, , , , , ,

Iran:La Franco-Iranienne Fariba Adelkhah victime du bras de fer avec Téhéran.

La chercheuse franco-iranienne a été arrêtée début juin par les gardiens de la révolution. Ils pourraient faire payer à la France des sanctions prises contre deux diplomates, après un attentat manqué en 2018.

MOYEN-ORIENT Détenue à la prison d’Evine, dans le nord de Téhéran, la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah a été arrêtée début juin par le service de renseignements des gardiens de la révolution, qui pourrait l’utiliser comme moyen de pression contre la France dans un jeu diplomatique sans pitié, alors qu’Em­manuel Macron cherche à éviter une confrontation armée entre la République islamique et les États-Unis. Chercheuse reconnue, soucieuse d’équilibre dans ses analyses, elle a pu recevoir la visite de sa famille et n’est pas maltraitée, selon son confrère et ami Jean-François Bayart.

Un nombre indéterminé de binationaux – en position de fragilité car l’Iran ne ­reconnaît pas leur statut – sont détenus en Iran. Parmi eux figurent plusieurs Britanniques et Américains, ressortissants de pays hostiles à Téhéran. À Evine, Mme Adelkhah a rejoint Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une Irano-Britan­nique condamnée pour sédition à cinq ans de prison, dont l’état de santé se serait détérioré après trois années d’emprisonnement. En 2017, son mari avait affirmé que Nazanin était « utilisée comme monnaie d’échange par les gardiens de la révolution ». La presse britannique avait vu ensuite un lien – démenti par Londres et Téhéran – entre le projet de règlement d’une vieille dette de 450 millions d’euros envers l’Iran et une libération de Mme Zaghari-Rat­cliffe. Tout en niant que des binationaux servent de moyen de pression, l’Iran admet que ces prisonniers puissent faire l’objet d’échanges ponctuels. En fait, c’est pratiquement toujours le cas, les accusations d’espionnage généralement portées contre eux n’étant qu’un alibi. En avril, Javad Zarif, le chef de la diplomatie iranienne, a même « publiquement mis sur la table » une proposition d’échanger des Iraniens emprisonnés aux États-Unis contre des Américano-Iraniens détenus en Iran. Après avoir passé 544 jours à Evine, Jason Rezaian, l’ancien correspondant du Washington Post à ­Téhéran, fut libéré le 16 janvier 2016, au premier jour de l’application de l’accord sur le nucléaire, signé six mois plus tôt. Trois autres Américains recouvrèrent également la liberté, tandis que Barack Obama graciait quatre condamnés iraniens et commuait les peines de trois autres.
Sujet de recherche sensible

L’Iran a-t-il encore des comptes à apurer avec la France ? Il y a dix ans, la libération de la chercheuse Clotilde Reiss s’était soldée par le retour à Téhéran d’Ali Vakili Rad, condamné en 1994 à la réclusion à perpétuité pour avoir égorgé l’ancien premier ministre Chapour Bakhtiar. Une affaire remonte soudainement à la surface : l’attentat manqué le 30 juin 2018 contre un rassemblement en banlieue parisienne des opposants, les Moudjahidins du peuple. La France remit ensuite à la Belgique un suspect interpellé dans l’Hexagone et gela les avoirs de deux diplomates, Assadollah Assadi et Saeid Hashemi Moghadam, le premier étant présenté comme le commanditaire de l’attentat, imputé par les Français au service de renseignements du ministère de l’Intérieur iranien. Paris avait été furieux du « retour aux méthodes terroristes iraniennes » sur son sol. De son côté – et bien avant cette affaire -, Téhéran n’a jamais accepté que la France continue d’abriter une organisation considérée comme terroriste jusqu’en 2012 par les États-Unis. Emmanuel Macron a dit au président Rohani qu’il attendait « des clarifications » à propos de Mme Adelkhah. Mais Hassan Rohani a peu de pouvoir sur les gardiens de la révolution, qui dépendent du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. En pleines tensions entre l’Iran et l’Occident, la détention de Franco-Iraniens n’est pas une surprise pour les diplomates qui suivent l’Iran. Mme Adelkhah était l’un des derniers chercheurs à ­retourner travailler en Iran, sur un sujet assez sensible, lié à la place des religieux. Selon nos informations, son nom avait été évoqué ces derniers mois lors d’interro­gatoires d’autres Franco-Iraniens par les services de renseignements iraniens.

Le Figaro – jeudi 18 juillet 2019