, , , ,

menacés d’exécution imminente en Iran. Un jeune prisonnier iranien, qui a été condamné à mort à l’âge de 15 ans à peine, est sur le point d’être exécuté,

d’après ce que les responsables pénitentiaires ont déclaré à sa famille.

Mohammad Kalhori a été condamné à mort alors que le rapport du médecin légiste indique qu’il n’avait pas atteint la maturité au moment où il aurait commis un meurtre, en raison d’un trouble mental, et souffrait de dépression.

Son avocat, Hassan Aghakhani, a déclaré : « Malheureusement, la famille de Mohammad a été informée que le verdict sera bientôt exécuté. »

Le tribunal pénal a d’abord condamné Kalhori à sept ans de prison et lui a ordonné de verser le prix du sang à la famille de la victime, mais cette décision a été annulée par la Cour suprême.

Ainsi, peu après ses 18 ans, Kalhori a été condamné à mort pour le meurtre de son professeur en 2014.

En juin 2018, deux experts des droits de l’homme de l’ONU ont exhorté les autorités iraniennes à suspendre l’exécution.

Agnes Callamard, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, et Renate Winter, présidente de la Commission des droits de l’enfant des Nations Unies, ont écrit : « L’Iran s’est engagé à interdire l’application de la peine de mort pour toutes les personnes de moins de 18 ans en ratifiant le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention des droits de l’enfant. En tant que telle, cette exécution est illégale et arbitraire.

L’Iran fait partie des quelques pays qui continuent d’exécuter des délinquants juvéniles. Il est illégal d’exécuter quelqu’un pour des crimes commis avant l’âge de dix-huit ans, selon le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et la Convention relative aux droits de l’enfant, deux traités auxquels l’Iran est partie, mais le régime n’a montré aucun signe de cessation.

En février 2018, le chargé des droits de l’homme de l’ONU a appelé l’Iran à mettre un terme aux exécutions de mineurs.

Zeid Ra’ad Al Hussein a déclaré : « L’exécution de délinquants juvéniles est clairement interdite par le droit international, quelles que soient les circonstances et la nature du crime commis. »

On estime qu’il y aurait au moins 80 délinquants juvénile dans le couloir de la mort.

adcali.com 20 février 2019.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *