, , , ,

Les enseignants des minorités religieuses n’ont pas le droit d’enseigner en maternelle en Iran.

L’organisation iranienne de protection sociale a récemment interdit aux membres des minorités religieuses d’enseigner à l’école maternelle en raison des différences concernant les « valeurs religieuses ».

L’interdiction va à l’encontre des lois du pays et s’applique à toutes les écoles maternelles, à l’exception de celles réservées aux minorités religieuses.

Selon le directeur général, les autorités mettent de plus en plus l’accent sur les valeurs islamiques pour les enfants de maternelle et il est donc impossible pour une minorité religieuse d’enseigner dans les jardins d’enfants. Cependant, il leur est possible d’enseigner des « activités parascolaires » telles que le sport. Les enfants des minorités religieuses ont souvent du mal à être exemptés des classes islamiques.

Alors que la directive viole les lois iraniennes qui obligent le pays à éliminer la discrimination et à créer des opportunités justes pour tout le monde, les chrétiens qui peuvent prouver que leur famille était chrétienne avant la Révolution de 1979 ont des dispositions constitutionnelles limitées qui protègent la pratique de leur foi. Cependant, les musulmans qui se sont convertis au christianisme ne bénéficient d’aucune protection légale.

Cette directive montre jusqu’où la République islamique d’Iran ira pour séparer les minorités religieuses de la culture dominante. L’Iran est classé parmi les pays particulièrement préoccupants de niveau 1 par la Commission des Etats-Unis sur la liberté de religion dans le monde.

Ces derniers jours, sur les médias sociaux, les images de l'”ordre administratif” controversé se sont répandues sur le net, provoquant la colère de nombreuses couches des minorités religieuses du pays.

La lettre précise : « Le recrutement de membres de minorités religieuses pour des emplois dans des jardins d’enfants est illégal, à moins que ces centres n’hébergent exclusivement des enfants de minorités religieuses ». Elle porte la signature du directeur du bureau des affaires de l’enfance et de l’adolescence de l’Organisation.

Une fois diffusée sur les réseaux sociaux, la directive interne de l’organisation de la réinsertion a rapidement déclenché des réactions de colère. Un utilisateur de Twitter l’a nommé « le dernier cas d’injustice contre les minorités », et un autre l’a qualifié de « décision désastreuse ».

La première protestation officielle est venue d’Esfandiar Ekhtiari, qui représente la minorité zoroastrienne iranienne au parlement. Dans une lettre publique, Ekhtiari s’est adressé au ministre des coopératives, du travail et des affaires sociales, Mohammad Shariatmadarito, dont l’Organisation de réinsertion dépend directement.

Le parlementaire zoroastrien a exprimé sa « surprise » face à l’ordre « discriminatoire » et s’est plaint de ce que sa correspondance avec le responsable de l’Organisation de réinsertion ne produise aucun résultat. Le parlementaire a demandé au ministre « d’annuler » la directive « afin que nous ne soyons plus témoins de décisions aussi inhumaines et contraires à l’éthique contre des adeptes des religions divines ».

Les responsables de l’Organisation de réinsertion ont tenté d’apaiser les choses, affirmant que cela « ne s’applique qu’aux programmes d’enseignement général et religieux et que les cours d’art et qu’il n’y a pas de restriction sur les cours d’art et de sport pour les enseignants des minorités ». Le chef du département des affaires sociales a essayé de minimiser l’ordre litigieux. « Dans les jardins d’enfants accueillant des enfants musulmans, le recrutement d’enseignants issus de minorités religieuses pour des cours non religieux n’est pas en violation de la réglementation », a déclaré Habibollah Masoudi Farid aux médias. Cette annonce a été faite après que le ministre a ordonné une version « corrigée » de la directive, avec un ton différent. Certains ont vu dans cette décision le « recul » du gouvernement sous la pression du public.

Depuis plusieurs années, les minorités religieuses iraniennes dénoncent les politiques et les pratiques discriminatoires du pays. Le cas le plus controversé est peut-être celui d’un membre zoroastrien du conseil municipal de la ville centrale de Yazd. Sepanta Niknam a été élu au suffrage populaire en 2017, mais il a été suspendu de ses fonctions pendant neuf mois, sur ordre d’Ahmad Jannati, secrétaire intransigeant du Conseil des gardiens de l’Iran, qui a proposé une nouvelle interprétation de la loi électorale. Le Conseil de discernement a finalement résolu l’affaire retardée et a réintégré Niknam. Une utilisatrice de médias sociaux a évoqué le cas de Niknam : « Ce qui a rendu possible la réintégration de Niknam au conseil municipal n’était pas la constitution et la religion، mais plutôt la pression et les efforts du public, et nous sommes en mesure de le répéter », a-t-elle écrit.

Source : Stop au Fondamentalisme

adcali.com 7 Juin 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *