, , , , , , ,

Répression Iran : De célèbres cinéastes iraniens ont été arrêtés

Au moins trois cinéastes iraniens ont été arrêtés dans la nuit du 12 janvier 2020 en Iran après avoir participé à des manifestations organisées sur la place Azadi à Téhéran, ont indiqué des sources à IranWire.

Les trois cinéastes ont, depuis, été libérés.

La réalisatrice Rakhshan Bani Etemad, son mari et producteur de films Jahangir Kowsari et le réalisateur Azadeh Mousavi ont été arrêtés par les forces de sécurité et de police et emmenés dans des lieux inconnus.

Des représentants de l’industrie cinématographique iranienne, y compris des stars de cinéma, ont pris part dimanche 12 janvier 2020 à Téhéran à des manifestations et à des veillées, suscitant des commentaires sur les réseaux sociaux. A la suite de leur soutien aux manifestations publiques, Bani Etemad et un autre réalisateur bien connu, Masoud Kimiayi, ont été insultés sur la télévision officielle.

De nombreux artistes ont déclaré publiquement qu’ils ne participeraient pas aux Fajr Festivals de cette année, les événements artistiques annuels les plus importants du pays, à moins de deux semaines, en solidarité avec les manifestants. Au moins une soixantaine de compagnies de théâtre ont déclaré un boycott du Festival de théâtre Fajr. Les artistes travaillant dans divers domaines (musique, arts visuels, photographie) ont refusé de jouer un rôle dans les festivals, que ce soit en tant qu’interprètes, juges ou même spectateurs.

Des festivals Fajr ont lieu chaque année pour commémorer l’anniversaire de la révolution iranienne.

« Cette cocotte-minute a finalement explosé », a déclaré à IranWire un metteur en scène, sous couvert d’anonymat. « Le crash de l’avion, provoqué par un missile, et le silence des autorités qui a suivi, ont tellement blessé les gens que cette démission collective est une réaction naturelle. C’était tout ce que les artistes pouvaient faire. La vague était si grande que, par exemple, elle a inclus la démission de tous les juges et participants de l’un des festivals. »

L’action de solidarité n’a pas été menée par une seule personne en particulier et elle a été spontanée, a expliqué le directeur.

« L’étendue des démissions montre que l’on prend soin de la souffrance et de la douleur des gens », a ajouté le directeur.

Par contre,ceux qui se sont le moins retirés du Fajr Film Festival, ce sont les professionnels de l’industrie. Seul Masoud Kimiayi a déclaré qu’il ne montrerait pas son film là-bas et même cette décision a été contestée par le producteur du film.

Le cinéma n’est pas comme le théâtre puisque que la projection de films constitue une charge financière », a déclaré le directeur du théâtre à IranWire. « Le budget du film doit être remboursé d’une manière ou d’une autre. Retirer un film d’un festival c’est prendre un risque énorme pour les réalisateurs et les producteurs, et ils ne peuvent pas se le permettre. »

Source : IranWire

adcali.com 17 janvier 2020.