Iran : Vers le début de la fin du régime des mollahs ؟

MOYEN-ORIENT I Depuis la fin de l’année 2017, les manifestations se multiplient en Iran. Toutes les corporations, les unes après les autres, se rebellent contre un régime plus qu’autoritaire qui n’use que de la répression et de la propagande pour toute réponse aux revendications légitimes d’un peuple fatigué d’avoir peur.

Rohani – Mollahs
Hassan Rohani I AFP/ATTA KENARE

En ce début juin, les routiers poursuivent leur effort. Le 1er juin dernier, ils en étaient déjà à leur deuxième semaine de grève malgré les menaces de la théocratie. Mais alors que ces menaces sont toujours plus prégnantes, les soutiens se font également de plus en plus nombreux. A quelques jours de la grande manifestation Parisienne pour un Iran libre, le contexte du pays devient électrique électrique.

Deuxième semaine de grève des camionneurs
Dans un pays où 90 % des transports de marchandises s’effectue par camion, la grève des routiers a forcément un impact sur l’économie du pays. Une économie déjà rendue exsangue par une gestion déplorable des ressources de la part des pasdarans. Et pour cause, toute l’économie du pays est tournée vers l’effort de guerre et la répression interne. La force Qods est présente dans de nombreux pays du Moyen-Orient et de très nombreux groupuscules de mercenaires terroristes islamistes sont financés par l’état Iranien. Ces derniers ayant pour but de continuer de déstabiliser les autres états de la région afin d’exporter la vision despotique du velayat-e-faqih (Guide suprême religieux) partout où cela semble possible. De fait, les conséquences de ces choix belliqueux se font ressentir à l’intérieur du pays, mais aussi sur tous les plans.

En bloquant totalement les transports routiers, les camionneurs savent qu’ils engagent un véritable bras de fer avec le régime. Et ce dernier use de stratagèmes toujours plus retors pour essayer de débloquer la situation. Pourtant, le remède est simple ; il suffit juste de rendre au peuple sa liberté. Aujourd’hui, les routiers sont soutenus par la fédération internationale des ouvriers du transport, qui représente 20 millions d’ouvriers environ à travers le monde. Et la solidarité affichée est pleine et entière. Toutes les provinces et pas moins de 300 villes sont désormais touchées par la grève. A la base, les routiers luttent pour pouvoir simplement vivre décemment de leur travail. Mais pour toute réponse, ils n’ont reçus que des menaces. Le conflit se durcit, venant gonfler inexorablement la liste des mécontentements du peuple en Iran.

Les artistes entrent dans la danse
Le 27 mai dernier, alors qu’une cérémonie funéraire était organisée pour célébrer le décès de la grande star de cinéma Naser Malek Motii, la procession s’est vite transformée en manifestation contre le régime. Les cris retentissaient :

A bas le dictateur, hommage à Naser !

Jamais depuis 1979 il n’y avait eu autant de protestations en Iran, signe d’un régime qui perd vraiment pied face aux revendications du peuple. Dans sa logique propagandiste, le régime a fait la sourde oreille et a organisé une grande réception à laquelle le président du régime des mollahs, Hassan Rohani, a convié plusieurs artistes. Mais là encore, l’échec a été cuisant. Les artistes, n’hésitant plus à exprimer tout haut sur la toile ce que le peuple cri depuis des décennies dans la rue, ont décliné l’invitation. Désormais, c’est le nombre incalculable de followers de ces derniers, partout dans le monde, qui ont un accès direct aux événements. On retiendra ces mots d’une célèbre artiste Iranienne :

Au lieu de m’inviter, invitez plutôt la prisonnière politique et artiste Atena Daemi qui n’est en prison que pour avoir défendu les droits de l’homme.

Routiers, artistes, marchands et commerçants se mettent donc en grève générale, en plus de toutes les corporations déjà évoquées plus haut. A Mashad, la deuxième ville du pays, les commerçants refusent désormais d’ouvrir leurs échoppes. Certaines provinces sont même parvenues à faire céder le gouvernement après plus de trois semaines de grèves ininterrompues. C’est notamment le cas au Kurdistan. Désormais, le peuple croit réellement en ses chances de renverser le régime et d’accéder enfin à une démocratie vraie. Si les décennies de terreur entretenues par les mollahs ont longtemps freiné l’ardeur du peuple, c’en est terminé. Tous espèrent la chute des tyrans et tous sont prêts à monter au front.

Pour un Iran enfin libre et en paix avec le monde Le 30 juin prochain, le grand rassemblement pour un Iran libre à Villepinte arborera les couleurs de l’espoir de liberté.

adcali.com 11 Juin 2018

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *