, , , , , , , ,

RÉPRESSION IRAN : LE CORPS TORTURÉ D’UN MANIFESTANT RETROUVÉ DANS UNE RIVIÈRE.

Le corps torturé d’un homme, arrêté lors des manifestations nationales de novembre 2019 dans la ville de Javanrud, dans l’ouest de l’Iran, a été retrouvé dans une rivière en Iran, a annoncé aujourd’hui un groupe kurde de droits humains.

Selon les informations, le corps d’un homme identifié comme Hashem Moradi a été retrouvé hier dans une rivière près du village de Safi Abad à Javanrud.

Une source proche de la famille de l’homme a déclaré que Hashem Moradi avait été arrêté le 17 novembre 2019, lors des manifestations nationales qui ont éclaté après que le régime ait triplé le prix de l’essence. Après cela, sa famille n’a obtenu aucune information sur l’endroit où il se trouvait.

Les informations indiquent qu’il était père de deux jeunes enfants et qu’il a été arrêté alors qu’il vendait des marchandises dans la rue.

La source a indiqué qu’un autre détenu de Javanrud avait déclaré à la famille Moradi qu’il avait été emprisonné dans la prison de Dizel Abad à Kermanshah pendant environ 10 jours avant d’être transféré dans un lieu inconnu.

La famille de Hashem Moradi a approché des responsables des institutions de sécurité et même de la prison de Dizel Abad pour s’enquérir de ses nouvelles mais elle n’a reçu aucune réponse, a déclaré l’Organisation des droits humains de Hengaw.

Avant cela, les services du renseignement a dit à la famille de publier une déclaration disant que Hashem Moradi était mentalement handicapé et de demander à la population où il se trouvait.

Le mardi 31 décembre 2019, une personne non identifiée a appelé la famille Moradi et a déclaré que le corps de Hashem était dans un cours d’eau près de la rivière Safi Abad et que la famille pourrait venir récupérer le corps.

Des sources ont déclaré au groupe de défense des droits humains que le corps avait été retrouvé avec les pieds enchaînés et des signes évidents de torture.

De lourdes mesures de sécurité ont été prises aujourd’hui pour les funérailles de Hashem Moradi à Ravansar, dans la province de Kermanshah. Les institutions de sécurité ont menacé la famille que si elle parlait de cette affaire avec quelqu’un, elle serait sévèrement réprimée.

Avant cela, le corps torturé d’un autre homme arrêté lors des manifestations nationales en novembre 2019 a été retrouvé dans dans un barrage dans l’ouest de l’Iran.

La famille du manifestant iranien, Ershad Rahmanian, a déclaré qu’il avait été arrêté le 17 novembre dans la province occidentale du Kurdistan. Des témoins oculaires ont déclaré que des signes de torture étaient visibles sur le corps du jeune homme.

Source : Iran News Wire

adcali.com 3 janvier 2020