, , , , ,

Iran:Le massacre de 1988 en Iran : Les États-Unis demandent une enquête indépendante

Lors du massacre de 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), ont été exécutés par le régime iranien.
Dans un message vidéo sur Twitter, Morgan Ortagus, porte-parole du Département d’Etat américain, a condamné les violations continues des droits humains du régime iranien, en particulier le massacre de milliers de prisonniers politiques en 1988, et a appelé « la communauté internationale à mener des enquêtes indépendantes et à faire en sorte que les victimes de ces horribles violations des droits de l’homme, organisées par le régime des mollahs, puissent obtenir des comptes et la justice ».

« Le 19 juillet marque l’anniversaire du début du massacre de 1988 en Iran perpétré par les « commissions de la mort », sur ordre de l’ayatollah Khomeiny. Ces commissions auraient fait disparaître par la force et exécuté de façon extrajudiciaire des milliers de prisonniers politiques dissidents. L’actuel chef du pouvoir judiciaire des mollahs et l’actuel ministre de la Justice, ont tous deux été identifiés comme d’anciens membres de ces commissions de la mort. Le système judiciaire des mollahs est largement perçu comme manquant d’indépendance et de garanties de procès équitable. Et les tribunaux révolutionnaires sont particulièrement flagrants lorsqu’il s’agit d’ordonner des violations des droits de l’homme. Tous les responsables iraniens qui commettent des violations ou des abus des droits humains devraient être tenus responsables. Les États-Unis appellent la communauté internationale à mener des enquêtes indépendantes et à faire en sorte que les victimes de ces horribles violations des droits humains, organ
isées par les mollahs, rendent des comptes et obtiennent justice », a-t-elle déclaré dans un message vidéo sur Twitter.
En réponse, et félicitant cette position, Mme Maryam Rajavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a déclaré sur Twitter : « Je salue l’appel de la porte-parole du Département d’Etat pour une enquête indépendante sur les actions des commissions de mort lors du massacre de 1988 et je demande que justice soit faite pour les martyrs. Les auteurs de ces actes doivent être traduits en justice. Il est impératif d’envoyer des missions d’enquête internationales en Iran,, rejointes par des représentants de l’OMPI et de la Résistance iranienne, pour empêcher le régime de dissimuler le massacre de 1988 (crime contre l’humanité), en particulier les tombes et les chiffres précis des martyrs dans les prisons et les villes de tout l’Iran. »

adcali.com 26 juillet 2020