, ,

Le régime iranien a interdit le cyclisme aux femmes de faire de la bicyclette à Ispahan.

Le régime iranien interdit aux femmes de faire de la bicyclette à Ispahan.

Ecrit par le rédacteur du personnel le 15 mai 2019.

Le procureur du régime à Ispahan a interdit le cyclisme féminin en public en le qualifiant d’acte “interdit”, ce qui entraînerait des sanctions fondées sur le “Code pénal islamique”.

L’agence de presse officielle iranienne IRNA, citant le procureur Ali Esfahani, aurait déclaré: “Selon l’attestation des érudits musulmans, et conformément à la loi, le cyclisme féminin en public est haram (interdit)”.

Le procureur a déclaré que la police avait reçu l’ordre de mettre en garde les femmes contre le cyclisme à Ispahan. Si elles insistaient pour monter à cheval, elles pourraient confisquer la carte d’identité des cyclistes et, dans certains cas, leurs bicyclettes, ajoutant que “la répétition d’un acte de” haram “permettrait soumettre le délinquant à un châtiment islamique “.

Il a déclaré que la municipalité d’Ispahan avait été chargée de concevoir un “vélo couvert pour femmes”, mais il n’a pas précisé en quoi cela pourrait ressembler.

Des centaines d’étudiants de l’Université de Téhéran ont organisé une grande manifestation le 13 mai contre les tentatives renouvelées d’appliquer des règles strictes en matière de voile obligatoire aux étudiantes.

Les étudiants se sont rassemblés sur le campus et ont scandé: «Les étudiants préfèrent mourir que de succomber (à l’oppression).» Les étudiants portaient des pancartes sur lesquelles était écrit: «La liberté de choix est notre droit inaliénable.”

La semaine dernière, des étudiants de l’université de Téhéran ont été témoins de la présence de membres féminins paramilitaires de Bassij basés sur leur campus, ainsi que d’autres forces de sécurité. La mesure visait à harceler les étudiantes par-dessus leurs vêtements et leurs couvre-chefs et à imposer le voile obligatoire en réprimant les étudiantes. Les forces de sécurité étaient réparties sur tout le campus pour faire respecter les règles disciplinaires et terroriser les étudiants, en particulier les étudiantes.

adcali.com 15 mai 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *