, , , , , , ,

Répression Iran:Un manifestant mineur, arrêté en 2019, détenu parmi les adultes au GTP.

mineur détenu avec les adultes grand pénitencier téhéran iran.
Abolfazl Maghsoudi, un mineur est détenu au Grand pénitencier de Téhéran (GTP) parmi les adultes parce que sa famille n’a pas les moyens de payer son importante caution.

Il a été arrêté lors des manifestations de novembre 2019.

Abolfazl Maghsoudi est né le 18 février 2002. Il travaillait dans une maçonnerie de pierre et suivait des cours du soir. Il a perdu son père et il est le soutien de famille.

Même pendant sa détention, M. Maghsoudi travaille pour gagner sa vie.

Abolfazl Maghsoudi a été arrêté par la police du renseignement, le 17 novembre 2019 et il a été emmené dans leur centre de détention. Une fois ses interrogatoires terminés, il a été transféré au Grand pénitencier de Téhéran, le 21 novembre 2019.

Trois mois après son arrestation, le cas d’Abolfazl Maghsoudi est toujours en cours d’examen au tribunal public et révolutionnaire de Pardis. M. Maghsoudi est accusé de « perturbation de l’ordre public ».

Une source informée proche de la famille de M. Maghsoudi a déclaré qu’il avait été identifié en surveillant les séquences des caméras en circuit fermé. Les forces de sécurité l’ont roué de coups de chocs électriques au moment de l’arrestation, dont les cicatrices continuent de rester sur son cou.

La caution fixée pour la mise en liberté provisoire d’Abolfazl Maghsoudi est de 500 millions de tomans et les autorités judiciaires n’ont pas accepté de réduire le montant de cette dernière.

Le soulèvement national de novembre 2019 qui s’est propagé dans près de 191 villes et 30 provinces en Iran était la conséquence de l’augmentation des prix de l’essence.

1500 iraniens et iraniennes ont été assassinés par les Gardiens de la Révolution et les Forces du Bassidj, 4500 ont été blessés et 12 000 arrêtés, en l’espace de quelques jours seulement, c’est dire la violence de la répression qui a été ordonnée et mise en œuvre par les mollahs au pouvoir.

Source : Iran HRM

Adcali.com 19 février 2020

, , , , , , , , , , ,

Répression Iran : Huit écologistes condamnés à 58 ans de prison.

Le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien a déclaré mardi que la cour d’appel a confirmé la peine totale de 58 ans de prison pour huit écologistes qui sont en détention depuis février 2018.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, aujourd’hui, Gholamhossein Esmaili a déclaré que l’affaire des écologistes « est un cas d’agissements contre la sécurité nationale. »

Esmaili a déclaré que les écologistes avaient été condamnés à des peines de prison et à « payer de l’argent qu’ils avaient reçu du gouvernement américain » pour leur collaboration avec les États-Unis et il a ajouté que plusieurs autres personnes avaient été condamnées dans la même affaire.

Les huit écologistes condamnés sont membres de la célèbre Persian Wildlife Heritage Foundation (PWHF), une organisation privée à but non lucratif dédiée à la conservation et à la préservation de la faune en Iran.

Le pouvoir judiciaire, les politiciens purs et durs et les gardiens de la révolution (les pasdarans) les accusent d’espionnage sans présenter de preuves malgré que le chef du département de l’environnement, Isa Kalantari, et même le ministère du renseignement aient annoncé publiquement qu’il n’y avait aucune preuve à l’appui de telles accusations.

Les écologistes accusés d’espionnage et d’acticités contre la sécurité nationale ont été maintenus en détention pendant des mois sans inculpation, certains en isolement et jugés à huit clos, un an plus tard, par le tribunal révolutionnaire de Téhéran.

Le professeur Seyed-Emami, fondateur de PWHF, est décédé dans des circonstances suspectes dans la fameuse prison d’Evine à Téhéran deux jours après son arrestation.

Le pouvoir judiciaire iranien a affirmé que le professeur de sociologie, âgé de 65 ans, s’était suicidé en raison de preuves d’espionnage contre lui, mais sa famille et ses connaissances et défenseurs des droits humains ont toujours réfuté cette affirmation.

Selon le Centre pour les droits de l’homme en Iran (CDHI), basé à New York, l’un des avocats de la famille, basé à Téhéran, a révélé que le résultat de l’autopsie n’a jamais été rendu public mais qu’un compte-rendu préliminaire du médecin légiste officiel « a montré des preuves d’une injection sous sa peau » ainsi que des « contusions sur différentes parties du corps. »
Niloufar Bayani, Hooman Jowkar, Sepideh Kashani et son mari Taher Qadirian, Amir Hossain Khaleqi, Sam Rajabi, Amir-Hossein Khaleqi, Abdolreza Kouhpayeh, l’homme d’affaires irano-américain Morad Tahbaz, le professeur irano-canadien Kavous Seyed-Emami ont été arrêtés le 6 février 2018 par les pasdarans.

Source : Radio Farda

adcali.com 18 février 2020

, , , , , , ,

Iran – La farce des législatifs.

Soumis à d’énormes pressions tant au pays qu’à l’étranger, le régime iranien doit tenir ses pseudos élections parlementaires le 21 février pour donner une image dite «démocratique». Alors que la date approche, craignant un boycott sans précédent, les responsables du régime continuent de plaider pour inciter à la participation par tous les moyens.

La disqualification massive des membres de la faction du président du régime, Hassan Rohani, par le Conseil des Gardiens, qui est directement sous le contrôle du Guide suprême, Ali Khamenei, a amené la faction de Rohani qui a activement participé à tous les crimes du régime à remettre en question ces élections.

Rohani, d’une part, a qualifié les élections du régime de «sélections», d’autre part, a supplié le peuple iranien à participer, car il a autant besoin de cacher son absence de légitimité que Khamenei.

Vendredi, Ebrahim Raïssi, le chef du pouvoir judiciaire du régime, a déclaré à cet égard: “Quiconque remet en question les élections est sur le front de l’ennemi”, essayant de minimiser les faits révélés lors des luttes internes du régime qui prouvent les processus et les politiques corrompus qui sous-tendent le régime. Pourtant, les remarques de Raïssi révèlent également la sensibilité de ces élections pour le régime.

LA PLAIDOYER DÉSESPÉRÉ DE KHAMENEI
Jeudi, Khamenei a ouvertement plaidé pour supplier le peuple à participer aux élections.

Tout en démontrant le besoin de son régime pour la participation du peuple aux élections, Khamenei a déclaré : « Premièrement, [les élections] garantissent la sécurité du pays si tout le monde participe aux élections. Pourquoi ? Parce que les ennemis qui menacent le pays craignent davantage le soutien populaire que nos armes ; Oui, ils craignent aussi nos missiles, mais ils craignent davantage [les élections]. La participation aux élections montre le soutien populaire et cela apporte la sécurité. »

“Deuxièmement, cela montre la force du peuple”, a ajouté Khamenei, tout en admettant que “il y a des problèmes dans le pays” et que “nos échecs ont créé des problèmes pour le peuple et ils ont des objections”. Pourtant, il attend du peuple qu’il participer aux élections pour montrer «la détermination, le pouvoir et la vision du peuple », ce qui se traduit essentiellement par «le soutien au régime».

Il a appelé sans vergogne la farce électorale du régime «les élections les plus honnêtes au monde», et a imploré la participation et a déclaré: «Certains ne m’aiment peut-être pas, mais ils devraient voter pour le prestige et la sécurité du pays».

Les propos de Khamenei constituaient une admission sans précédent du dégoût général envers l’ensemble du régime. Le peuple iranien a clairement montré sa volonté de changement de régime en Iran lors des manifestations à l’échelle nationale en Iran en novembre et janvier en scandant des slogans tels que «A bas Khamenei», «Khamenei, démissionne» et «Nous ne voulons pas de la République islamique». D’autres slogans anti-régime qui étaient considérés comme tabous et sévèrement punis par le régime sont maintenant ouvertement scandés par des manifestants à travers l’Iran.

Par conséquent, sur le front intérieur, le régime est confronté à une crise existentielle exacerbée alors que le peuple iranien avance dans sa quête d’un changement de régime. Khamenei doit mettre en place une démonstration de soutien populaire, à la fois pour remonter le moral de ses troupes et pour préparer le terrain à de nouvelles oppressions de la population.

LES CRISES ÉTRANGÈRES DU RÉGIME
Alors que Khamenei essaie désespérément de rassembler son régime dans un contexte de crise intérieure croissante, il doit faire face à l’isolement international croissant du régime. La politique d’apaisement arrivant à son terme, le régime est confronté à une pression croissante sur ses activités illicites et bellicistes, telles que le développement d’armes balistiques et nucléaires, l’ingérence violente dans les pays voisins et le financement du terrorisme dans le monde.

Les sanctions sans précédent imposées au régime, qui ont limité son financement du terrorisme, ont restreint la stratégie du régime d’exportation du terrorisme à l’étranger, qui ont longtemps défini les piliers de son existence.

Le régime essaie désespérément de recruter des pays européens de son côté pour gagner en légitimité dans sa confrontation avec la communauté internationale, comme la récente visite infructueuse de Josep Borrell, le plus haut diplomate de l’Union européenne à Téhéran.

Les alliés traditionnels du régime éprouvent de plus en plus de difficultés à soutenir ce régime. Pour les partisans de la politique de complaisance, se ranger du côté d’un régime qui vient de tuer 1 500 de ses propres citoyens dans les rues d’Iran s’avère très coûteux.

Khamenei a déclaré dans ses remarques : «Les élections résolvent bon nombre de nos problèmes internationaux. La façon dont les observateurs internationaux jugent les pays et décident de les traiter dépend beaucoup de ces choses. »

En d’autres termes, Khamenei et son régime ont plus que jamais besoin d’organiser les élections et de mobiliser ses troupes pour dissimuler son isolement intérieur.

Pourquoi le régime est-il incapable d’organiser des élections démocratiques ?

Alors que Khamenei a désespérément besoin de passer par la farce des élections législatives, il ne peut pas empêcher les nombreux problèmes qui se produisent pendant ces mises en scènes. Les élections ont traditionnellement été une période de troubles pour le régime, élargissant les clivages entre les factions dirigeantes et préparant le terrain pour des manifestations à l’échelle nationale. Cela s’est produit en 2009, ce qui a conduit à la rupture de l’hégémonie de Khamenei sur ses forces.

Les membres de différentes factions du régime considèrent les élections comme une opportunité d’obtenir une plus grande part du pouvoir et de piller les ressources du pays.

Dans l’intervalle, le Conseil des gardiens du régime a procédé à une disqualification généralisée des candidats rivaux, déclenchant des différends entre les responsables, ce qui a à son tour a entraîné des révélations par les responsables mécontents de nombreux faits illégaux sur la manière dont les élections se déroulent dans le régime.

Le député du régime iranien Mahmoud Sadeghi, de la faction de Rohani, a révélé la semaine dernière de nouveaux aspects de la corruption et de la collusion dans le processus de sélection des candidats au Majlis, tweetant: «Dans ce tour des élections, les intermédiaires ont parfois demandé jusqu’à 40 milliards de rials (environ 300 000 $) [pour s’assurer que le candidat est] approuvé. Quel parlement ce sera ! »

Les luttes intestines croissantes du régime affaiblissent le régime dans son intégralité, ouvrant la voie à de nouvelles manifestations du peuple iranien à venir. Le peuple iranien est prêt à changer un régime qui ne lui a apporté que guerre, chaos, pauvreté et injustice sociale. Ils ont rejeté toute possibilité de réforme au sein du régime en scandant “Réformateurs, conservateurs, le jeu est maintenant terminé” et leur véritable vote est un changement de régime.

En un mot, Khamenei est dans une impasse car il a besoin d’une façade démocratique à la fois pour ses politiques intérieure et étrangère, alors que son régime n’a aucune capacité à adopter des procédures démocratiques.

adcali.com 12 février 2020.

, , , , , , ,

Répression Le franc-parler du père d’un manifestant réprimé par l’Iran.

Le père d’un manifestant tué récemment libéré sous caution après un mois de prison a été accusé de « corruption sur terre », une accusation grave si elle était prouvée par un tribunal iranien.

Son fils, Pouya Bakhtiari, 27 ans, a été abattu par les forces de sécurité le 16 novembre 2019 lors de manifestations à Karaj, près de Téhéran en Iran.

Manouchehr Bakhtiari a également été accusé de « prendre des mesures pour renverser la République islamique” et de « trouble de l’opinion publique », selon sa famille.

La famille de Pouya avait appelé les Iraniens à se réunir le 40ème jour de la mort de leur fils, qui est décédé le 26 décembre 2019, et elle a parlé de la mort de leur fils à des médias indépendants en dehors de l’Iran.

Malgré les mesures de sécurité sévères prises par le régime, de grandes foules se sont rassemblées pour commémorer les manifestants décédés, au cimetière Beheshte Sakineh de Karaj et ils ont scandé contre le Guide suprême du régime, Ali Khamenei.

La famille de Pouya, dont ses parents, sa sœur, ses oncles et même son cousin de 11 ans, ont été arrêtés deux jours avant la cérémonie de deuil.

Selon le cousin de Pouya Bakhtiari, des voisins qui sont sortis de chez eux pour protester lorsqu’un grand nombre de forces de sécurité ont pris d’assaut le domicile de la famille Bakhtiari le 24 décembre, ont également été battus et arrêtés temporairement.

Le cousin a déclaré que la famille subissait actuellement de fortes pressions et que leurs téléphones portables avaient été confisqués par les forces de sécurité. Il leur a été interdit de contacter les médias. Des informations indiquent que le régime a même fermé la maison pour empêcher les militants de leur rendre visite.

Pouya Bakhtiari est devenu le visage des manifestations nationales en novembre parce que ses parents ont refusé de garder le silence et ont partagé son histoire avec le peuple iranien.

Les responsables du régime iranien ont récemment confirmé qu’ils avaient abattu 1 500 citoyens lors des manifestations de l’Iran en novembre contre les prix de l’essence.

Selon des informations de Reuters, au moins 400 femmes et 17 adolescents ont été tués après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants sur ordre du guide suprême Ali Khamenei qui a dit aux hauts responsables de « faire tout ce qu’il fallait pour arrêter » les manifestants.

La dernière série de manifestations à l’échelle nationale a éclaté au début du mois lorsque les responsables du régime ont reconnu après trois jours avoir lancé des missiles qui ont provoqué le crash d’un avion de ligne ukrainien le 8 janvier, tuant 176 personnes.

Source : Iran News Wire
adcali.com 28 janvier 2020

, , , , , , , ,

Iran:La prisonnière politique Golrokh Iraee privée de contact avec son mari.

Les autorités pénitentiaires en Iran empêchent la prisonnière politique Golrokh Ebrahimi Iraee d’entrer en contact avec son mari emprisonné, Arash Sadeghi.

La prisonnière politique Golrokh Ebrahimi Iraee, actuellement détenue à la prison de Qarchak à Varamin, n’a pas le droit de rendre visite et d’appeler son mari, Arash Sadeghi, également prisonnier politique à la prison de Rajaï Chahr à Karaj.

Iraee, qui purgeait une peine de six ans de prison depuis octobre 2016 principalement pour avoir écrit une histoire non publiée sur la lapidation en Iran, a quitté la prison d’Evine à Téhéran le 8 avril 2019, après avoir libéré sous caution, fixée à 60 millions de tomans.

Le tribunal révolutionnaire de Téhéran a examiné une nouvelle affaire déposée contre Golrokh Ebrahimi Iraee et Atena Daemi le 18 juin 2019, les condamnant à 2,1 années de prison supplémentaires.

Le 5 septembre 2019, l’avocat de Mme Iraee a annoncé que la cour d’appel de Téhéran avait confirmé une peine commune contre elles pour « insulte du Guide suprême » et « propagande contre l’État ».

Golrokh Ebrahimi Iraee a été de nouveau arrêtée le 9 novembre 2019 par 10 agents de la sécurité masculins qui n’ont pas présenté leur mandat d’arrêt.

Ils l’ont emmenée au centre de détention de Vozara, situé dans le centre-ville de Téhéran. Mme Iraee a été incarcérée dimanche 29 décembre 2019 dans le centre de détention de Vozara. Puis, elle a été emmenée à la prison de Qarchak où elle est actuellement détenue dans le quartier de Salamat.

Selon l’ordonnance émise par le juge Mohammad Baraei, chef de la première section du parquet, Golrokh Iraee devait être transférée à la prison d’Evine. Cependant, Gholamreza Ziaei, le chef de la prison d’Evine a refusé d’accepter Golrokh Ebrahimi Iraee dans sa prison.

Le mari de Mme Iraee, Arash Sadeghi, est actuellement incarcéré à la prison de Gohardasht (alias Rajaï Chahr), il est en mauvaise santé. Il purge une peine de 19 ans pour ses activités pacifiques. Il souffre d’un cancer des os (chondrosarcome) et a subi une opération l’an dernier, mais il a été renvoyé en prison avant d’avoir terminé sa chimiothérapie et d’autres traitements essentiels.

Source : Iran HRM

adcali.com 27 janvier 2020

, , , , , ,

Iran: Le régime iranien a intensifié la pression sur les prisonniers politiques.

Selon Iran HRM, le prisonnier politique Soheil Arabi a été transféré de la prison d’Evin au fameux pénitencier du Grand Téhéran, à 32 kilomètres au sud-est de Téhéran, pour n’avoir pas accepté de faire des aveux forcés.

Les autorités pénitentiaires ont déclaré à Arabi qu’il serait transféré du quartier 8 au quartier 4. Alors qu’il s’apprêtait à partir, un agent du ministère des Renseignements lui a dit : «Vous n’avez que deux options. Vous pouvez retirer vos déclarations précédentes et exprimer vos regrets à la télévision, ou vous serez transféré dans une prison pire. “Soheil Arab a répondu immédiatement :” Je choisis une prison pire. ”

Selon Iran HRM, le ministère du Renseignement avait auparavant demandé à Soheil Arabi de retirer ses positions et de rejeter ses déclarations précédentes sur la destruction de l’avion de passagers ukrainien et la répression sanglante des manifestations de novembre en Iran.
Pourtant, M. Arabi a déclaré : «J’ai dit la vérité dans mes déclarations. Vous avez tué des gens dans les rues. Les gens veulent leurs droits. Ils ont le droit de protester et d’exprimer leur opinion. Pourquoi tuez-vous ceux qui protestent ? Nous avons également le droit d’exprimer nos vues. Nous avons donc fait des déclarations et protesté contre la répression du peuple. Ce n’est pas un crime. ”

adcali.com 26 janvier 2020.

, , , , , , ,

Iran: Le nombre de femmes exécutées sous la présidence de Hassan Rouhani est passé à 105.

Iran: Le nombre de femmes exécutées sous la présidence de Hassan Rouhani est passé à 105.

Le régime iranien a exécuté une femme du nom de Maliheh Haji Hassani,

Maliheh Haji Hassani a été pendue le mardi 14 janvier 2020 à la prison d’Adilabad à Shiraz. Elle avait 29 ans et avait été arrêtée en 2016 pour avoir tué son fiancé.
Le régime iranien n’a pour l’instant pas annoncé l’exécution de Haji Hassani. Le même jour, une autre femme du nom de Sara M. a été exécutée dans la prison de Machhad, a rapporté l’agence de presse Rokna le 14 janvier 2020.

Sara M. a été exécutée après avoir passé trois ans dans le couloir de la mort.

En 2019, le régime iranien a pendu au moins 16 femmes parallèlement avec l’augmentation de la répression et des exécutions en Iran. En trois semaines de décembre 2019, six femmes ont été exécutées dans diverses prisons iraniennes.

Ces femmes ont été identifiées :

Somayyeh Shahbazi Jahrouii, 4 décembre 2019, prison Sepidar d’Ahvaz

Fatemeh Ghezel Safarlou, 4 décembre 2019, prison de Gohardasht de Karaj

Nargess o-Sadat Tabaii, 4 décembre 2019, prison de Gohardasht de Karaj

Maryam, 8 décembre 2019, Prison centrale de Machhad

Fatemeh R., 9 décembre 2019, prison de Gohardasht de Karaj

Eshrat Nazari, 18 décembre 2019, prison de Gohardasht de Karaj

Le nombre réel d’exécutions en Iran est beaucoup plus élevé car la plupart des exécutions en Iran sont effectuées en secret, à l’abri des regards.

L’Iran détient le record mondial d’exécutions de femmes. De nombreuses femmes sont dans le couloir de la mort dans la prison de Qarchak. Ces femmes sont pour la plupart des mères et ont des enfants. »

adcali.com 24 janvier 2020

, , , , , , , , ,

Libération de manifestants détenus en Iran.

Les autorités iraniennes ont violemment écrasé les manifestations en Iran, en utilisant des moyens illégaux, y compris mortels, de force et en arrêtant arbitrairement des milliers de personnes. Aujourd’hui, les personnes arrêtées risquent d’être torturées et soumises à d’autres mauvais traitements. Agissez maintenant et appelez à leur libération.
En novembre 2019, les forces de sécurité ont eu recours à la force meurtrière pour tirer et tuer plus de 300 personnes, dont des enfants. Des milliers d’autres ont été blessés. Les autorités iraniennes ont poursuivi la répression en arrêtant des milliers de manifestants ainsi que des journalistes, des étudiants et des défenseurs des droits humains pour les empêcher de parler de la répression impitoyable de l’Iran. ont été soumis à la torture et à d’autres mauvais traitements; ils ont été battus, frappés, frappés à coups de pied et flagellés. Beaucoup se voient refuser l’accès à leurs familles et à leurs avocats. Des enfants aussi jeunes que 15 ans ont été arrêtés et détenus aux côtés d’adultes dans des prisons réputées pour la torture.

Les 11 et 12 janvier 2020, les forces de sécurité ont utilisé une force illégale contre des manifestants pacifiques qui se sont rassemblés à travers l’Iran pour organiser des veillées et des manifestations exigeant des comptes après que les autorités ont reconnu avoir abattu un avion de passagers ukrainien le 8 janvier, tuant les 176 personnes à bord. Les forces de sécurité ont frappé les manifestants avec des matraques et ont utilisé des balles pointues, des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et du gaz poivré contre eux. Certains manifestants blessés, y compris ceux souffrant de blessures douloureuses, n’ont pas été hospitalisés par crainte d’être arrêtés.

«Ils nous tuent lentement, ils nous torturent à mort.» – Un manifestant de Téhéran

Signez la pétition et demandez:
Protéger les détenus contre la torture et autres mauvais traitements;
Libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues arbitrairement;
Respecter le droit des manifestants à la liberté d’expression et de réunion pacifique et;
Veiller à ce que les experts de l’ONU aient un accès immédiat aux centres de détention et aux prisons ainsi qu’aux familles des personnes tuées et arrêtées afin de mener des enquêtes d’enquête.

https://www.amnesty.org/en/get-involved/take-action/Free-detained-protesters-iran/

adcali.com 24 Janvier 2020

, , , , , , ,

Répression Iran : De célèbres cinéastes iraniens ont été arrêtés

Au moins trois cinéastes iraniens ont été arrêtés dans la nuit du 12 janvier 2020 en Iran après avoir participé à des manifestations organisées sur la place Azadi à Téhéran, ont indiqué des sources à IranWire.

Les trois cinéastes ont, depuis, été libérés.

La réalisatrice Rakhshan Bani Etemad, son mari et producteur de films Jahangir Kowsari et le réalisateur Azadeh Mousavi ont été arrêtés par les forces de sécurité et de police et emmenés dans des lieux inconnus.

Des représentants de l’industrie cinématographique iranienne, y compris des stars de cinéma, ont pris part dimanche 12 janvier 2020 à Téhéran à des manifestations et à des veillées, suscitant des commentaires sur les réseaux sociaux. A la suite de leur soutien aux manifestations publiques, Bani Etemad et un autre réalisateur bien connu, Masoud Kimiayi, ont été insultés sur la télévision officielle.

De nombreux artistes ont déclaré publiquement qu’ils ne participeraient pas aux Fajr Festivals de cette année, les événements artistiques annuels les plus importants du pays, à moins de deux semaines, en solidarité avec les manifestants. Au moins une soixantaine de compagnies de théâtre ont déclaré un boycott du Festival de théâtre Fajr. Les artistes travaillant dans divers domaines (musique, arts visuels, photographie) ont refusé de jouer un rôle dans les festivals, que ce soit en tant qu’interprètes, juges ou même spectateurs.

Des festivals Fajr ont lieu chaque année pour commémorer l’anniversaire de la révolution iranienne.

« Cette cocotte-minute a finalement explosé », a déclaré à IranWire un metteur en scène, sous couvert d’anonymat. « Le crash de l’avion, provoqué par un missile, et le silence des autorités qui a suivi, ont tellement blessé les gens que cette démission collective est une réaction naturelle. C’était tout ce que les artistes pouvaient faire. La vague était si grande que, par exemple, elle a inclus la démission de tous les juges et participants de l’un des festivals. »

L’action de solidarité n’a pas été menée par une seule personne en particulier et elle a été spontanée, a expliqué le directeur.

« L’étendue des démissions montre que l’on prend soin de la souffrance et de la douleur des gens », a ajouté le directeur.

Par contre,ceux qui se sont le moins retirés du Fajr Film Festival, ce sont les professionnels de l’industrie. Seul Masoud Kimiayi a déclaré qu’il ne montrerait pas son film là-bas et même cette décision a été contestée par le producteur du film.

Le cinéma n’est pas comme le théâtre puisque que la projection de films constitue une charge financière », a déclaré le directeur du théâtre à IranWire. « Le budget du film doit être remboursé d’une manière ou d’une autre. Retirer un film d’un festival c’est prendre un risque énorme pour les réalisateurs et les producteurs, et ils ne peuvent pas se le permettre. »

Source : IranWire

adcali.com 17 janvier 2020.

, , , , , , , , , ,

Quelque 200 millions d’euros supplémentaires pour la force terroriste Qods en Iran.

Le parlement des mollahs approuve ce supplément budgétaire en vue d’exporter le terrorisme et la guerre dans la région

Ali Larijani, membre du corps des pasdaran et président du parlement du régime iranien, a annoncé qu’avec l’aval personnel du guide suprême des mollahs Ali Khamenei, le parlement a approuvé un supplément budgétaire de 200 millions d’euros à la Force terroriste Qods pour les deux derniers mois de l’année civile iranienne, provenant du « Fonds national de développement » du pays.

La force Qods dépensera l’argent du « fonds de développement » pour développer de nouvelles attaques terroristes et le bellicisme dans la région, en particulier en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen. Le parlement des mollahs avait précédemment agi pour ajouter 2 milliards d’euros venant de ce fonds afin d’augmenter le budget de la Défense pour l’année suivante.

Le pillage des richesses du pays pour financer les guerres et le terrorisme survient à un moment où les revenus de la plupart des Iraniens sont passés sous le seuil de pauvreté.

Le chômage et l’inflation montent en flèche et les salaires des travailleurs ont chuté si bas qu’ils ne peuvent même pas couvrir un tiers de leurs dépenses. La plupart du temps, ces salaires sont retenus pendant de nombreux mois. La vérité est que le régime pille non seulement les revenus pétroliers du pays mais aussi tous les biens du peuple iranien pour financer sa répression interne et son exportation du terrorisme et de la guerre, et financer ses programmes nucléaires et de missiles antipatriotiques. Ce régime et sa politique sont à la base de la crise économique et des problèmes quotidiens qui assaillent les Iraniens.

adcali.com 08 janvier 2020