, , , , , ,

Genève-Iran: le représentant du régime iranien à Genève a affirmé que la « République islamique est l’une des plus grandes démocraties de l’Asie occidentale et n’a pas besoin de rapporteur spécial » !

Alors qu’Amnesty International et les gouvernements occidentaux ont fermement condamné la violation des droits de l’homme par le régime iranien,
le représentant du régime iranien au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève a affirmé que la « République islamique est l’une des plus grandes démocraties de l’Asie occidentale et n’a pas besoin de rapporteur spécial ».
L’organisation demande aux États prenant part à l’Examen périodique universel (EPU) consacré à l’Iran de dénoncer les violations généralisées des droits humains et de faire des recommandations concrètes en vue d’y remédier.

« Frénésie d’exécutions, persécution incessante des défenseurs des droits humains, discrimination endémique à l’égard des femmes et des minorités et crimes contre l’humanité, la longue liste des violations recensées en Iran révèle une nette détérioration de la situation des droits humains, a déclaré Philip Luther, directeur des recherches et des actions de plaidoyer pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International.

Les représentants des pays occidentaux

Les représentants des pays occidentaux ont condamné la violation des droits de l’homme par le régime iranien lors de la session de l’ONU vendredi.
“Depuis des décennies, l’Iran a violé de manière flagrante les droits humains de ses citoyens”, a déclaré le représentant des États-Unis, Mark Cassayre, ajoutant : “Nous exhortons le gouvernement à autoriser le Rapporteur spécial à se rendre dans le pays et à enquêter sur les pratiques existantes”.

“Nous restons profondément préoccupés par l’incapacité de l’Iran à respecter ses obligations juridiques internationales et par la détention arbitraire de citoyens et de doubles nationaux arrêtés sur des accusations peu claires, dénués de procès en règle et soumis à des mauvais traitements”, a déclaré Miriam Shearman, représentante du Royaume-Uni auprès de l’ONU Genève.

Larijani représente un régime qui est le pire violateur mondial des droits de l’homme et qui a exécuté plus de 120 000 personnes et en a emprisonné et torturé bien d’autres. Sur le seul été de 1988, sur la base d’un décret religieux de Khomeiny, plus de 30 000 prisonniers politiques, ont été exécutés en quelques mois.

En juillet 2019, Mostafa Pourmohammadi, ancien ministre de la Justice du régime et membre de la «commission de la mort» de 1988, a défendu le terrible massacre de 1988 en se ventant d’avoir exécuté des « terroristes». Ce même mois, Amnesty International a publié une déclaration concernant les propos de Pourmohammadi:
«Les récentes déclarations de Mostafa Pourmohammadi, conseiller auprès du chef du pouvoir judiciaire iranien et ancien ministre de la Justice, qui défend les exécutions extrajudiciaires massives de 1988, confirment de manière choquante la violation délibérée par les autorités du droit international des droits de l’homme, à l’époque et maintenant. Amnesty International a déploré le sentiment d’impunité dont jouissaient de hauts responsables liés au meurtre.

L’organisation est particulièrement préoccupée par les commentaires de Mostafa Pourmohammadi accusant les partisans de la vérité de “terroriste” et de “collusion” avec les ennemis géopolitiques de l’Iran, affirmant qu’ils doivent faire face à des poursuites … Les responsables iraniens actuels et passés ne doivent pas être autorisés à se protéger de la responsabilité pour les exécutions extrajudiciaires massives aux campagnes de désinformation et de menaces de représailles contre toute personne cherchant à les éclairer. ”

adcali:com 15 Novembre 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *