Le lavage de cerveau des écoliers est un échec total pour l’Iran.

Depuis la « révolution culturelle » de l’Iran peu après la révolution de 1979 qui a porté les religieux au pouvoir, le régime a imposé sa marque d’islam et de politique aux écoliers.

De nos jours, des enfants de sept ans sont forcés de participer à des cérémonies de deuil sans intérêt, de jouer des scènes, du jour où le fondateur de la République islamique, Khomeiny, est venu en Iran et d’écrire des essais sur l’adoration qu’ils portaient au commandant, aujourd’hui décédé, de la Force Qods, Qasem Soleimani.

Quand je suis arrivé à l’école aujourd’hui, certains de mes élèves attendaient devant la porte. Après les avoir salués, j’ai demandé pourquoi ils se tenaient dehors. « Ils frappent leur poitrine en signe de deuil, le premier jour de l’école », m’a dit un élève.

Cela faisait partie d’un article rédigé par Jafar Ibrahimi, membre de l’Association des enseignants de Téhéran, actuellement détenu temporairement dans la célèbre prison Rajaï Chahr de Karaj, près de Téhéran.

Il a été arrêté le 26 décembre 2019 pour avoir participé à une cérémonie de commémoration de plus de 1500 civils tués par le régime lors de manifestations nationales qui ont ébranlé le pays en novembre.

Ibrahimi a également déclaré que l’école n’enregistrerait pas certains des garçons parce que leurs cheveux étaient trop longs.

La présence sévère de « l’idéologie révolutionnaire religieuse » du régime dans les écoles iraniennes est l’une des caractéristiques les plus importantes des écoles iraniennes et du contenu éducatif des livres d’élèves.

La présence de matériel idéologique et politique est au moins trois fois supérieure à la moyenne du monde.

Selon Saied Peivandi, professeur d’université affilié au régime et expert en éducation, « Alors qu’en moyenne environ 8 % du temps scolaire est consacré aux questions religieuses dans le monde, en Iran (les cours de religion) occupent officiellement près de 16% du temps scolaire. Ce chiffre est en fait plus proche de 25% (si l’on considère les programmes religieux et politiques dans le programme qui sont effectués en dehors de la salle de classe). »

L’état actuel du système éducatif iranien est devenu si pauvre que même ceux qui sont fidèles au système scolaire du régime critiquent maintenant ses effets sur les enfants.

Rahim Mohammadi, le chef de la Société iranienne de sociologie, a déclaré que les enfants étaient devenus « désillusionnés » de la façon dont le Coran était enseigné dans les écoles.

Il parle explicitement de « l’échec » de l’éducation religieuse d’un point de vue idéologique et poursuit en expliquant : « La combinaison de la politique, de l’idéologie et de l’éducation religieuse n’a pas produit de résultat positif. L’éducation religieuse du point de vue de la politique et de l’idéologie a échoué et n’a pas apporté aux éducateurs les résultats escomptés. »

Dans les textes d’éducation stratégique de la République islamique, la priorité de « la purification de soi » sur « l’éducation » est explicitement mentionnée.

Nematollah Fazeli, professeur de sociologie à l’Université Allameh Tabataba’i de Téhéran, a également critiqué le système éducatif iranien.

« Le problème le plus important de notre système d’éducation, c’est qu’il est idéologique et que tous les autres problèmes sont attribuables à cela », a-t-il dit dans les commentaires de l’agence de presse Tasnim, affiliée aux pasdarans.

Le régime a totalement échoué dans le lavage de cerveau des Iraniens lorsqu’ils étaient enfants pour les forcer à se soumettre. Les étudiants et les jeunes qui ont été les plus actifs lors des récentes manifestations qui ont balayé l’Iran ont également été soumis à la même éducation idéologique forcée à l’école.

Ils sont devenus les plus farouches opposants du régime. Les enfants qui ont appris à vénérer le Guide suprême du régime, Ali Khamenei, en tant qu’imam, sont maintenant des étudiants universitaires qui chantent dans la rue pour sa chute.

Source : Iran News Wire

adcali.com 30 janvier 2020