, , , , , , ,

Iran : Mon vote est la chute des mollahs en iran et un changement de régime …

Faits sur les soi-disant élections en Iran
• Le 21 février 2020, les prétendues élections législatives se tiendront en Iran pour les 290 sièges de «l’Assemblée islamique». En réalité, le chef suprême du régime et l’institution sous son contrôle, le Conseil des gardiens, sélectionnent les candidats sur la base de leur allégeance “sincère” et “pratique” au chef suprême, Ali Khamenei.

adcali.com 18 février 2020

, , , , , , ,

Iran – La farce des législatifs.

Soumis à d’énormes pressions tant au pays qu’à l’étranger, le régime iranien doit tenir ses pseudos élections parlementaires le 21 février pour donner une image dite «démocratique». Alors que la date approche, craignant un boycott sans précédent, les responsables du régime continuent de plaider pour inciter à la participation par tous les moyens.

La disqualification massive des membres de la faction du président du régime, Hassan Rohani, par le Conseil des Gardiens, qui est directement sous le contrôle du Guide suprême, Ali Khamenei, a amené la faction de Rohani qui a activement participé à tous les crimes du régime à remettre en question ces élections.

Rohani, d’une part, a qualifié les élections du régime de «sélections», d’autre part, a supplié le peuple iranien à participer, car il a autant besoin de cacher son absence de légitimité que Khamenei.

Vendredi, Ebrahim Raïssi, le chef du pouvoir judiciaire du régime, a déclaré à cet égard: “Quiconque remet en question les élections est sur le front de l’ennemi”, essayant de minimiser les faits révélés lors des luttes internes du régime qui prouvent les processus et les politiques corrompus qui sous-tendent le régime. Pourtant, les remarques de Raïssi révèlent également la sensibilité de ces élections pour le régime.

LA PLAIDOYER DÉSESPÉRÉ DE KHAMENEI
Jeudi, Khamenei a ouvertement plaidé pour supplier le peuple à participer aux élections.

Tout en démontrant le besoin de son régime pour la participation du peuple aux élections, Khamenei a déclaré : « Premièrement, [les élections] garantissent la sécurité du pays si tout le monde participe aux élections. Pourquoi ? Parce que les ennemis qui menacent le pays craignent davantage le soutien populaire que nos armes ; Oui, ils craignent aussi nos missiles, mais ils craignent davantage [les élections]. La participation aux élections montre le soutien populaire et cela apporte la sécurité. »

“Deuxièmement, cela montre la force du peuple”, a ajouté Khamenei, tout en admettant que “il y a des problèmes dans le pays” et que “nos échecs ont créé des problèmes pour le peuple et ils ont des objections”. Pourtant, il attend du peuple qu’il participer aux élections pour montrer «la détermination, le pouvoir et la vision du peuple », ce qui se traduit essentiellement par «le soutien au régime».

Il a appelé sans vergogne la farce électorale du régime «les élections les plus honnêtes au monde», et a imploré la participation et a déclaré: «Certains ne m’aiment peut-être pas, mais ils devraient voter pour le prestige et la sécurité du pays».

Les propos de Khamenei constituaient une admission sans précédent du dégoût général envers l’ensemble du régime. Le peuple iranien a clairement montré sa volonté de changement de régime en Iran lors des manifestations à l’échelle nationale en Iran en novembre et janvier en scandant des slogans tels que «A bas Khamenei», «Khamenei, démissionne» et «Nous ne voulons pas de la République islamique». D’autres slogans anti-régime qui étaient considérés comme tabous et sévèrement punis par le régime sont maintenant ouvertement scandés par des manifestants à travers l’Iran.

Par conséquent, sur le front intérieur, le régime est confronté à une crise existentielle exacerbée alors que le peuple iranien avance dans sa quête d’un changement de régime. Khamenei doit mettre en place une démonstration de soutien populaire, à la fois pour remonter le moral de ses troupes et pour préparer le terrain à de nouvelles oppressions de la population.

LES CRISES ÉTRANGÈRES DU RÉGIME
Alors que Khamenei essaie désespérément de rassembler son régime dans un contexte de crise intérieure croissante, il doit faire face à l’isolement international croissant du régime. La politique d’apaisement arrivant à son terme, le régime est confronté à une pression croissante sur ses activités illicites et bellicistes, telles que le développement d’armes balistiques et nucléaires, l’ingérence violente dans les pays voisins et le financement du terrorisme dans le monde.

Les sanctions sans précédent imposées au régime, qui ont limité son financement du terrorisme, ont restreint la stratégie du régime d’exportation du terrorisme à l’étranger, qui ont longtemps défini les piliers de son existence.

Le régime essaie désespérément de recruter des pays européens de son côté pour gagner en légitimité dans sa confrontation avec la communauté internationale, comme la récente visite infructueuse de Josep Borrell, le plus haut diplomate de l’Union européenne à Téhéran.

Les alliés traditionnels du régime éprouvent de plus en plus de difficultés à soutenir ce régime. Pour les partisans de la politique de complaisance, se ranger du côté d’un régime qui vient de tuer 1 500 de ses propres citoyens dans les rues d’Iran s’avère très coûteux.

Khamenei a déclaré dans ses remarques : «Les élections résolvent bon nombre de nos problèmes internationaux. La façon dont les observateurs internationaux jugent les pays et décident de les traiter dépend beaucoup de ces choses. »

En d’autres termes, Khamenei et son régime ont plus que jamais besoin d’organiser les élections et de mobiliser ses troupes pour dissimuler son isolement intérieur.

Pourquoi le régime est-il incapable d’organiser des élections démocratiques ?

Alors que Khamenei a désespérément besoin de passer par la farce des élections législatives, il ne peut pas empêcher les nombreux problèmes qui se produisent pendant ces mises en scènes. Les élections ont traditionnellement été une période de troubles pour le régime, élargissant les clivages entre les factions dirigeantes et préparant le terrain pour des manifestations à l’échelle nationale. Cela s’est produit en 2009, ce qui a conduit à la rupture de l’hégémonie de Khamenei sur ses forces.

Les membres de différentes factions du régime considèrent les élections comme une opportunité d’obtenir une plus grande part du pouvoir et de piller les ressources du pays.

Dans l’intervalle, le Conseil des gardiens du régime a procédé à une disqualification généralisée des candidats rivaux, déclenchant des différends entre les responsables, ce qui a à son tour a entraîné des révélations par les responsables mécontents de nombreux faits illégaux sur la manière dont les élections se déroulent dans le régime.

Le député du régime iranien Mahmoud Sadeghi, de la faction de Rohani, a révélé la semaine dernière de nouveaux aspects de la corruption et de la collusion dans le processus de sélection des candidats au Majlis, tweetant: «Dans ce tour des élections, les intermédiaires ont parfois demandé jusqu’à 40 milliards de rials (environ 300 000 $) [pour s’assurer que le candidat est] approuvé. Quel parlement ce sera ! »

Les luttes intestines croissantes du régime affaiblissent le régime dans son intégralité, ouvrant la voie à de nouvelles manifestations du peuple iranien à venir. Le peuple iranien est prêt à changer un régime qui ne lui a apporté que guerre, chaos, pauvreté et injustice sociale. Ils ont rejeté toute possibilité de réforme au sein du régime en scandant “Réformateurs, conservateurs, le jeu est maintenant terminé” et leur véritable vote est un changement de régime.

En un mot, Khamenei est dans une impasse car il a besoin d’une façade démocratique à la fois pour ses politiques intérieure et étrangère, alors que son régime n’a aucune capacité à adopter des procédures démocratiques.

adcali.com 12 février 2020.

, , , , , , , , , ,

Quelque 200 millions d’euros supplémentaires pour la force terroriste Qods en Iran.

Le parlement des mollahs approuve ce supplément budgétaire en vue d’exporter le terrorisme et la guerre dans la région

Ali Larijani, membre du corps des pasdaran et président du parlement du régime iranien, a annoncé qu’avec l’aval personnel du guide suprême des mollahs Ali Khamenei, le parlement a approuvé un supplément budgétaire de 200 millions d’euros à la Force terroriste Qods pour les deux derniers mois de l’année civile iranienne, provenant du « Fonds national de développement » du pays.

La force Qods dépensera l’argent du « fonds de développement » pour développer de nouvelles attaques terroristes et le bellicisme dans la région, en particulier en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen. Le parlement des mollahs avait précédemment agi pour ajouter 2 milliards d’euros venant de ce fonds afin d’augmenter le budget de la Défense pour l’année suivante.

Le pillage des richesses du pays pour financer les guerres et le terrorisme survient à un moment où les revenus de la plupart des Iraniens sont passés sous le seuil de pauvreté.

Le chômage et l’inflation montent en flèche et les salaires des travailleurs ont chuté si bas qu’ils ne peuvent même pas couvrir un tiers de leurs dépenses. La plupart du temps, ces salaires sont retenus pendant de nombreux mois. La vérité est que le régime pille non seulement les revenus pétroliers du pays mais aussi tous les biens du peuple iranien pour financer sa répression interne et son exportation du terrorisme et de la guerre, et financer ses programmes nucléaires et de missiles antipatriotiques. Ce régime et sa politique sont à la base de la crise économique et des problèmes quotidiens qui assaillent les Iraniens.

adcali.com 08 janvier 2020

, , , , , , , ,

Iran,1988: La République Islamique d’Iran, quelques jours après la fin de la guerre Iran-Irak, émet l’ordre d’exécuter tous les rebelles politiques emprisonnés.

Ahmad Raouf Bachari Doust, arrêté cinq ans avant – à l’âge de 16 ans – fera partie, lui aussi, des 30 000 prisonniers politiques exécutes.

Décembre 2018, Raouf Massoumeh, journaliste iranienne et sœur de Ahmad, publie une bande dessinée inspirée à l’histoire de son petit frère. « Un petit prince au Pays des mollahs ».

Un ouvrage dédié à tous les morts dans le massacre. Un chant au courage et à la liberté.

Refugiée en France, Raouf Massoumeh continue à se battre pour la chute du régime des mollahs.

Dimanche 17 novembre, nous l’avons rencontrée lors du Salon du livre du Touquet.

Une interview de Chiara De Martino pour la Maison des journalistes.

Un petit prince au Pays des mollahs – Interview de Raouf Massoumeh

Iran, 1988. La République Islamique d'Iran, quelques jours après la fin de la guerre Iran-Irak, émet l'ordre d'exécuter tous les rebelles politiques emprisonnés. Ahmad Raouf Bachari Doust, arrêté cinq ans avant – à l'âge de 16 ans – fera partie, lui aussi, des 30 000 prisonniers politiques exécutes. Décembre 2018, Raouf Massoumeh, journaliste iranienne et sœur de Ahmad, publie une bande dessinée inspirée à l'histoire de son petit frère. « Un petit prince au Pays des mollahs ». Un ouvrage dédié à tous les morts dans le massacre. Un chant au courage et à la liberté.Refugiée en France, Raouf Massoumeh continue à se battre pour la chute du régime des mollahs. Dimanche 17 novembre, nous l'avons rencontrée lors du Salon du livre du Touquet. Une interview de Chiara De Martino pour la Maison des journalistes.

Posted by Maison des journalistes MDJ on Wednesday, December 11, 2019

adcali.com 30 décambre 2019

, , , , ,

La Syrie et ces jours-ci Un autre massacre …

Un autre massacre et Pleurer le père Noël en Syrie…

adcali.com 28 decembre 2019

, , , , , ,

Genève-Iran: le représentant du régime iranien à Genève a affirmé que la « République islamique est l’une des plus grandes démocraties de l’Asie occidentale et n’a pas besoin de rapporteur spécial » !

Alors qu’Amnesty International et les gouvernements occidentaux ont fermement condamné la violation des droits de l’homme par le régime iranien,
le représentant du régime iranien au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève a affirmé que la « République islamique est l’une des plus grandes démocraties de l’Asie occidentale et n’a pas besoin de rapporteur spécial ».
L’organisation demande aux États prenant part à l’Examen périodique universel (EPU) consacré à l’Iran de dénoncer les violations généralisées des droits humains et de faire des recommandations concrètes en vue d’y remédier.

« Frénésie d’exécutions, persécution incessante des défenseurs des droits humains, discrimination endémique à l’égard des femmes et des minorités et crimes contre l’humanité, la longue liste des violations recensées en Iran révèle une nette détérioration de la situation des droits humains, a déclaré Philip Luther, directeur des recherches et des actions de plaidoyer pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International.

Les représentants des pays occidentaux

Les représentants des pays occidentaux ont condamné la violation des droits de l’homme par le régime iranien lors de la session de l’ONU vendredi.
“Depuis des décennies, l’Iran a violé de manière flagrante les droits humains de ses citoyens”, a déclaré le représentant des États-Unis, Mark Cassayre, ajoutant : “Nous exhortons le gouvernement à autoriser le Rapporteur spécial à se rendre dans le pays et à enquêter sur les pratiques existantes”.

“Nous restons profondément préoccupés par l’incapacité de l’Iran à respecter ses obligations juridiques internationales et par la détention arbitraire de citoyens et de doubles nationaux arrêtés sur des accusations peu claires, dénués de procès en règle et soumis à des mauvais traitements”, a déclaré Miriam Shearman, représentante du Royaume-Uni auprès de l’ONU Genève.

Larijani représente un régime qui est le pire violateur mondial des droits de l’homme et qui a exécuté plus de 120 000 personnes et en a emprisonné et torturé bien d’autres. Sur le seul été de 1988, sur la base d’un décret religieux de Khomeiny, plus de 30 000 prisonniers politiques, ont été exécutés en quelques mois.

En juillet 2019, Mostafa Pourmohammadi, ancien ministre de la Justice du régime et membre de la «commission de la mort» de 1988, a défendu le terrible massacre de 1988 en se ventant d’avoir exécuté des « terroristes». Ce même mois, Amnesty International a publié une déclaration concernant les propos de Pourmohammadi:
«Les récentes déclarations de Mostafa Pourmohammadi, conseiller auprès du chef du pouvoir judiciaire iranien et ancien ministre de la Justice, qui défend les exécutions extrajudiciaires massives de 1988, confirment de manière choquante la violation délibérée par les autorités du droit international des droits de l’homme, à l’époque et maintenant. Amnesty International a déploré le sentiment d’impunité dont jouissaient de hauts responsables liés au meurtre.

L’organisation est particulièrement préoccupée par les commentaires de Mostafa Pourmohammadi accusant les partisans de la vérité de “terroriste” et de “collusion” avec les ennemis géopolitiques de l’Iran, affirmant qu’ils doivent faire face à des poursuites … Les responsables iraniens actuels et passés ne doivent pas être autorisés à se protéger de la responsabilité pour les exécutions extrajudiciaires massives aux campagnes de désinformation et de menaces de représailles contre toute personne cherchant à les éclairer. ”

adcali:com 15 Novembre 2019