, , , ,

Prisonniers politiques L’Iran refuse les soins médicaux à Arash Sadeghi, gravement malade.

Le prisonnier politique Arash Sadeghi est gravement malade, mais les autorités iraniennes continuent d’empêcher son transfert vers un hôpital, a déclaré son épouse au Centre pour les droits de l’homme en Iran.

« La main droite d’Arash s’est infectée et s’est complètement paralysée. Il doit donc être soigné par un médecin en dehors de la prison », a déclaré Golrokh Iraee Ebrahimi, le 18 octobre 2019.

« Depuis juin [2019], les autorités ont promis de l’envoyer à l’hôpital à quatre reprises, mais chaque fois, elles ne l’auraient pas fait sans donner d’explication », a-t-elle déclaré.

Les prisonniers politiques en Iran, y compris les détenus âgés, sont soumis à un traitement sévère, qui inclut souvent un refus de traitement médical. La menace d’abandonner les soins médicaux a également été utilisée comme un moyen d’intimidation à l’encontre des prisonniers qui contestaient les autorités ou déposaient des plaintes.

Ebrahimi a noté que le dernier transfert prévu de Sadeghi de la prison Rajaï Chahr de Karaj, à l’ouest de Téhéran, vers un hôpital devait avoir lieu le 23 septembre, mais cela n’a pas eu lieu.

Ils ont dit qu’il devait être emmené en uniforme avec des menottes aux mains et aux pieds, mais Arash a refusé de porter l’uniforme de la prison et ils ne l’ont pas transféré “, a-t-elle déclaré.

Les prisonniers politiques en Iran sont autorisés à porter leurs propres vêtements approuvés par la prison et ne sont pas tenus d’être transportés avec des menottes. Ils refusent souvent d’être transportés en uniformes ou menottés pour préserver leur dignité.

« Amin Vaziri, le responsable judiciaire [à la prison de Rajaï Chahr] ne répond pas aux demandes de renseignements de la famille d’Arash », a déclaré Ebrahimi . « Depuis sa promotion, Vaziri oblige les prisonniers de porter des menottes et des poignets ainsi que de porter un uniforme lors des transferts, sachant que les prisonniers politiques résisteront. Fondamentalement, il crée une situation pour les amener à rejeter les transferts puis à les blâmer pour cela. »

Diagnostiqué avec une forme rare de cancer des os selon sa famille, le prisonnier politique a subi une opération pour retirer une tumeur de l’épaule droite, le 11 septembre 2018.

« L’aspect le plus inquiétant est que le bras droit d’Arash est très enflammé à cause de l’infection », a déclaré Ebrahimi . « Lorsque je lui ai rendu visite après ma sortie de prison, j’ai constaté qu’il avait peu de mobilité dans sa main, mais maintenant, il a complètement perdu sa mobilité et il est complètement engourdi. »

Elle poursuit : « J’ai interrogé le médecin spécialiste à ce sujet et il a déclaré que l’infection devait être drainée sous la peau d’Arash car les antibiotiques n’étaient plus efficaces. Il a reçu des antibiotiques en prison et a parfois reçu des antibiotiques par injection. Nous espérons qu’ils le transfèreront à l’hôpital pour drainer l’injection, sinon Arash perdra son bras. Ses compagnons de cellule disent qu’il ne peut pas du tout utiliser son bras.

Ebrahimi a noté que Sadeghi avait besoin d’une IRM régulière pour s’assurer que son cancer était en rémission et qu’il ne s’était pas métastasé.

« En outre, le médecin a dit à Arash qu’il avait besoin d’un scanner complet du corps tous les quatre mois, car il était possible que le cancer réapparaisse sur son épaule ou se métastase sur d’autres parties du corps », a-t-elle déclaré. « Mais il n’a pas eu de scan depuis son opération de l’année dernière. »

Depuis juin 2016, Sadeghi purge une peine de quinze ans d’emprisonnement pour s’être engagé dans des activités pacifiques en faveur des droits civiques sous les accusations de « rassemblement et collusion contre la sécurité nationale », de « propagande contre l’État », de « propagation de mensonges sur le cyberespace » et « insulte du fondateur de la République islamique. »

Ebrahimi a déclaré à CHRI que les problèmes médicaux de son mari avaient commencé à la suite de tortures lors d’interrogatoires.

« L’épaule droite d’Arash a été cassée lors de passages à tabac dans la section 209, placée sous le contrôle du ministère du renseignement de la prison d’Evine à Téhéran, lors de sa première arrestation en 2009 », a déclaré Ebrahimi. « Les rayons X ont clairement montré des os cassés à l’épaule et aux côtes. Les médecins spécialistes ont déclaré qu’il était possible que la tumeur se développe parce qu’il n’avait pas été correctement soigné. »

Ebrahimi, emprisonnée d’octobre 2016 à avril 2019 pour avoir écrit un article non publié sur la lapidation en Iran, est actuellement condamnée à 2,1 années d’emprisonnement supplémentaires après avoir été déboutée de son recours en septembre 2019 contre une condamnation pour « insulte du Guide suprême » et « propagande contre l’État ».

Source : Le Centre pour les droits de l’homme en Iran

adcali.com 26 Octobre 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *