Lettre contre un projet de propagande du cinéma officiel iranien en faveur de la guerre

images/M_images/cinema-1.jpg

 

 images/M_images/cinema-1.jpg 

Lettre de protestation contre un projet de propagande du cinéma officiel iranien pour faire du prosélytisme en faveur de  la guerre et de la violence.

 

Monsieur Le Maire,

 

Notre association soutien depuis 2004 les artistes réfugiés en France qui ne sont pas autorisés à mener leurs activités artistiques en Iran. De nombreuses personnes du monde de l’art ont été emprisonnées ou torturées et en fin de compte contraintes à l’exil. Certains réalisateurs qui refusent de collaborer avec le régime iranien, n’ont plus le droit d’exercer leurs métiers, et sont désormais interdiction de quitter le territoire iranien.

 

Nous avons constaté qu’avec le soutien de votre mairie, le régime iranien a pu tenir un festival au mois de juin, qui a suscité notre étonnement. En effet, cela semblait plutôt être un projet de propagande pour le cinéma officiel qui vantent la guerre ou plutôt ce que le pouvoir appelle « la défense sacré » (les événements d’une guerre dévastatrice qui a duré 8 ans).

 

Ce cinéma de propagande tente de justifier les efforts de guerre du régime des mollahs iraniens, qui avec un bellicisme morbide sert aujourd’hui à maintenir les ingérences et les velléités hégémoniques du pouvoir dans la région du Moyen Orient. Pour votre information, après la récupération de la ville de Khoramchahr, deux ans après le conflit commencé en 1980, Khomeiny a prolongé une guerre inutile et meurtrière alors que la paix était possible à ce moment.

 

Les cinéastes aux services du régime à cette époque avaient pour tâche de justifier cette folie. Le pouvoir n’a pas hésité a envoyer dans la fournaise de la guerre et pour neutraliser des champs de mines, des écoliers enrôlés de force.

 

Nous sommes habitués à la démagogie des mollahs, mais nous ne comprenons pas pourquoi votre mairie a sponsorisé un tel projet qui donne une légitimité à l’un des épisodes les plus criminels du régime iranien. Cela fait 36 ans que la théocratie en Iran réprime avec férocité les poètes, les écrivains, les artistes, les cinéastes engagés et libre penseurs. Beaucoup d’entre eux figurent dans la liste de plus de 100 000 personnes, exécutées pour leurs opinions ou parmi les 30 000 prisonniers politiques massacrés en quelques mois en 1988.

 

Notre association et les artistes qui y sont associés souhaitent vous exprimer leurs plus vives protestations, pour avoir laissé le régime islamiste iranien se servir de votre municipalité pour faire du prosélytisme en faveur de la guerre et de la violence, en présentant l’éloge du bellicisme, comme du cinéma artistique et cibler dans la mêlé outre les passionnés du cinéma iranien mais aussi des musulmans en France, que les mollahs cherchent à radicaliser.

 

Nous espérons avoir pu attirer votre attention et avoir pu susciter une vigilance qui ferait obstacle à ce genre de festival en apparence culturel, mais porteuse de propagande, des idées au service d’une dictature religieuse qui sévit en Iran et qui propage l’extrémisme religieux à travers le monde.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’assurance de nos sentiments les plus respectueux.

         

 

La Présidente ADCALI

 

 

 

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *