, , , , , , , ,

Iran:’Regime falls from the bottom up’

Madame Maryam Rajavi, first of all, let me congratulate you on the remarkable historic achievement on Friday of the virtual conference that you held. It was well over 100 countries, over 30,000 locations, millions of people participated. And I have been getting texts and messages from all over the world about it. Most importantly, broadcasting it right into Iran so that the people who are oppressed can understand the single most important thing they need to accomplish regime change, which is hope that was deprived them for many, many years.

A combination of your steadfast leadership and courage of you, the NCRI, the MEK, and now an American government that is not a government of appeasement, but a government that seeks the best for the Iranian people, where it’s starting to feel, particularly with the situation inside Iran, that freedom is inevitable. All of the conditions that I’ve observed in countries that make the leap from totalitarianism to freedom, this is what precedes it. You’ve had now two years of demonstrations and protests that have been about political oppression, but also about economic oppression and about some of the most important things in life, the ability to feed yourself, feed your children, as well as to remain safe from just arbitrarily being shot and killed.

When this began back, a year and a half ago, the regime expected to put this out in very short order. But there were a couple of things that were different. They were met with an American administration that didn’t do what President Obama disgracefully did, turn his back when people were just asking for some words of hope, failing the test that Ronald Reagan set back in the ‘80s when he embraced solidarity in Poland. It took another six or seven years, but the critical moment for the fall of the Soviet Union, the Berlin Wall, the liberation of many of the countries that are now your strongest supporters in Eastern Europe because they understand liberty, having experienced totalitarianism. You have those conditions now in Iran.

TOP STORIES
Report: Lakers, Clippers vote to boycott NBA season
Jacob Blake’s mother tells Don Lemon she has ‘the utmost respect’ for Trump
Biden collects rent from Secret Service

Up until COVID-19 happened, the sanctions that had been imposed by the Trump administration were much more onerous, they’re much more biting and much more effective than the ones in the Obama administration, which I always felt were not enforced properly. Then also there was at the very end when they entered into that very, very dangerous, I believe immoral, nuclear agreement that would have sent Iran on the path to being a nuclear power in 10 years or less. They accompany that with a shipment of $1.7 billion in cash. My government does not transport cash. Drug dealers organized criminals, mafia, revolutionary groups transport cash. Governments deal in wire transfers. There is something very wrong with this $1.7 billion that Obama paid to a murderous regime. Something very wrong with it when you consider that Iran does three things with its money.

That agreement is now over. President Trump in one of the bold moves of his administration rejected it, and really instituted sanctions enforced by a Treasury Department that’s serious about freedom for Iran.

https://www.washingtontimes.com/news/2020/aug/13/regime-falls-from-the-bottom-up/?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=facebook&utm_source=socialnetwork&fbclid=IwAR12u0-K5AmbqYaw_6DAPV6rXnNDZr6fQgCOFUliTkQsXc0xJrZytcEHBZQ

adcali.com August 13, 2020

, , , , , , , , ,

Iran:It’s Time to Support the Iranian Opposition that Tehran Wants to Destroy.

Iran is at a crossroads. Over the past two and a half years, the Islamic Republic has witnessed three nationwide uprisings. Last November, the second of these resulted in what may have been the worst crackdown on dissent since the regime’s massacre of 30,000 political prisoners in 1988.

Both crackdowns targeted the same group, which has remained the single greatest threat to the mullahs’ hold on power since shortly after the 1979 revolution. The People’s Mujahedin Organization of Iran, also known as Mujahedin-e-Khalq or MEK, comprised most of the victims of 1988’s “summer of blood,” and it has been expressly identified by Supreme Leader Ali Khamenei as the driving force behind the recent uprisings. His warnings no doubt helped to justify the killing of 1,500 peaceful protesters last November, as well as the imposition of multiple death sentences in the ensuing months.

Iran’s latest political violence shows that the theocratic regime’s efforts to stamp out dissent have failed and that its fear of the MEK remains undiminished. The massacre of political prisoners, the killings in November, and state-sponsored terrorist attacks on its political opponents outside Iran all demonstrate that Iran’s clerical rulers will stop at nothing in their efforts to destroy the MEK. But the mullahs’ hostility is the greatest testimony to the opposition group’s effectiveness and the credible threat that it poses to the clerics’ hold on power.

The Supreme Leader and his death squads are terrified of a movement powerful enough to organize domestic protests that normalize internal demands for regime change. Their greater concern is the MEK’s campaign to create a stable government that could serve as an alternative to the current regime. An increasing number of Iranians are coming to believe that a more representative government is not only possible, but imperative. Such sentiment is anathema to a state that has lost legitimacy and rules by fear.

Ever since coming to power, Iran’s clerical leaders have claimed that the MEK is a cult that lacks meaningful support inside Iran. If that is the case, how can they logically claim that the group is responsible for the ongoing protests in Iran? Why would Tehran spend massive sums of money and decades of political energy on demonizing a movement that allegedly has only a marginal impact? Why would the regime risk its already heavily damaged relations with the international community by using its embassies and diplomats in 2018 to execute terrorist attacks on the MEK in Europe?

That year saw the expulsion of Iranian diplomats from a number of European countries after operatives were found to be spying on potential targets and attempting to bomb a gathering of the Iranian opposition in Paris. Another plot earlier in 2018 targeted a community of 3,000 MEK dissidents in Albania, which has welcomed the group’s members who were previously living in Iraq and under near-constant threat from Iran-backed terrorists there.

In addition to the clandestine use of force to silence the MEK, Iran’s rulers have conducted extensive and sophisticated information operations to discredit the group. Over the past several years, Iran’s state-run media has produced a total of 19 movies, series, and documentaries — some of them consisting of up to 28 segments of 30-45 minutes each – that demonize the MEK. In 2018 alone, 18 major books were published by the regime against the MEK.

No opposition group is perfect, and there are plenty of critics who question the MEK’s tactics and politics. But the greatest testament to the MEK’s effectiveness as a counterweight to the depredations of the Islamic Revolution is the obsessive and long-standing animosity that Iran’s leaders have demonstrated towards it.

For those of us in the West who have spent their careers confronting the regional cancer that Iran represents, the MEK’s staying power both at home and abroad offers a welcome opportunity to change Iran for the better. New realities on the ground call for a new approach, and for that reason, the MEK is deserving of support.

adcali,com 23 AUG 2020

, , , , , , , ,

Heiko Maas: Stop the execution of Amir, Said and Mohammad!

Saideh Azadi a lancé cette pétition adressée à Professor Javaid Rehman (UN Special Rapporteur on the Situation of Human Rights in Iran) et à 1 autre
DE/ فارسی/ EN

During the November protests in 2019, thousands of Iranians protested against the oppressive regime in the country. Now three young men are to be executed. Amnesty International has already launched a public appeal (German version), which can also be supported!

The November 2019 protests were caused by the increase of the gasoline price, the desolate economic situation and the massive oppression of the Iranian people by the corrupt Iranian government that has been going on for 40 years. Thousands of demonstrators were arrested, dozens injured and hundreds shot during the demonstration. Among the dead were children and young people.

It has recently become known that among the group of detainees of the November protests in 2019, an Islamic Revolutionary Court in Iran has decided to execute three young men, Amir Hossein, Said and Mohammad. All three belong to the organisers of the November movement. Beforehand, these young men were forced, under severe torture, to confess their guilt of alleged criminal acts :

Amir Hossein Moradi, 25, lived in Germany for three years before returning to Iran to live with his mother and sister. He graduated from high school in computer science and worked as a seller of mobile phones, computers and software in Tehran.
Said Tamjidi is 27 years old and a student of electrical engineering.
Mohammad Rajabi is 25 years old and has high school diploma.
The destiny of these three young men could be my destiny: I am an exiled Iranian woman and had to flee Iran with my parents over 30 years ago due to the political situation and persecution by the government.

On November 16, 2019 Amir Hossein Moradi, Saeed Tamjidi and Mohammad Rajabi took part in protests in Sattar Khan Street in Tehran and were later arrested.

Their death sentence, is based on “enmity to God” (Moharebeh). The judiciary accuses them, amongst other things, of being riot leaders who set fire to petrol stations and banks during the November protests, filmed them and sent them to foreign media. They had acted against the Islamic Republic of Iran. The trial against the three young men was grossly unfair.

“Most of the accusations were wrong and they had been under torture to force them to make a forced confession”. They added that they “were fed up with the injustice in the country and took to the streets to protest against it”. All of them had forcibly disappeared for weeks after their arrest and had no access to their lawyer during the investigation phase. The “confession” of Amir Hossein Moradi, which was broadcasted in a propaganda video on state television days before his trial, was used as evidence to sentence them. The three men are currently imprisoned in Fashafouyeh prison in Tehran province.

*** Update 3 March 2020: According to reports, Amir Hossein, Said and Mohammad, along with 17 other protesters of the November protests, were transferred to Ward 1, suite 11 of the Greater Tehran Penitentiary in the immediate neighborhood of dangerous criminals! They are all suspected to be infected with coronavirus, after Amir Hossein is said to have been tested positive! Ward 1 is dangerous: In the same suite, Alireza Shir Mohammadi, a 21-year-old political prisoner, was stabbed to death in 2019 by two prisoners convicted of drug offences. Access to medical care and hygiene articles is also not available for them.

The families of these men have been in shock since the verdict was handed down, but must remain silent.

We, the undersigned, urge the representatives of the German government and UN human rights to put pressure on the Iranian government and to prevent these executions! It has been shown that public pressure can prevent executions.

Please help the people in Iran!

Sincerely,
The Undersigned

Read more:
https://www.change.org/p/heiko-maas-stop-the-execution-of-amir-said-and-mohammad?recruiter=56318601&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=petition_show&recruited_by_id=0d2c0750-cd6e-0130-472e-00221967ea1d&utm_content=fht-20655045-de-de%3Av2

adcali.com 27 June 2020

, , , , , , ,

Répression Iran:Un manifestant mineur, arrêté en 2019, détenu parmi les adultes au GTP.

mineur détenu avec les adultes grand pénitencier téhéran iran.
Abolfazl Maghsoudi, un mineur est détenu au Grand pénitencier de Téhéran (GTP) parmi les adultes parce que sa famille n’a pas les moyens de payer son importante caution.

Il a été arrêté lors des manifestations de novembre 2019.

Abolfazl Maghsoudi est né le 18 février 2002. Il travaillait dans une maçonnerie de pierre et suivait des cours du soir. Il a perdu son père et il est le soutien de famille.

Même pendant sa détention, M. Maghsoudi travaille pour gagner sa vie.

Abolfazl Maghsoudi a été arrêté par la police du renseignement, le 17 novembre 2019 et il a été emmené dans leur centre de détention. Une fois ses interrogatoires terminés, il a été transféré au Grand pénitencier de Téhéran, le 21 novembre 2019.

Trois mois après son arrestation, le cas d’Abolfazl Maghsoudi est toujours en cours d’examen au tribunal public et révolutionnaire de Pardis. M. Maghsoudi est accusé de « perturbation de l’ordre public ».

Une source informée proche de la famille de M. Maghsoudi a déclaré qu’il avait été identifié en surveillant les séquences des caméras en circuit fermé. Les forces de sécurité l’ont roué de coups de chocs électriques au moment de l’arrestation, dont les cicatrices continuent de rester sur son cou.

La caution fixée pour la mise en liberté provisoire d’Abolfazl Maghsoudi est de 500 millions de tomans et les autorités judiciaires n’ont pas accepté de réduire le montant de cette dernière.

Le soulèvement national de novembre 2019 qui s’est propagé dans près de 191 villes et 30 provinces en Iran était la conséquence de l’augmentation des prix de l’essence.

1500 iraniens et iraniennes ont été assassinés par les Gardiens de la Révolution et les Forces du Bassidj, 4500 ont été blessés et 12 000 arrêtés, en l’espace de quelques jours seulement, c’est dire la violence de la répression qui a été ordonnée et mise en œuvre par les mollahs au pouvoir.

Source : Iran HRM

Adcali.com 19 février 2020

, , , , , , ,

Iran : Mon vote est la chute des mollahs en iran et un changement de régime …

Faits sur les soi-disant élections en Iran
• Le 21 février 2020, les prétendues élections législatives se tiendront en Iran pour les 290 sièges de «l’Assemblée islamique». En réalité, le chef suprême du régime et l’institution sous son contrôle, le Conseil des gardiens, sélectionnent les candidats sur la base de leur allégeance “sincère” et “pratique” au chef suprême, Ali Khamenei.

adcali.com 18 février 2020

, , , , , , ,

Iran : Les rassemblements du régime pour l’anniversaire de la révolution se soldent par un échec cuisant.

Il y a 41 ans, le 11 février, le peuple iranien a renversé la dictature monarchique. Cependant, la liberté, la justice, l’égalité et la prospérité n’a pas été au rendez-vous, Khomeini a trahi les idéaux de la révolution iranienne de 1979 en instaurant une dictature islamiste fascisante.

Chaque année, le régime organise diverses cérémonies à l’occasion de l’anniversaire du 11 février et les autorités s’efforcent de montrer qu’ils bénéficient toujours du soutien populaire et cherchent à entraîner davantage de personnes à leurs rassemblements. Ces cérémonies sont censées montrer «l’unité» entre les différentes factions et la société; or, chaque année, la présence de la population diminue et le fossé entre le pouvoir et la population se creuse.

En revanche, les autorités abusent de ces cérémonies pour attaquer leurs rivaux. À Téhéran, lors du discours d’Hassan Rohani, les partisans d’Ali Khamenei l’ont raillé. Ils ont scandé «Mort à l’hypocrite», tout en portant les affiches de Qassem Soleimani, de Khamenei et de Khomeini.

«Beaucoup moins de monde a participé à la place Azadi par rapport aux années précédentes. Les gens ne sont pas venus à cause de l’augmentation des prix. Les forces de sécurité, les salariés de la municipalité de Téhéran, le personnel de l’organisation du Croissant-Rouge et les familles des victimes de la guerre Iran-Irak étaient les plus nombreux participants », a révélé un membre des forces de sécurité.

À Ispahan, dans le centre de l’Iran – le 10 février, les autorités ont promis de donner une pièce d’or aux étudiants qui assistaient aux cérémonies gouvernementales. “on assiste au 41e anniversaire de la révolution et on prend un selfie sous la bannière de l’école pour l’envoyer ensuite au numéro de téléphone de l’école pour participer à la loterie dans l’espoir de gagner une pièce d’or”, a déclaré le directeur d’une école à Ispahan.

Par ailleurs , on indique que les autorités pénitentiaires ont accordé 24 heures de liberté aux détenus en échange de leur participation au cortège gouvernemental du 11 février. Les détenus ont pu passer toute la journée avec leur famille et retourner en prison le 12 février.

D’un autre côté, le 10 février, les directeurs du Mobarakeh Steel Company ont annoncé qu’ils vont considérer la participation de leurs employés à la cérémonie du 11 février comme des heures supplémentaires et vont les récompenser de 300 000 tomans. Ils ont bien sûr précisé que les employés devaient mettre leur carte de présence au début et à la fin de la cérémonie.

À Chahrekord, dans le centre de l’Iran, la population a fortement boycotté le cortège du 41e anniversaire de la révolution. «Environ 200 personnes ont participé à la procession gouvernementale. 50 d’entre eux étaient des agents de Basij et 150 autres étaient des étudiants qui y ont été amenés sous la pression ou sous le coup de promesses », a déclaré un témoin.

ADCALI.COM : 14 FÉVRIER 2020

, , , , , , ,

Iran – La farce des législatifs.

Soumis à d’énormes pressions tant au pays qu’à l’étranger, le régime iranien doit tenir ses pseudos élections parlementaires le 21 février pour donner une image dite «démocratique». Alors que la date approche, craignant un boycott sans précédent, les responsables du régime continuent de plaider pour inciter à la participation par tous les moyens.

La disqualification massive des membres de la faction du président du régime, Hassan Rohani, par le Conseil des Gardiens, qui est directement sous le contrôle du Guide suprême, Ali Khamenei, a amené la faction de Rohani qui a activement participé à tous les crimes du régime à remettre en question ces élections.

Rohani, d’une part, a qualifié les élections du régime de «sélections», d’autre part, a supplié le peuple iranien à participer, car il a autant besoin de cacher son absence de légitimité que Khamenei.

Vendredi, Ebrahim Raïssi, le chef du pouvoir judiciaire du régime, a déclaré à cet égard: “Quiconque remet en question les élections est sur le front de l’ennemi”, essayant de minimiser les faits révélés lors des luttes internes du régime qui prouvent les processus et les politiques corrompus qui sous-tendent le régime. Pourtant, les remarques de Raïssi révèlent également la sensibilité de ces élections pour le régime.

LA PLAIDOYER DÉSESPÉRÉ DE KHAMENEI
Jeudi, Khamenei a ouvertement plaidé pour supplier le peuple à participer aux élections.

Tout en démontrant le besoin de son régime pour la participation du peuple aux élections, Khamenei a déclaré : « Premièrement, [les élections] garantissent la sécurité du pays si tout le monde participe aux élections. Pourquoi ? Parce que les ennemis qui menacent le pays craignent davantage le soutien populaire que nos armes ; Oui, ils craignent aussi nos missiles, mais ils craignent davantage [les élections]. La participation aux élections montre le soutien populaire et cela apporte la sécurité. »

“Deuxièmement, cela montre la force du peuple”, a ajouté Khamenei, tout en admettant que “il y a des problèmes dans le pays” et que “nos échecs ont créé des problèmes pour le peuple et ils ont des objections”. Pourtant, il attend du peuple qu’il participer aux élections pour montrer «la détermination, le pouvoir et la vision du peuple », ce qui se traduit essentiellement par «le soutien au régime».

Il a appelé sans vergogne la farce électorale du régime «les élections les plus honnêtes au monde», et a imploré la participation et a déclaré: «Certains ne m’aiment peut-être pas, mais ils devraient voter pour le prestige et la sécurité du pays».

Les propos de Khamenei constituaient une admission sans précédent du dégoût général envers l’ensemble du régime. Le peuple iranien a clairement montré sa volonté de changement de régime en Iran lors des manifestations à l’échelle nationale en Iran en novembre et janvier en scandant des slogans tels que «A bas Khamenei», «Khamenei, démissionne» et «Nous ne voulons pas de la République islamique». D’autres slogans anti-régime qui étaient considérés comme tabous et sévèrement punis par le régime sont maintenant ouvertement scandés par des manifestants à travers l’Iran.

Par conséquent, sur le front intérieur, le régime est confronté à une crise existentielle exacerbée alors que le peuple iranien avance dans sa quête d’un changement de régime. Khamenei doit mettre en place une démonstration de soutien populaire, à la fois pour remonter le moral de ses troupes et pour préparer le terrain à de nouvelles oppressions de la population.

LES CRISES ÉTRANGÈRES DU RÉGIME
Alors que Khamenei essaie désespérément de rassembler son régime dans un contexte de crise intérieure croissante, il doit faire face à l’isolement international croissant du régime. La politique d’apaisement arrivant à son terme, le régime est confronté à une pression croissante sur ses activités illicites et bellicistes, telles que le développement d’armes balistiques et nucléaires, l’ingérence violente dans les pays voisins et le financement du terrorisme dans le monde.

Les sanctions sans précédent imposées au régime, qui ont limité son financement du terrorisme, ont restreint la stratégie du régime d’exportation du terrorisme à l’étranger, qui ont longtemps défini les piliers de son existence.

Le régime essaie désespérément de recruter des pays européens de son côté pour gagner en légitimité dans sa confrontation avec la communauté internationale, comme la récente visite infructueuse de Josep Borrell, le plus haut diplomate de l’Union européenne à Téhéran.

Les alliés traditionnels du régime éprouvent de plus en plus de difficultés à soutenir ce régime. Pour les partisans de la politique de complaisance, se ranger du côté d’un régime qui vient de tuer 1 500 de ses propres citoyens dans les rues d’Iran s’avère très coûteux.

Khamenei a déclaré dans ses remarques : «Les élections résolvent bon nombre de nos problèmes internationaux. La façon dont les observateurs internationaux jugent les pays et décident de les traiter dépend beaucoup de ces choses. »

En d’autres termes, Khamenei et son régime ont plus que jamais besoin d’organiser les élections et de mobiliser ses troupes pour dissimuler son isolement intérieur.

Pourquoi le régime est-il incapable d’organiser des élections démocratiques ?

Alors que Khamenei a désespérément besoin de passer par la farce des élections législatives, il ne peut pas empêcher les nombreux problèmes qui se produisent pendant ces mises en scènes. Les élections ont traditionnellement été une période de troubles pour le régime, élargissant les clivages entre les factions dirigeantes et préparant le terrain pour des manifestations à l’échelle nationale. Cela s’est produit en 2009, ce qui a conduit à la rupture de l’hégémonie de Khamenei sur ses forces.

Les membres de différentes factions du régime considèrent les élections comme une opportunité d’obtenir une plus grande part du pouvoir et de piller les ressources du pays.

Dans l’intervalle, le Conseil des gardiens du régime a procédé à une disqualification généralisée des candidats rivaux, déclenchant des différends entre les responsables, ce qui a à son tour a entraîné des révélations par les responsables mécontents de nombreux faits illégaux sur la manière dont les élections se déroulent dans le régime.

Le député du régime iranien Mahmoud Sadeghi, de la faction de Rohani, a révélé la semaine dernière de nouveaux aspects de la corruption et de la collusion dans le processus de sélection des candidats au Majlis, tweetant: «Dans ce tour des élections, les intermédiaires ont parfois demandé jusqu’à 40 milliards de rials (environ 300 000 $) [pour s’assurer que le candidat est] approuvé. Quel parlement ce sera ! »

Les luttes intestines croissantes du régime affaiblissent le régime dans son intégralité, ouvrant la voie à de nouvelles manifestations du peuple iranien à venir. Le peuple iranien est prêt à changer un régime qui ne lui a apporté que guerre, chaos, pauvreté et injustice sociale. Ils ont rejeté toute possibilité de réforme au sein du régime en scandant “Réformateurs, conservateurs, le jeu est maintenant terminé” et leur véritable vote est un changement de régime.

En un mot, Khamenei est dans une impasse car il a besoin d’une façade démocratique à la fois pour ses politiques intérieure et étrangère, alors que son régime n’a aucune capacité à adopter des procédures démocratiques.

adcali.com 12 février 2020.

, , , , , , , ,

Iran: C’est votre cœur qui explose de tristesse . Golshifteh Farahani

“Tellement de gens ont été abattus, tués, blessés” : Golshifteh Farahani dénonce la situation en Iran

L’actrice iranienne Golshifteh Farahani dénonce la répression contre les manifestants dans son pays, qui est frappé depuis le 15 novembre par un important mouvement de contestation.

Depuis le 15 novembre 2019, l’Iran est frappé par un important mouvement de contestation déclenché à la suite de l’annonce de l’augmentation de 50 % du prix du carburant. L’actrice Golshifteh Farahani a dû fuir l’Iran en 2008 mais elle reste très proche de son pays et donc affectée par la répression qui s’y déroule actuellement. Elle souligne que des personnes qui voulaient simplement contester l’augmentation du prix de l’essence ne sont finalement jamais rentrées chez elles. “Il étaient des fils, des pères, des filles”, déplore-t-elle. Golshifteh Farahani indique avoir reçu un message d’un ami qui “parlait de 800 morts.”

Ayant été contrainte de fuir son pays, l’actrice ne peut désormais plus revoir sa famille. “J’ai une âme amputée”, lance-t-elle. Aussi, lorsque l’application WhatsApp a été suspendue dans le pays, Golshifteh Farahani n’a pas pu leur parler pendant une semaine. “Je me suis dit : Waouh, nous prenons WhatsApp pour acquis mais c’est vraiment une bénédiction de pouvoir se parler”, souffle-t-elle.

Si la comédienne se dit envahie par la tristesse et inquiète, elle ne veut néanmoins pas voir les vidéos qui circulent sur Internet. “Régulièrement, il se passe des chosees comme ça et pour moi, maintenant, c’est comme si j’avais atteint une limite…”, décrit la jeune femme.

VIDEO:

Interview Brut : Golshifteh Farahani sur la situation en Iran

"Un message d'un ami parlait de 800 morts. On ne connaît pas le chiffre exact."L'actrice iranienne Golshifteh Farahani dénonce la répression contre les manifestants dans son pays, qui est frappé depuis le 15 novembre par un important mouvement de contestation.Interview réalisée dans le cadre du Festival International du Film de Marrakech.

Posted by Brut on Saturday, December 7, 2019

adcali.com 4 février 2020

, , , , , , ,

Répression Le franc-parler du père d’un manifestant réprimé par l’Iran.

Le père d’un manifestant tué récemment libéré sous caution après un mois de prison a été accusé de « corruption sur terre », une accusation grave si elle était prouvée par un tribunal iranien.

Son fils, Pouya Bakhtiari, 27 ans, a été abattu par les forces de sécurité le 16 novembre 2019 lors de manifestations à Karaj, près de Téhéran en Iran.

Manouchehr Bakhtiari a également été accusé de « prendre des mesures pour renverser la République islamique” et de « trouble de l’opinion publique », selon sa famille.

La famille de Pouya avait appelé les Iraniens à se réunir le 40ème jour de la mort de leur fils, qui est décédé le 26 décembre 2019, et elle a parlé de la mort de leur fils à des médias indépendants en dehors de l’Iran.

Malgré les mesures de sécurité sévères prises par le régime, de grandes foules se sont rassemblées pour commémorer les manifestants décédés, au cimetière Beheshte Sakineh de Karaj et ils ont scandé contre le Guide suprême du régime, Ali Khamenei.

La famille de Pouya, dont ses parents, sa sœur, ses oncles et même son cousin de 11 ans, ont été arrêtés deux jours avant la cérémonie de deuil.

Selon le cousin de Pouya Bakhtiari, des voisins qui sont sortis de chez eux pour protester lorsqu’un grand nombre de forces de sécurité ont pris d’assaut le domicile de la famille Bakhtiari le 24 décembre, ont également été battus et arrêtés temporairement.

Le cousin a déclaré que la famille subissait actuellement de fortes pressions et que leurs téléphones portables avaient été confisqués par les forces de sécurité. Il leur a été interdit de contacter les médias. Des informations indiquent que le régime a même fermé la maison pour empêcher les militants de leur rendre visite.

Pouya Bakhtiari est devenu le visage des manifestations nationales en novembre parce que ses parents ont refusé de garder le silence et ont partagé son histoire avec le peuple iranien.

Les responsables du régime iranien ont récemment confirmé qu’ils avaient abattu 1 500 citoyens lors des manifestations de l’Iran en novembre contre les prix de l’essence.

Selon des informations de Reuters, au moins 400 femmes et 17 adolescents ont été tués après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants sur ordre du guide suprême Ali Khamenei qui a dit aux hauts responsables de « faire tout ce qu’il fallait pour arrêter » les manifestants.

La dernière série de manifestations à l’échelle nationale a éclaté au début du mois lorsque les responsables du régime ont reconnu après trois jours avoir lancé des missiles qui ont provoqué le crash d’un avion de ligne ukrainien le 8 janvier, tuant 176 personnes.

Source : Iran News Wire
adcali.com 28 janvier 2020

, , , , , , , , ,

Libération de manifestants détenus en Iran.

Les autorités iraniennes ont violemment écrasé les manifestations en Iran, en utilisant des moyens illégaux, y compris mortels, de force et en arrêtant arbitrairement des milliers de personnes. Aujourd’hui, les personnes arrêtées risquent d’être torturées et soumises à d’autres mauvais traitements. Agissez maintenant et appelez à leur libération.
En novembre 2019, les forces de sécurité ont eu recours à la force meurtrière pour tirer et tuer plus de 300 personnes, dont des enfants. Des milliers d’autres ont été blessés. Les autorités iraniennes ont poursuivi la répression en arrêtant des milliers de manifestants ainsi que des journalistes, des étudiants et des défenseurs des droits humains pour les empêcher de parler de la répression impitoyable de l’Iran. ont été soumis à la torture et à d’autres mauvais traitements; ils ont été battus, frappés, frappés à coups de pied et flagellés. Beaucoup se voient refuser l’accès à leurs familles et à leurs avocats. Des enfants aussi jeunes que 15 ans ont été arrêtés et détenus aux côtés d’adultes dans des prisons réputées pour la torture.

Les 11 et 12 janvier 2020, les forces de sécurité ont utilisé une force illégale contre des manifestants pacifiques qui se sont rassemblés à travers l’Iran pour organiser des veillées et des manifestations exigeant des comptes après que les autorités ont reconnu avoir abattu un avion de passagers ukrainien le 8 janvier, tuant les 176 personnes à bord. Les forces de sécurité ont frappé les manifestants avec des matraques et ont utilisé des balles pointues, des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et du gaz poivré contre eux. Certains manifestants blessés, y compris ceux souffrant de blessures douloureuses, n’ont pas été hospitalisés par crainte d’être arrêtés.

«Ils nous tuent lentement, ils nous torturent à mort.» – Un manifestant de Téhéran

Signez la pétition et demandez:
Protéger les détenus contre la torture et autres mauvais traitements;
Libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues arbitrairement;
Respecter le droit des manifestants à la liberté d’expression et de réunion pacifique et;
Veiller à ce que les experts de l’ONU aient un accès immédiat aux centres de détention et aux prisons ainsi qu’aux familles des personnes tuées et arrêtées afin de mener des enquêtes d’enquête.

https://www.amnesty.org/en/get-involved/take-action/Free-detained-protesters-iran/

adcali.com 24 Janvier 2020