, , , , ,

Irak: les autorités et les milices associées ont déployé des tireurs d’élite et utilisé des grenades lacrymogènes militaires à bout portant contre des manifestants.

Au cours du mois qui a suivi le début des manifestations de masse qui continuent en Irak, les autorités et les milices associées ont déployé des tireurs d’élite et utilisé des grenades lacrymogènes militaires à bout portant contre des manifestants.

En conséquence, au moins 250 personnes ont été tuées et des milliers d’autres blessées. Cette violence s’est accompagnée de tentatives persistantes visant à empêcher que les nouvelles sur l’usage excessif de la force par le gouvernement n’atteignent le reste du monde, notamment par des pannes d’Internet, des attaques contre les médias et des ordres de bâillon sur les hôpitaux. Face à la répression violente, les Irakiens ont réagi avec détermination, créativité et un sens aigu de la communauté.

L’une des conséquences est que le tuk-tuk est devenu le symbole inattendu de la révolution irakienne.

Les tuk-tuks
Les chauffeurs de ces véhicules à trois roues – qui constituent généralement une alternative aux taxis jaunes dans les quartiers pauvres de Bagdad – se sont rendus en masse sur la place Tahrir, où ils ont assumé le rôle d'”ambulances du peuple”. Ils naviguent dans la foule afin de transporter les blessés vers des endroits où ils peuvent obtenir de l’aide médicale.
Bien qu’ils aient abandonné leur emploi de jour et malgré la pauvreté relative d’un grand nombre de conducteurs, ils ont refusé de prendre l’argent de leurs passagers. Cette générosité n’est pas passée inaperçue. En fait, les manifestants se sont regroupés pour payer le carburant et remplacer un tuk-tuk qui avait été incendié après avoir été touché par une cartouche de gaz lacrymogène, ce qui est courant parmi les manifestants.

Dans un autre acte d’ingéniosité, de jeunes manifestants ont transformé le “Restaurant turc” – un bâtiment bombardé lors de l’invasion de 2003 et déserté depuis – en siège des manifestations.

Ayant peut-être appris des innombrables guerres que Bagdad a déjà connues de leur vivant, ils reconnaissent l’avantage stratégique que la hauteur leur confère sur les autorités. Non seulement cela leur permet de suivre les mouvements des forces irakiennes, mais cela signifie aussi qu’ils peuvent s’assurer que les tireurs d’élite ne s’en servent pas, comme ce fut le cas au début des manifestations, pour tirer sur la foule

Si les tuk-tuks et le restaurant turc sont les icônes très visibles de la révolution, les avocats, les médecins et les journalistes irakiens qui campent parmi les manifestants sont ses héros méconnus.

Écoutez la belle chanson d’Aboltok Tok chantée pour leurs pilotes dévoués:

واشنگتن پست از بغداد در گزارشی از قیام مردم عراق نوشت:‌ توک توک (خودروهای سه چرخه کوچک) بی‌نام و نشان به سمبل قیام #عراق تبدیل شده است

Posted by Fatemeh Ramazani on Sunday, November 3, 2019

Adcali.Com 10 NOVEMBRE 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *