,

Iran claims U.S. holding Iranian state TV news anchor Marzieh Hashemi-CBS/AP

An undated photo published online by Iran’s state-run English language TV network Press TV shows its news anchor, Marzieh Hashemi, born Melanie Franklin of New Orleans, whom the network said on Jan. 16, 2019, was detained in the U.S.
PRESS TV
Tehran, Iran -The English-language arm of Iran’s state television broadcaster is reporting that its prominent American-born news anchor was arrested after flying into the United States. Press TV broke into its broadcast on Wednesday to report that Marzieh Hashemi, born Melanie Franklin of New Orleans, was arrested after arriving at St. Louis Lambert International Airport on Sunday.

The broadcaster, citing her family, said Hashemi was taken into FBI custody and brought to the Washington area. The report claimed Hashemi was being denied halal food, and was eating only crackers and other snack food.

A call to the FBI rang unanswered early on Wednesday morning. The bureau did not immediately respond to a written request for comment. Several local jails around Washington that house federal inmates also said they did not have her in custody.

https://www.cbsnews.com/news/iran-claims-us-holding-iranian-state-tv-news-anchor-marzieh-hashemi/?fbclid=IwAR27CN_MirZieIcCf8rWPlyysTbKuqFgg6hj2PRziwMwGJKKSsj7H1iO3IM

adcali.com 16 JANUARY 2019

, ,

Iran:Décès de jeunes filles à la suite d’abus sexuels commis par des responsables gouvernementaux et des responsables ….

COMBIEN DE PLUS?
COMBIEN DE PLUS D’INJUSTICE?
QUAND SERA-T-IL FIN?

Zahra Navidpour
Farinaz Khosravani
Tahraneh Mousavi
Reyhaneh Jabbari
Mirghavami de Mahdi
& la liste continue …

Ce régime a été assassiné et exécuté des milliers et des milliers de femmes depuis son arrivée au pouvoir en 1979.

Je vous promets, chères soeurs
le jour de la justice est proche …

Mort après abus sexuel
Dimanche, le corps de Zahra Navidpour a été retrouvé près de la maison de ses parents à Malekan, dans la province iranienne d’Azerbaïdjan oriental. Cela a été rapporté par l’Agence de presse des activistes des droits de l’homme (HRANA), le portail d’informations en persan. Comment est-il arrivé à la mort des 28 ans, est jusqu’ici peu clair.

Navidpour était impliquée dans un litige avec le député iranien Salman Khodadadi, au bureau duquel elle avait travaillé, l’accusant de l’avoir agressée sexuellement. En guise de preuve, elle avait publié des documents et des fichiers audio et aurait porté plainte contre le député auprès du procureur de Malekan. En juin 2018, elle a également porté plainte au Conseil des gardiens et au conseil de surveillance du Parlement. Khodadadi représente la ville de Malekan au Parlement et est membre de la Commission des affaires sociales.

adcali.com 13 Janvier 2019

, ,

Iran: Une jeune femme qui avait accusé de viol un député a été assassinée.

Zahra Navidpour de demander de l’aide aux autorités judiciaires contre les menaces répétées de meurtre qu’elle recevait du député du parlement qui l’avait violée

Le corps d’une jeune femme qui avait accusé un député du parlement de lui avoir violée a été retrouvé dimanche, dans le comté de Malekan, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental (nord-ouest de l’Iran),

La victime, Zahra Navidpour, s’était portée partie civile contre le député de ce comté au parlement de la théocratie iranienne, Salman Khodadadi, pour viol.

La jeune fille a eu recours au bureau du député pour une demande d’emploi. C’est dans son bureau que Khodadadi a violé la victime.

Zahra Navidpour avait par ailleurs révélé les menaces répétées de Khodadadi à son égard, si elle ne retirait pas sa plainte. Elle avait notamment averti le juge du dossier de ces menaces dans une lettre qu’elle lui avait envoyé, dans laquelle elle avait également demandé une protection rapprochée. Elle y avait joint un fichier sonore dans lequel on peut entendre les menaces du député, ainsi que la reconnaissance du viol.

La victime avait indiqué à une organisation de défense des droits de l’Homme que le juge l’avait accusé de mentir pour détruire le député.

Finalement le tribunal avait été constitué et le député avait reconnu le délit. Le prévenu avait été libéré sous caution et le juge avait indiqué à Mme Navidpour que le verdict sera prononcé d’ici une dizaine de jours. Mais dix jours plus tard les autorités judiciaires lui ont fait que le jugement a été annulé (sic). Après les nombreux recours qu’elle a effectué auprès des divers organismes, au Conseil des Gardiens (le plus haut organe d’État), on lui avait conseillée d’oublier l’affaire.

Les menaces de meurtre du député ont pourtant continué et le 17 octobre la jeune femme avait adressé une lettre demandant une protection rapprochée. Aucune suite n’avait été donnée à cette requête.

