, , ,

Iran- L’artisanat iranien en voie de disparition.

“Ça n’en vaut plus la peine. Je laisse tout tomber”, dit l’un des experts en émaillage à Ispahan
“Ça n’en vaut plus la peine. Je laisse tout tomber”, dit l’un des experts en émaillage à Ispahan
Les importations incontrôlées sont une caractéristique de la politique du régime iranien. La très célèbre et autrefois prospère industrie artisanale du pays est l’une des victimes de cette politique.

L’importation des copies chinoises moins chères que la production nationale a mené à la faillite bon nombre des artisans iraniens.

“Ça n’en vaut plus la peine. Je laisse tout tomber”, dit l’un des experts en émaillage à Ispahan, dans le centre de l’Iran.

L’artisanat iranien qui puise ses sources dans la Perse antique, était une activité bien fructueuse dans le passé, avec beaucoup de ventes en Iran même, surtout dans le tourisme, et des exportations importantes.

La politique des importations du régime iranien, notamment des produits artisanaux en provenance de la Chine, a donné le coup de grâce à cette activité nationale.

Aujourd’hui, dans la ville d’Ispahan, l’artisanat chinois est plus abondant que les produits d’Ispahan. Les marchandises chinoises ont presque englouti tout le marché iranien.

“Ispahan produit plus de 70% de l’ensemble du marché iranien de l’artisanat. Pourquoi la capitale de l’art et de l’industrie du pays devrait-elle permettre la vente de produits chinois “, demande Mehdi Mir Mohammadi, un artisan de 43 ans qui travaille dans ce domaine depuis près de 20 ans.

“Nous avons beaucoup parlé de cette question, mais nous sommes butés aux oreilles sourdes “, a-t-il ajouté.

Alors que l’Iran occupe le troisième rang mondial dans le secteur de l’artisanat, ses ventes se situent au 39e rang.

L’agence iranienne de presse ISNA rapporte que ” les importations de tapis et de produits artisanaux montent en flèche”.

“De mars à novembre 2017, la plus forte augmentation des importations a été observée dans la branche des industries, en particulier dans les tapis et l’artisanat, avec une augmentation de 357% par rapport à la même période l’année précédente”, indique la même source.

En plus d’importer des marchandises chinoises par des voies officielles, des personnes entretenant des relations étroites avec des responsables du régime iranien introduisent en contrebande de grandes quantités de produits artisanaux chinois en Iran. Cela ne laisse aucune chance à l’artisan iranien.

Les médias du régime reconnaissent le fait que la contrebande débridée de produits de l’artisanat chinois a conduit l’artisan iranien à abandonner ce domaine d’activité.

Malgré les prétentions du chef suprême Ali Khamenei, de soutenir les produits nationaux, les propres fonctionnaires du régime sont directement impliqués dans cette destruction des chaînes de production du pays.

Les intérêts du peuple iranien, les emplois dans l’artisanat, une importante source de revenus et la fierté de la culture iranienne sont littéralement en voie de disparition.

adcali.com 11 juin 2018

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *