و هستی خویش به زودی روزی را به ایران خواهیم رساند که مردم ایران با بهره‌مند شدن ازهمه حقوقشان در نعمت زندگی کنند و از این روزها تنها خاطره‌یی بماند.#سیل_خوزستان#همبستگی_ملی#سپاه_عامل_سیل#سپاه_عامل_جنایت#خامنه‌ای_عامل_ویرانی

Posted by Roya Daroodi on Friday, April 5, 2019

😢نزن باران که ایرانم بر آبه😓🔴 یکی از صدها صحنه دلخراش و آزار دهنده که در طی فاجعه‌ سیل اخیر اتفاق افتاده است @HashemKhastar

Posted by Parvin Heidarian on Thursday, April 4, 2019

, , , ,

Iran – inondations meurtrières : À la mémoire des victimes avec un hymne contre le pouvoir en place.

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant la “Porte du Coran” à Chiraz (dans le sud de l’Iran) pour rendre hommage à la mémoire des victimes,
et exprimer leur colère contre le pouvoir en place et Pour hommage à la mémoire des victimes des dernières inondations dans cette ville, dont des centaines qui ont perdu la vie sur la route nationale qui borde ce monument historique. Cette route avait été construite dans les années 1990 par le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) sur une voie de canalisation destinée à conduire les inondations vers les zones non habitées.

La police a tenté de disperser la foule dès les premiers regroupements devant la “Porte du Coran”, mais les gens ont résisté et sont restés sur place. La foule répétait en cœur “on reste là”. Un jeune homme tenant dans ses bras un bébé a dit : “On reste là jusqu’à ce qu’on retrouve un peu de réconfort. C’est d’ici que nous avons reçu le coup le plus dur, le coup que nous n’aurions pas dû recevoir. ”

Le pouvoir en place tente de minimiser le nombre des victimes et parle de quelques dizaines de morts, alors que les sources hospitalières révèlent qu’au moins 200 personnes ont perdu la vie sur cette route nationale.

adcali.com 31 mars 2019

🔴 #قائمشهر- ۱۰فروردینجمع آوری کمک و توزیع خانه به خانه در آق قلا توسط مردم شریف روستای کوتنا قائمشهر”درود بر این همدلی و همبستگى“👏👏👏#سیل_سراسری#سپاه_عامل_سیل #خامنه_ای_عامل_ویرانی@maniranam01

Posted by Parvin Heidarian on Saturday, March 30, 2019

ممانعت رژيم ایران از انتشار تصاویر وفیلمهای فاجعه سیل توسط فعالان اجتماعی و شهرونداننقض پایه ای حقوق شهروندان و ازادی بیان پایمال شده در ایران اشغال شده شبکه اسکای نیوز

Posted by Manocher Bigham on Sunday, March 31, 2019

, , ,

Condoléances proches aux familles des victimes des grandes inondations dans 20 provinces et 140 ville et villages d’Iran.

Condoléances proches aux familles des victimes des grandes inondations dans 25 provinces et 140 ville et villages d’Iran.

L’inondation sans précédent en Iran,en raison de la mauvaise administration du gouvernement des Mollahs 40 ans, a inondé la grande majorité des villes iraniennes du sud au nord et d’est en ouest.

la jeunesse courageuse du pays à venir en aide aux personnes sinistrées dans les provinces de Fars, Lorestan, Khouzestan, Sistan et Balouchestan, Ispahan, Boushehr, Ilam, Ghom, Kermanshah, Golestan, dans les circonstances où Khamenei, Rohani et les autres autorités criminels du régime sont davantage préoccupés à maintenir en place leur dictature religieuse, c’est un devoir patriotique pour chacun d’apporter une aide populaire indépendante aux victimes de cette terrible tragédie.

Le régime des mollahs et ses dirigeants corrompus, ainsi que l’armée des Pasdaran ont exacerbé les effets de ces inondations en détruisant l’environnement et en rendant les villes et villages iraniens en ruines par le pillage des richesses nationales pour les gaspiller dans leurs projets de répression et de terrorisme et dans les programmes nucléaires et balistiques dispendieux. Ils les ont ainsi privés des infrastructures nécessaires pour protéger la population devant les catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre et les

adcali.com 25 mars 2019.

Vidéo ،

, , ,

Iran: la Fête du Bonheur et du Feu en Iran et Régime sont profondément préoccupés par le prochain «Festival du feu».

À l’approche du festival national du feu en Iran, de hauts responsables de la police et de l’appareil judiciaire accroissent leurs menaces oppressives dans le but désespéré d’empêcher le peuple iranien de transformer ces festivités en manifestations anti-régime. Ces remarques indiquent également comment les hauts responsables du régime ouvrent la voie à des mesures de répression à l’échelle nationale.

Hossein Rahimi, chef de la police d’Etat à Téhéran, s’est dit préoccupé par la possibilité que ces festivités se transforment en grandes manifestations et soulèvements.

“Si des individus entendent perturber la paix et la sécurité du peuple pendant le festival du feu, ainsi que perturber l’ordre public, la police prendra des mesures décisives”, a-t-il déclaré lors d’une interview vendredi. “Ceux qui perturbent l’ordre public avec leurs véhicules verront leurs voitures pilées pendant les vacances de Nowruz (calendrier iranien du Nouvel An) et détenus par la police.”

Ayub Soleimani, le chef de la police adjoint des mollahs, a fait le point et a également reflété les préoccupations grandissantes du régime.

«D’autres entités et appareils sont impliqués à cet égard. La police a commencé ses mesures depuis quelque temps déjà. Nous allons certainement prendre des mesures. Nous sommes même informés que certains groupes ont lancé des appels à des manifestations. Nous surveillons leurs mouvements et avons donné l’ordre aux provinces de faire attention aux personnes qui cherchent à perturber la paix publique et à tirer avantage de ces circonstances », a-t-il déclaré aux médias.

Ali Akbar Javidan, chef de la police de l’État dans la province du Golestan, dans le nord de l’Iran, a également lancé sa propre part de menaces.

Le procureur du régime de la province d’Ardabil, dans le nord de l’Iran, a averti les magasins que leurs mesures seraient également surveillées.

«À l’approche du festival du feu, les mesures de surveillance des magasins ont été renforcées et les représentants provinciaux continueront d’analyser le statu quo et d’effectuer des inspections inopinées et continues. Nous allons également prendre des mesures contre la moindre violation », a-t-il averti.

Dans la province d’Ispahan, dans le centre de l’Iran, la police a averti que les perturbateurs seraient maintenus en détention jusqu’à la fin des vacances du Nouvel An.

«Nous avons une coordination adéquate en ce qui concerne la collaboration avec le procureur d’Ispahan afin de maintenir en détention les personnes qui perturbent l’ordre public pendant le festival du feu jusqu’à la fin de la période des fêtes de fin d’année», a déclaré le chef de la police d’Ispahan, Masoum Beigi.

Ali Asghar Eftekhari, chef de la cyber-police dans la province d’Hormozgan, dans le sud de l’Iran, a mis en lumière des actions similaires.

Les actions de la police dans le cyberespace ont commencé par identifier des sites Web actifs fournissant des instructions sur la manière de vendre ces produits sur Internet et de poursuivre les contrevenants.”

Compte tenu de toutes les menaces et de tous les avertissements, les préoccupations des mollahs à l’occasion du festival du feu cette année ont atteint un point tel que même Mohammad Bat’haee, ministre de l’Éducation du régime, a lui aussi exprimé ses préoccupations.

«J’ai participé aux exercices organisés pour nous préparer à faire face aux menaces d’incendie et à la prévention de tels incidents au cours de la fête de la fin de l’année, et j’ai rejoint le défi« Non aux festivités du feu dangereux », at-il déclaré, soulignant encore les préoccupations grandissantes du régime.

Partager:

adcali.com 19 mars 2019