Bien que selon la version officielle les raisons du décès de Mme Navidpour n’ont pas encore été élucidées, toutes les circonstances font été d’un homicide volontaire.

adcali.com 10 Janviyeh 2019

, ,

Iran – droits de l’Homme : Six mois de réclusion pour une pancarte réclamant la libération de sa mère !

” Sous le pouvoir de la justice islamique, est-ce cela la réponse aux revendications ? “, demande la pancarte brandie par cette étudiante, Afsaneh Rezayi, qui est elle-même incarcérée pour cette pancarte.
Lundi 23 décembre, Afsaneh Rezayi, doctorante en Génie Electrique & Télécommunication à l’Université de Chiraz (sud de l’Iran) a été arrêtée par les services secrets, avant d’être transférée à la prison d’Adelabad pour purger une peine de six mois de réclusion.

Cette jeune étudiante avait protesté à l’arrestation de sa mère le 3 août dernier, en tenant en main une pancarte réclamant sa libération, un geste qui a entrainé son interpellation et sa condamnation à six mois de prison ferme.

Le contenu de la pancarte n’a pas plu à la justice des clercs en Iran. Il y était écrit : ” Sous le pouvoir de la justice islamique, est-ce cela la réponse aux revendications ? ma mère n’est qu’une enseignante en retraite de l’éducation qui revendiquait ses droits “.

Le 31 juillet 2018, des manifestations avaient eu lieu dans plusieurs villes du pays pour protester contre les conditions de vie précaires, les salaires et pensions insuffisantes, la dévalorisation de la monnaie iranienne, l’inflation et le chômage. La mère d’Afsaneh Rezayi avait été interpellée dans l’une de ces manifestations à Chiraz, avant d’être incarcérée.

adcali,com 28,12,2018

, ,

Two Christian Sisters Tortured in Iranian Prison

Two Christian Sisters Tortured in Iranian Prison

Mohabat News — According to sources close to this case, two Christian converts by the names of Shima and Shokoufeh Zanganeh (sisters) who were arrested more than two weeks ago have been subject to physical torture in a prison in Ahvaz.

The two sisters were arrested on December 2, 2018 around noon time in their homes by Iranian Intelligence Service officials.

The report coming from Ahvaz indicates about 13 plain-clothed security officials raided their homes and thoroughly searched all around the property, seizing their Bibles, gospel tracts, and notes taken from Christian teachings. Both Shima and Shokoufeh were then transferred to an unknown location.
Ahvaz is a city in the southwest of Iran and the capital of Khuzestan

At the same time, another group of security officers raided their parents’ house and searched there as well.

The Zanganeh family made multiple inquiries from local authorities to find out the whereabouts of their daughters. They were eventually referred to the Intelligence Service Office in Ahvaz, but officials in the office told them they had no information about the sisters.

After a few days of uncertainty, Shima called her family and let them know they are both being held in the Amanieh Intelligence Office in Ahvaz.

Eventually, on Wednesday, December 12, 2018 the Zanganeh sisters’ case was sent to branch 12 of the Revolutionary Court in Ahvaz. After appearing in court, both Christian converts were transferred to Ahvaz Sepidar prison.

When the two sisters appeared in court their young judge granted them conditional release on a heavy bail of 500 Million tomans (approximately $50,000 USD) for each, for a total of 1 Billion tomans.

Read more:

adcali.com 20 December 2018

, ,

Iran – Sistan-et-Baloutchistan :Des fillettes meurent carbonisées dans une école.

Trois écolières ont perdu la vie mardi lors d’un incendie d’une école primaire dans la ville de Zahedan, a indiqué Alireza Nakha’i, le directeur général du Département de l’éducation nationale dans la province du Sistan-et-Baloutchistan (sud-est de l’Iran) lors d’un entretien avec l’agence de presse Tasnim.

” Les trois victimes s’appelaient Saba Arabi, Maryam Nokandi et Mona Khosroparast “, a précisé la même source.

L’incendie a eu lieu à 9h du matin dans une école primaire pour filles dans l’Avenue Mostafa Khomeiny de la ville de Zahedan, a affirmé Khosro Saravani, le chef des sapeurs-pompiers de la ville, dans un entretien avec la presse. Les sapeurs-pompiers ont réussi de sauver la vie de 55 fillettes en proie à l’incendie, a précisé Saravani.

” Selon les premières estimations, l’incendie a commencé à partir d’un poêle à pétrole “, a encore expliqué le chef des sapeurs-pompiers.

En 2012, deux écolières sont mortes et douze autres défigurées à vie dans un incendie dans le village Chinabad, au nord-ouest de l’Iran

Ce n’est pas la première fois que le manque de système de chauffage et l’emploi des appareils rudimentaires provoquent des drames dans les écoles iraniennes. Le même scénario avait déjà eu lieu en 2006 dans une école de la ville de Marvdasht (province de Fars, sud d’Iran) où huit écoliers en sont sortis défigurés, avant de se répéter en 2012 dans une école du village Chinabad de la ville de Piranshahr (province de l’Azerbaïdjan occidental, dans le nord-ouest) où deux écolières avaient perdu la vie, et vingt-huit autres avaient été défigurées. Ces dernières victimes sont surnommées ” les filles de Chinabad “. L’État iranien avait promis en un premier temps de payer les frais de leurs soins en les envoyant à l’étranger pour des chirurgies plastiques ; une promesse qui a connu le même destin que les nombreuses autres faites par les dirigeants de la République islamique. Elle s’est avérée néant !

adcali.com 19 décembre 2018

, ,

A la veille de la fête du Christ, Êtres la voix des prisonniers politiques, en particulier des prisonniers oints en Iran…

Le bel éclairage du bâtiment de sécurité néerlandais dans le sens de l’introduction de la campagne “Écrire pour les droits légaux” du visage permanent d’Athéna est également magnifique.

adcali.com 15 décembre 2018

, , ,

Iran Regime Breaks Legs and Shoulder of Political Prisoner in Vicious Beating.

12 December 2018.

By Staff Writer

Iranian political prisoner Arzhang Davoodi had both of his legs and his shoulder broken after being beaten and thrown off a staircase at Zahedan Central Prison in Baluchistan province, according to sources, and medical diagnoses say that he will not be able to walk without aid for the rest of his life.

Davoodi, 65, was summoned to the prison’s chief office on April 3, where his hands and feet were enchained. As he left the room, the deputy chief of the president shoved him off the staircase from the second floor and, as Davoodi’s feet and hands were still in shackles, he was unable to maintain his balance. This assault resulted in the breakage of Davoodi’s right thighbone and left tibia, the dislocation of his shoulder and bruises on his spinal cord.

Currently, Davoodi, a teacher, can barely walk even with a walker and is being kept in a dirty, dark room in the prison’s quarantine section, which is only worsening his already poor health.

Davoodi has been on hunger strike since March 3 in protest at being kept in a small solitary confinement unit since August 2017, with denial of access to family visits, phone calls, communications with prisoners, free airtime, reading, television, and access to medication and suitable food.

In an open letter, dated March 2018, Davoodi explained the reasons for his hunger strike.

He wrote: “I merely want some air and some sunlight, of which I’ve been inhumanly deprived since August. This shameless and lengthy suppression of my rights has worsened my heart condition and diabetes. It has caused my eyesight to become dim… When I was returned to Zahedan prison, my physical conditions further deteriorated, because I’m being held in a very small cell, known as ‘solitary no.2’ of the prison’s quarantine section… The very harsh measures seen in the prisons of this province is not only imposed against political prisoners. This nature is literally seen in all forms of this regime’s authorities who always resort to force.”

He also called on Zeid Ra’ad al-Hossein, the UN High Commissioner for Human Rights, and other human rights organizations to investigate Iran’s prisons.

Davoodi, who was taken to Zahedan prison in January, was arrested in 2003 for criticizing Iran’s human rights record in a documentary that investigated the suspicious death of Zahra Kazemi, a Canadian-Iranian photojournalist. During his time in prison, Davoodi has been repeatedly tortured, beaten, kept in solitary confinement and kept in unsanitary conditions.

Amnesty International has repeatedly called for Davoodi to be released immediately as he is a “prisoner of conscience”.

, , ,

IRAN: CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ EN 1988 EN IRAN, DES PERSONNALITÉS DE HAUT RANG IMPLIQUÉES

Amnesty International ,
Les prisonniers executés en 1988

Communiqué de presse publié le 4 décembre 2018, Londres/Berne. Contact du service de presse
En cachant les circonstances dans lesquelles des milliers de dissidents politiques ont «disparu» et ont été exécutés en secret dans les prisons il y a 30 ans, les autorités iraniennes continuent de se rendre responsables de crimes contre l’humanité.

Lire plus:
https://www.amnesty.ch/fr/pays/moyen-orient-afrique-du-nord/iran/docs/2018/crimes-contre-humanite-en-1988-en-iran-personnalites-de-haut-rang-impliquees

adcali.com 4 décembre 2018

, ,

Iran:Free anti-death penalty activist Atena Daemi…

Atena Daemi is an anti-death penalty campaigner and a women’s rights activist serving a seven-year prison sentence in Iran for her peaceful activism. Her crime? Handing out anti-death penalty leaflets and criticizing Iran’s execution record on social media.

Lire plus et voir:

https://www.amnesty.org/en/get-involved/take-action/w4r-2018-iran-ateni-daemi/

🔴درخواست حمایت پدرو مادر اتنا دائمی از مردم برای حمایت از اتنا و زندانیان سیاسی.#اتحاد_ایران_همبستگی_ملی#جمهوری_جور_جهل_جنایت #میدان_میلیونی

Posted by Eddy Javaher on Tuesday, November 27, 2018

adcali.com 01,12,2018