, , , ,

Iran:Prisonniers politiques 30 ans de prison et le fouet pour un avocat des droits humains en Iran.

Un tribunal à Téhéran a confirmé la condamnation à une lourde peine de prison et au fouet d’Amirsalar Davoudi, avocat des droits humains et défenseur de plusieurs militants politiques en Iran.

Mostafa Turk Hamedani, l’avocat d’Amirsalar Davoudi a tweeté le 30 juillet que son client avait écopé d’une peine de 30 ans et de 111 coups de fouet, « dont quinze ans sont incompressibles et exécutables », a twitté Me Turk Hamadani.

« Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir en vertu de la loi pour exhorter le chef du pouvoir judiciaire et le Procureur général de Téhéran à annuler le verdict », a ajouté M. Turk Hamedani.

Avocat défenseur des droits humains et membre de l’association du barreau iranien, Amirsalar Davoudi a d’abord été condamné à 30 ans de prison et 111 coups de fouet en juin pour « outrage à autorité », « outrage au Guide suprême » et « propagande contre le système ».

Conformément à l’article 134 du Code pénal, qui stipule que, lorsqu’une personne est condamnée pour trois chefs d’accusation ou plus, elle purge la peine la plus longue prononcée pour l’infraction la plus grave, la durée effective de sa peine est de 15 ans.

Le chef d’accusation le plus long pour lequel il a été condamné est celui de « formation d’un groupe dans le but de troubler la sécurité nationale », en rapport avec sa chaîne Telegram.

Il a refusé de faire appel et le verdict a été automatiquement confirmé le mardi 30 juillet.

En outre, Davoudi a été condamné à 111 coups de fouet, à une amende de 60 millions de rials (environ 1410 $) et à la privation de ses droits sociaux pendant deux ans, si tant est qu’il existe des droits sociaux sous le régime des mollahs.

Amirsalar Davoudi a d’abord été condamné par un « tribunal révolutionnaire » pour « propagande contre l’Etat » et « outrage à des autorités ».

Dans un communiqué publié en juin 2019, Amnesty International avait souligné : “Cette sentence d’une dureté choquante est une injustice scandaleuse. Amirsalar Davoudi est ouvertement puni pour son travail de défense des droits de l’homme.”

« Amirsalar Davoudi est la dernière victime d’une répression brutale menée par les autorités iraniennes contre les avocats des droits humains ces deux dernières années, qui a vu les tribunaux iraniens prononcer des peines de plus en plus sévères pour les empêcher de mener à bien leur travail », a déclaré Amnesty International.

adcali.com 07 août 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *