, , , ,

Iran : Appel Pour Faire Libérer Les Prisonniers En Grève De La Faim

Des défenseurs des droits humains exhortent les autorités iraniennes à libérer plusieurs prisonniers qui ont pris part à une grève de la faim. Les militants affirment que trois prisonniers qui sont en grève de la faim sont emprisonnés dans une situation dangereuse.

Les trois prisonniers en question sont Golrokh Iraii, Atena Daemi et Arash Sadeghi.

Mme Golrokh Iraii, qui en est aujourd’hui à son 68e jour de grève de la faim, a été condamnée à une peine de six ans d’emprisonnement pour « insulte à l’Islam ». Elle avait été arrêtée lors d’une descente de police et d’une perquisition à son domicile. La police n’avait pas de mandat de perquisition, mais n’en a pas tenu compte.

Les policiers ont trouvé des histoires privées et non publiées qu’elle avait écrites….

, ,

Iran : voyage interdit au pays des ayatollahs..

En République Islamique d’Iran, tout est interdit, ou presque : porter une cravate, écouter de la musique, danser, avoir un chien, jouer aux cartes, boire de l’alcool, fêter la Saint-Valentin, prendre des photos et même jouer à la poupée Barbie… Les femmes n’ont pas le droit de chanter en public ou faire du vélo. Et, bien sûr, elles ne peuvent sortir que voilées. Comment vivre dans un pays où la religion dicte toutes les règles ?nnLes caméras d’Enquête Exclusive ont réussi à échapper à la surveillance des ayatollahs. En totale clandestinité, nous nous sommes immergés dans ce pays mystérieux, ultra-sécuritaire, et avons partagé le quotidien de la nouvelle génération de Téhéran. Alors que la consommation d’alcool est punie de 40 coups de fouet et peut même conduire à la peine de mort en cas de récidive, la jeunesse iranienne n’hésite pas à braver tous les interdits. Soirée électro, production d’alcool, réseaux de drogue, tenues affriolantes et sexy…. Derrière la charia, nous avons découvert un pays prêt à tout pour s’émanciper.nnSi la police des mœurs est omniprésente, si la répression est impitoyable, si les condamnations arbitraires se multiplient, cela n’impressionne plus les jeunes Iraniens. Plus que jamais, ils ont soif de liberté. Spécialistes de la combine, ils détournent, aménagent, transgressent… souvent au péril de leur vie. En 2016, 900 personnes ont été exécutées, dont 5 mineurs. L’Iran détient le record mondial du nombre d’exécutions par rapport au nombre d’habitants. nnAvec la récente levée des sanctions internationales, l’Iran s’ouvre petit à petit sur le monde et devient une nouvelle destination à la mode. Certains Iraniens, les plus débrouillards, ont désormais accès aux réseaux sociaux. À Téhéran, alors que la censure est partout, on fait du shopping dans des malls, on se nourrit dans des fast-foods et on profite de l’influence du « Grand Satan », le nom donné par le régime des ayatollahs aux États-Unis. nnEnquête clandestine en Iran, l’une des dictatures religieuses les plus répressives au monde.

Source: M6
https://www.telereplay.fr/emission/414868/Enquete_Exclusive.html

, ,

Shirin Ebadi:”La réforme est inutile en Iran”.

Le lauréat du prix Nobel iranien est en pleine réforme. Elle veut changer de mode.
Shirin Ebadi, avocate iranienne des droits de l’homme et lauréate du prix Nobel de la paix, en a assez. Pendant des années, elle a représenté le dissident de son pays dans les tribunaux corrompus de la République islamique. Elle s’est exprimée en faveur des droits des femmes, des minorités et des étudiants à l’étranger. Mais elle n’a jamais appelé à la fin du régime qu’elle combattait pour se réformer. Jusqu’à maintenant

“La réforme est inutile en Iran”, m’a dit Ebadi dans une interview jeudi. “Le peuple iranien est très insatisfait de son gouvernement actuel, il a compris que ce système n’est pas réformable”…
Lisez plus:

https://www.bloomberg.com/view/articles/2018-04-05/shirin-ebadi-is-done-trying-to-reform-iran-she-wants-regime-change

, , ,

Un mollah en Iran explique comment la musique rend malade .

Pendant que le lobby des mollahs s’escrime à organiser sous la direction d’une député française, Delphine O (la Photo), une “semaine culturelle d’Ispahan à Paris”, voilà qu’un mollah fait le buzz en Iran en expliquant comment et pourquoi la musique est la cause de maladies et pas des moindres. Stupéfiant !

Hassan Mosleh, l’imam du vendredi de la ville de Borazdjan, dans le sud-ouest de l’Iran, a expliqué pêle-mêle au journal régional “Khabar-e-Jenoub” (les nouvelles du sud) tous les effets désastreux de la musique sur la santé. Il a tiré sa science occulte et inculte … des déclarations d’autres mollahs à travers les âges. « La musique peut causer un déséquilibre nerveux, proche de la démence à divers degrés, une vie plus courte, des problèmes de tension artérielle, la dépression, source de prostitution et de crimes, la baisse de l’audition, la baisse de la vue jusqu’à la cécité, l’incapacité de penser, la perte de volonté, la perte de l’honneur, une mort soudaine, l’hypocrisie et la bipolarité, la malchance dans la vie et la perte de temps. »

Selon lui, seules les musiques de deuil favorisant les pleurs et les lamentations, et les marches militaires sont saines et propres à la consommation. On aura compris: tout ce qui porte à la joie collective est un danger, tout ce qui porte à la mort … fait la joie des mollahs.

Ce n’est pas le premier à divaguer sur le sujet. La grande majorité des villes en Iran interdisent les concerts notamment Ispahan. Les femmes ne peuvent se produire en public, et dernièrement même devant un public féminin. La voix des femmes est cause de péché car elle fait tomber l’homme en tentation. Si par le plus grand des hasards on les laisse monter sur scène, elles doivent être mariées, se mettre derrière un homme, porter des vêtement neutres et larges et « ne pas faire plus de gestes que nécessaire pour jouer de la musique ». La télévision intégriste ne permet pas de montrer des instruments de musique à l’écran. N’en jetez plus, la cour est pleine !

Or les mollahs sont au pouvoir et gèrent un pays depuis 39 ans. On comprend dans quel état ils ont mis la culture en Iran, sans parler du reste, et pourquoi la colère gronde.

adcali.com 7 AVRIL 2018

, , ,

Iran : Promotion des mariages de fillettes à la télévision d’Etat Création : 5 avril 2018

Une série télévisée diffusée pendant les vacances du Norouz, le Nouvel an iranien (qui tombe le premier jour du printemps le 20 mars) a été largement critiquée par les militants des droits de l’enfant pour encouragé le mariage des fillettes.

La série intitulée “Payetakht” ou la capitale, une comédie se moquant du mariage de deux adolescentes de 12 ou 13 ans, a suscité une grande inquiétude parmi les défenseurs des droits de l’enfant.

Selon ces derniers, la série télévisée qui se moque du mariage précoce a déjà violé de nombreux droits de l’enfant dans les dialogues entre les personnages et demandent des comptes aux producteurs.

Le projet de loi proposant de relever l’âge du mariage des filles est au placard depuis des années au Parlement et les députés s’y opposent.

Selon Farshid Yazdani, chercheur en sciences sociales et directeur exécutif de l’Association pour les droits de l’enfant, près de 13 000 filles sont devenues veuves à la suite d’un divorce en 2015, juste en 2015. Le nombre de filles de moins de 15 ans mariées en Iran est passé de 33 000 en 2006 à 43 000 en 2009, soit 30 % en seulement trois ans. (Site Khabar Online, 1er avril 2018)

Shahrbanou Imami, conseillère municipale de Téhéran et ancienne députée a affirmé qu’il y a 15 000 veuves de moins de 15 ans en Iran. (Agence ILNA, 8 mars 2018)

Zahra Ayatollahi, chef du Conseil socioculturel des femmes et de la famille au Conseil suprême de la révolution culturelle, a également affirmé dans une interview télévisée le 10 mars que, sur la base des statistiques du Centre national de la statistique, il y a eu 36 422 mariages de filles de moins de 15 ans l’année dernière (mars 2016-mars 2017). (Agence ISNA, 10 mars 2018)

Une ONG a annoncé que 1 200 filles de moins de 14 ans étaient devenues veuves en 2015 et qu’il y avait 2 000 veuves de 9 à 12 ans.

adcali.com

, , ,

Iran: Golrokh Iraee went into coma after 60 days of hunger strike Created: 04 April 2018

Political prisoner Golrokh Ebrahimi Iraee has gone into coma after some 60 days of hunger strike. She has been transferred to an unknown hospital.

Ms. Iraee started her hunger strike on February 3, 2018, ten days after being unlawfully transferred and banished to Qarchak Prison in Varamin in violation of the principle of separation of prisoners’ categories. She demands being returned to the Women’s Ward of Evin Prison. Ms. Iraee has refused injection of serum and breaking her hunger strike. She is in critical conditions.

The assistant Prosecutor of Evin has declared that he will not allow Ms. Iraee back to Evin even if she dies.

Ms. Iraee is sentenced to six years in prison for writing an unpublished story against the inhuman sentence of stoning. Her husband, Arash Sadeghi, is also imprisoned and sentenced to 19 years.

In the course of the uprising in December and January, Ms. Iraee sent out an open letter from prison, calling on young protesters to remain steadfast in their quest for freedom and pay any price in this path. It was in retaliation to this letter, that Ms. Iraee and her cellmate, Atena Daemi, were summoned several times and finally brutalized and transferred to Qarchak Prison in the dark of the night on January 24, 2018.

Qarchak or Shahr-e Ray Prison is a disused chicken farm used to detain ordinary women criminals. The sanitary conditions in this prison are deplorable and even the water is salty and not suitable for drinking.

adcali,com 7 Avril 2018

, ,

la culture des mollahs débarque à Paris!

Voila, voilà! Le groupe d’amitié parlementaire franco-iranien sous la férule de Delphine O s’est décarcassé pour monter à Paris et dans la mécano culture l sur l’españa en faveur des mollahs, qui sont des spéciaux de depementement 39 et dans la censure et l’inquisition en Iran.

Il est bon que Dauphin O le visage de 17 filles de la ville d’Ispahan Sacrifice, qui avec l’acide dans la rue sur l’ordre de l’imam de vendredi à Ispahan, et leur beauté et leur vie ont été détruites Il a montré Pour le français …

ADCALI.COM 5 Avril 2018

, , ,

ATTENTION DANGER!

En pleine répression du soulèvement populaire en Iran par la dictature religieuse, et alors que le peuple se bat courageusement contre les exécutions, la torture, le voile obligatoire, etc., le régime des mollahs, accompagné de ses lobbies en France, s’active pour faire oublier ses crimes et tenter de s’acheter une nouvelle virginité.

Vivre Paris au rythme d’Ispahan : non merci ! le régime iranien organise à Paris une « semaine culturelle » sur Ispahan en cachant sous le tapis les horreurs qu’il y commet.

#SaveIsfahan des mollahs !

adcali.com 3 Avril 2018

, , ,

Joan Baez, chanteuse engagée.

Toute sa vie, elle a voulu changer les choses grâce à ses chansons et ses actions.

Portrait de Joan Baez

Toute sa vie, elle a voulu changer les choses grâce à ses chansons et ses actions. Joan Baez, chanteuse engagée.

Posted by Brut on Monday, February 26, 2018

hc_ref=ARQkTnzS3sk3Ht6AV1XJ4_XlYgDj1b9dBMFtgVYgfxsz3fu2es_DRawWTzB7Fw2Pf94

, , ,

Iran: Pulvérisation d’acide sur les visages des femmes Sur les ordres des mollahs des prières du vendredi.

L’acide piégé sur les visages des filles et des 17 femmes dans la ville d’Ispahan par des fonctionnaires en civil ,est la honte du gouvernement des mollahss.

Yusuf Tabatabaye Nejad, imam de vendredi à Ispahan, qui a déclaré que “la question du hijab n’a été qu’un rappel du passé, et pour faire face à de mauvais coupables, il faut l’améliorer et faire usage de la force”.

La jeune femme blessée par le régime des mollahs en Iran, avec un sourire courageux …!
Ce beau sourire reflète la défaite des mollahs contre la forte volonté des femmes iraniennes.
Samar AZAD. 3 Mars 2018