, ,

Iran : Les escrocs au pouvoir.

Des hauts responsables du régime iranien sont impliqués dans d’énormes cas de détournements de fonds, de fraudes et de pots-de-vin
Des hauts responsables du régime iranien sont impliqués dans d’énormes cas de détournements de fonds, de fraudes et de pots-de-vin
La corruption de l’administration est tellement institutionnalisée en Iran, qu’elle est même devenue un sujet de prédilection pour la presse de l’État, surtout quand on entre dans le cadre des luttes d’influences à l’intérieur du sérail.

Hossein Raghfar, un économiste qui a des liens étroits avec le haut de la hiérarchie de la théocratie iranienne, est l’un des derniers à se focaliser sur ce sujet. “De nombreux escrocs ont été au pouvoir et les motifs de leur évasion du pays peuvent être facilement fournis”, dit notamment Raghfar dont les propos sont relayés par l’agence de presse ILNA.

Des détournements de fonds qui se comptes par milliards de dollars

Un détournement de fonds équivalant à 3,57 milliards de dollars de la Caisse d’épargne des enseignants est l’un des derniers exemples passés sous silence. Ces fonds proviennent de 5% des salaires des enseignants qui ont cotisé à cette Caisse d’épargne, soit plus de 800.000 enseignants à travers le pays.

Jabbar Kuchakinejad, chef de la commission d’enquête du Majlis (parlement du régime iranien), a donné lecture du procès-verbal rédigé par le parquet dans ce dossier.

“Quand la justice aura accès à cette affaire et commencera les mises en examen, le nombre des individus impliqués dans ce dossier pourrait augmenter “, a-t-il dit.

Trois leviers

Les personnes impliquées dans ces cas de détournement de fonds sont des agents jouissant d’un accès à trois actifs différents : l’argent, l’information et les liens avec les personnes au pouvoir.

Ceux qui sont proches de personnalités politiques et économiques puissantes ont plus de chances d’être impliqués dans des cas importants de détournement de fonds.

Des escrocs célèbres tels que Gholam Hossein Karbaschi, Fazel Khodadad, Shahram Jazaeri, Meh Afarid Khosravi, Babak Zanjani et Mohammad Reza Rahimi ont vu leur implication révélée à la suite d’une flambée dans les luttes intestines du pouvoir dans le sérail.

D’autres personnes inculpés sont rapidement évacués vers l’étranger avec la complicité des autorités de l’État. C’est le cas du Gouverneur de la Banque Melli, Mohammad Reza Khavari, qui s’est enfui au Canada après avoir détourné environ 715 millions de dollars.

Kuchakinejad mentionne également un autre suspect de détournement de fonds qui a fui l’Iran vers l’Allemagne avec environ 119 millions de dollars. (Agence de presse de Tasnim).

Récemment, le détournement de fonds d’un directeur d’une compagnie pétrolière a également été dévoilé après sa fuite à l’étranger.

Selon un autre député, Assadollah Qarekhani, un individu impliqué dans le détournement de 23,8 millions de dollars a pu fuir le pays trois heures seulement après la médiatisation de l’affaire. (Agence de presse du Majlis).

Coopération judiciaire

En plus des liens avec les officiels du pouvoir qui permettent aux escrocs de voler les biens publics, ceux-ci bénéficient également de la coopération du pouvoir judiciaire pour continuer leurs abus.

“L’incapacité du pouvoir judiciaire à prendre des mesures adéquates contre les escrocs conduira à une nouvelle recrudescence de la corruption “, a déclaré le vice-président du Majlis.

“Au cours des dernières décennies, il n’y a pas eu un seul cas où l’appareil judiciaire ait pris des mesures adéquates contre les officiels impliqués dans des fraudes et détournements de fonds “, déplore le vice-président du parlement (Agence de presse de l’ILNA).

Alors que de hauts responsables du régime iranien sont impliqués dans d’énormes cas de détournements de fonds, de fraudes et de pots-de-vin, plus de 20 millions de personnes vivent dans des bidonvilles dans une précarité extrême. Selon les chiffres officiels, 30% des Iraniens n’ont même pas les moyens de se procurer du pain pour leur repas.

L’armée de chômeurs, des enfants abandonnés et des sans-abri est en train de s’élargir de jour en jour. Ce contraste trop déchirant entre gouverneurs et gouvernés constitue une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment.

adcali.com 13 Juin 2-18

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *