, , , ,

Iran : La police morale envoie des SMS pour convoquer les femmes violant la loi sur le hijab dans leurs voitures.

La police de la sécurité morale de Téhéran a envoyé des SMS pour avertir les conductrices qui retirent leur hijab ou ignorent le code vestimentaire islamique, au volant.

Des centaines de femmes dans la capitale, Téhéran, ont récemment reçu un SMS leur demandant de se rendre au poste de la « police de la moralité ». Après des jours d’incertitude quant à l’origine des messages, la police a finalement annoncé que les messages étaient des avertissements officiels.

Les femmes sont accusées d’avoir enfreint le code vestimentaire islamique, notamment d’avoir enlevé leur voile au volant d’un véhicule.

Dans un entretien avec l’agence de presse officielle IRNA, le 25 avril, Hossein Rahimi, le commandant de la police de Téhéran, a souligné que la loi confère à la police le devoir de réprimer toute action illégale. Il a ajouté : « La police identifiera et s’occupera des véhicules dont les passagers enlèveront leur voile ».

En ce qui concerne les messages texte, il a ajouté : « Peu importe qui enlève le voile dans une voiture, les textes sont envoyés aux propriétaires de la voiture et la police de la sécurité morale tient le propriétaire pour responsable ».

En ce qui concerne les destinataires des SMS, il a déclaré : « Ceux qui sont convoqués seront libérés après s’être engagés par écrit à ne pas répéter l’infraction. En cas de récidive, l’accusé sera inculpé et traduit devant la justice ».

Il a réitéré : « La mesure prise par la police est légale et ils n’ont aucun scrupule à continuer de l’appliquer ».

L’envoi de SMS par la police de la sécurité morale pour convoquer des citoyens au célèbre commissariat de l’avenue Vozara de Téhéran pour ne pas avoir respecté le port du voile obligatoire à l’intérieur de leurs voitures a provoqué un embouteillage dans la zone, ce qui, selon Hossein Rahimi, était parfaitement géré !

Jeudi, des centaines de femmes accusées de conduire sans respecter la loi sur le hijab (code vestimentaire de la République islamique) se sont précipitées au siège de la « police de la moralité » à Téhéran pour se renseigner sur les textes. Leur présence a perturbé la circulation pendant des heures sur la route achalandée et dans les rues à proximité.

Un jour après l’envoi des SMS, Hossein Ashtari, commandant de la Force de la sécurité de l’État (SSF), a déclaré : « Nous renforcerons nos plans de sécurité morale et les appliquerons aussi fermement que les années précédentes ».

Dans des propos tenus par l’agence de presse officielle, Fars, le 26 avril, il a déclaré : « Les plans sont renforcés à la demande du public et dans le but de promouvoir le calme et la sécurité ».

Source : les Droits de l’homme en Iran
Publication : jeudi 2 mai 2019 16:31

adcali.com 3 mai 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *