,

Le régime iranien pourrait exécuter quatre écologistes…

Les Procureurs du régime iranien ont accusé quatre environnementalistes de « semer la corruption sur terre », un crime passible de la peine de mort sous le régime islamiste, pour avoir simplement effectué une surveillance scientifique d’espèces en voie d’extinction.

Les employés de la Persian Wildlife Heritage Foundation ont été arrêtés en janvier pour « espionnage », après que le Corps des gardiens de la révolution (pasdaran) les a accusés d’utiliser leurs caméras destinées à surveiller les rares guépards asiatiques et autres animaux sauvages, pour espionner le programme des missiles balistiques du pays.

Cette accusation est fausse il n’y a aucune preuve pour justifier les accusations d’espionnage. Ainsi, les pasdaran ont été forcé de changer de tactique et d’inculper les écologistes d’atteinte à la sécurité nationale.

Tara Sepehri Far, chercheuse à Human Rights Watch à New York, a déclaré qu’il s’agissait « d’une accusation très bizarre et « totalement sans précédent » à porter contre des militants écologistes ».

Même le vice-président adjoint à l’environnement a été arrêté et détenu pendant quelques jours, avant d’être libéré, mais il reste toujours sous la pression du régime des mollahs. Kaveh Madani, ancien expert en gestion de l’eau à l’Imperial College de Londres, s’est échappé en avril lors d’un voyage à l’étranger et se trouve maintenant dans un lieu tenu secret.

Il a déclaré : « La communauté scientifique peut faire beaucoup en remettant en cause le récit véhiculé par les Gardiens de la révolution. La population fait confiance à la communauté scientifique, et une fois qu’ils viennent avec leur contre-récit, les radicaux ne peuvent plus véhiculer leurs mensonges facilement. »

Les accusés

Les noms des accusés sont Taher Ghadirian, Houman Jowkar, Morad Tahbaz et Niloufar Bayani. Ils ont été arrêtés aux côtés de cinq autres écologistes pour des motifs similaires, mais le cofondateur de la Persian Wildlife Heritage Foundation, le professeur Kavous Seyed-Emami, citoyen irano-canadien, est mort dans des circonstances suspectes en prison en février dernier. Les autorités prétendent qu’il s’est suicidé, mais beaucoup pensent qu’il est mort sous la torture.

Ghadirian et Jowkar font partie des comités de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui décident si certaines espèces sont inscrites sur la liste des espèces menacées. Tous deux font partie du groupe de protection des félins, tandis que Ghadirian fait également partie du groupe des spécialistes de l’ours.

Jon Paul Rodríguez, biologiste de la conservation à l’Institut vénézuélien de recherche scientifique de Caracas, et membre de la Commission pour la survie des espèces de l’UICN, a déclaré : « L’UICN est extrêmement préoccupée par ces accusations. Les caméras automatiques de surveillance sont indispensables pour suivre l’état et la santé des espèces en voie de disparition. Pour autant que je sache, la seule information que nous avons sur le guépard asiatique vient des caméras automatiques. »

Aucune date n’a été fixée pour le procès des écologistes.

Adcali.com 6 novembre 2018

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *