, ,

Le Royaume-Uni accorde la protection diplomatique à une ressortissante détenue en Iran

Le Monde avec AFP
Une décision prise avec 3 ans de retard, dû à la politique de complaisance de l’Union européenne à l’égard du fascisme religieux en Iran, laissant Mme Nazanin Zaghari, otage dans les mains des mollahs, souffrir dans leurs geôles.
Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée le 3 avril 2016 à l’aéroport de Téhéran. Elle a été condamnée à cinq ans de prison pour participation à des manifestations visant à renverser le régime, ce qu’elle dément.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée le 3 avril 2016 à l’aéroport de Téhéran. Elle a été condamnée à cinq ans de prison pour participation à des manifestations visant à renverser le régime, ce qu’elle dément.
Le gouvernement britannique a annoncé jeudi 7 mars accorder la protection diplomatique à Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une Irano-Britannique emprisonnée à Téhéran depuis avril 2016.
Cela signifie que Londres « reconnaît officiellement que
Une décision prise avec 3 ans de retard, dû à la politique de complaisance de l’Union européenne à l’égard du fascisme religieux en Iran, laissant Mme Nazanin Zaghari, otage dans les mains des mollahs, souffrir dans leurs geôles.
Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée le 3 avril 2016 à l’aéroport de Téhéran. Elle a été condamnée à cinq ans de prison pour participation à des manifestations visant à renverser le régime, ce qu’elle dément.
son traitement n’est pas conforme aux obligations de l’Iran au regard du droit international, et l’élève au rang de litige formel d’Etat à Etat », a expliqué le ministère des affaires étrangères dans un communiqué.
« Je n’ai pas pris cette décision à la légère », a déclaré Jeremy Hunt, le chef de la diplomatie britannique. Il a pointé le « traitement inacceptable » réservé à Nazanin Zaghari-Ratcliffe au cours des trois dernières années, soulignant le « manque d’accès à un traitement médical » et « l’irrégularité » de la procédure engagée à son encontre.
« Ma décision est une étape diplomatique importante qui signale à Téhéran que son comportement est complètement injuste. Aucun gouvernement ne devrait utiliser des individus innocents comme des pions pour exercer une influence diplomatique. »
Et M. Hunt de réclamer à nouveau la libération de Nazanin Zaghari-Ratcliffe.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les binationaux, « otages » des luttes politiques iraniennes
Grève de la faim
La protection diplomatique est un mécanisme « rarement utilisé » par lequel un Etat peut demander la protection de ses ressortissants « s’il estime que les actes d’un autre Etat leur ont causé préjudice », a précisé le Foreign Office.
Employée de la Fondation Thomson Reuters liée à l’agence de presse canado-britannique du même nom, Mme Zaghari-Ratcliffe, 40 ans, avait été arrêtée le 3 avril 2016 à l’aéroport de Téhéran en compagnie de sa fille Gabriella, après avoir rendu visite à sa famille.
Elle a été condamnée en septembre 2016 à cinq ans de prison pour participation à des manifestations en 2009 visant à renverser le régime, ce qu’elle dément. La peine a été confirmée en appel en avril 2017.
Son état de santé s’est depuis détérioré. En janvier, son mari, Richard Ratcliffe, annonçait qu’elle avait détecté une grosseur dans la poitrine et se plaignait d’engourdissements dans les bras et les jambes.
Le même mois, Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait observé une grève de la faim de trois jours, pour, selon son époux, protester contre ses conditions de détention et les pressions subies pour qu’elle devienne une espionne au service de l’Iran.
Réagissez ou consultez l’ensemble des commentaires.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/08/londres-accorde-la-protection-diplomatique-a-une-ressortissante-detenue-en-iran_5432948_3210.html

dcali.com 08 mars 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *