, , , ,

Iran: Les enfants iraniens sont les premières victimes du régime.

Les troubles sociaux se font sentir partout en Iran. La situation économique a eu pour conséquence que les gens deviennent de plus en plus pauvres et que plus de personnes tombent dans la catégorie de pauvreté absolue.

Les droits de la population sont également bafoués, les travailleurs étant soumis à des contrats inéquitables, temporaires ou exposés à des conditions épouvantables. Beaucoup de gens survivent à peine et attendent des mois avec leur salaire impayé.

Il y a une crise de médicaments qui touche de nombreuses familles à travers le pays et des cas de vente d’organes simplement pour pouvoir acheter des médicaments essentiels à un proche.

Cependant, des informations sont en train d’émerger sur une autre pratique horrible en cours en Iran: la vente d’enfants.

Le 1er juillet 2017, la célèbre agence de presse affiliée à l’IRGC, Fars, a publié un rapport sur la situation des enfants. Le rapport s’intitulait «Des enfants menacés de location ou de contrebande de parties de leur corps / Des enfants égorgés à l’ombre de lois faibles» et indiquait que des enfants disparaissaient. Un membre du conseil municipal de Téhéran – Fatemeh Daneshvar – a déclaré que des corps sans yeux et sans reins sont souvent retrouvés sur des terres incultes un peu plus tard.

Elle a poursuivi en affirmant que de nombreuses familles louent leurs enfants et ne se préoccupaient pas de leur bien-être, indiquant que la consommation de drogue pouvait être un problème. Daneshvar a appelé les parents à contacter immédiatement les autorités et à déposer des rapports si leur enfant était porté disparu. Elle a apparemment blâmé les enfants et les parents pour ce type de réseau de passeurs, affirmant que les parents d’enfants disparus «manquent même du moindre sens des responsabilités».

Les propos se sont avérés très controversés et des déclarations presque immédiates ont déclaré que la situation n’était pas vraie, bien que le parlement du pays ait publié un rapport affirmant qu’il fallait s’attaquer aux réseaux de trafic d’enfants.

Les enfants iraniens souffrent énormément de la politique destructrice du régime. De nombreuses familles ne peuvent pas envoyer leurs enfants à l’école, tout simplement parce qu’elles ne peuvent pas se permettre les fournitures nécessaires. Certains enfants sont également obligés de travailler dans la rue pour pouvoir contribuer au revenu de la famille.

L’Iran fait face à un certain nombre de crises sociales qui doivent être résolues d’urgence, mais le régime ne semble pas s’en soucier. Il continue de piller les richesses de la nation sur le terrorisme et d’autres activités perverses et ne semble pas l’accorder une seconde fois aux souffrances et aux difficultés généralisées auxquelles la population est confrontée.

Tant que le régime iranien sera au pouvoir, la situation restera la même. Les mollahs avides ne se soucient que de ce qui les rendra plus riches. Le plus grand bien est un concept qui n’existe pas avec ce leadership égoïste.

Les gens sont bien conscients que c’est la vraie nature du régime et c’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles de nombreuses manifestations et manifestations anti-gouvernementales ont eu lieu au cours des dernières années. Les peuples sont déterminés à être la force derrière le changement de régime et ils seront certainement responsables de la restauration de la démocratie, de la liberté et du respect des droits de l’homme.

adcali.asso 02 novembre 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *