, , ,

droits de l’Homme en Iran : L’importance de la nouvelle résolution de l’ONU sur l’Iran.

Jeudi, la 3e commission de l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté un projet de résolution condamnant le régime iranien pour ses violations flagrantes des droits humains. C’est la 65e fois que le régime iranien est réprimandé pour son bilan abyssal en matière des droits humains au niveau international.

La résolution, qui a été présentée par le Canada, a été adoptée par 85 votes contre 30 votes. 68 pays se sont abstenus lors du vote sur la résolution. Le projet sera soumis au vote général de l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre.

La résolution de l’ONU s’inquiète de la “fréquence alarmante” du recours à la peine de mort, y compris contre les mineurs, du “recours généralisé et systématique à la détention arbitraire”, des mauvaises conditions carcérales “refusant délibérément aux détenus l’accès à des traitements médicaux adéquats” et des “cas de décès suspects en détention”.

La résolution de l’Assemblée générale des Nations unies souligne également que le régime iranien n’adhère pas aux normes internationales en matière de justice et de droits humains.

L’année dernière, une résolution similaire a été adoptée par 81 voix contre 30. Par conséquent, cette année, quatre autres États ont rejoint les rangs des pays qui réprouvent explicitement la situation des droits de la personne en Iran.

Autre changement significatif dans la résolution de cette année : le régime iranien a perdu certains de ses alliés traditionnels aux Nations Unies. Le Brésil et le Mexique qui ont généralement voté contre les résolutions de l’ONU sur les violations des droits de l’homme en Iran, se sont abstenus de voter cette année, prenant manifestation leur distance avec Téhéran.

En septembre, Javaid Rahman, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran, a présenté son rapport sur la situation des droits de l’homme en Iran à l’ONU, dans lequel il a exprimé sa préoccupation face aux abus persistants du régime iranien. Le projet de résolution adopté jeudi se réfère essentiellement au rapport Rahman.

Plus tôt, dans son rapport annuel, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterrez, s’est dit préoccupé par la détérioration de la situation des droits humains en Iran. Les mollahs ont été profondément irrités par les remarques de Guterrez et se sont engagés dans une série de propagande contre le secrétaire général de l’ONU.

En réaction à la résolution de jeudi, Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères du régime iranien, l’a qualifiée d’inacceptable et a souligné que la République islamique est fondée sur les “principes républicains” et s’oppose à “toute forme de discrimination ou de politisation des droits humains”. Il s’est catégoriquement abstenu d’aborder les questions soulevées dans la résolution.

” En condamnant les violations systématiques et flagrantes des droits humains par le régime théocratique au pouvoir,la résolution Nations Unies confirme une fois encore que le régime viole les droits fondamentaux des citoyens dans tous les domaines politique, social et économique. ” notamment ” l’assassinat systématique des opposants à l’étranger et la privation du peuple iranien de son droit de décider du sort de son pays, de jouir de l’état de droit, d’avoir accès à un procès équitable, d’avoir librement accès aux informations et de constituer des syndicats indépendants pour les travailleurs, étudiants et employés. ”

adcali.com 18.11.2018

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *