, , , ,

Répression N’oublions pas les violations des droits humains en Iran.

Le régime iranien a constamment réprimé les libertés et a recours systématiquement à des violations des droits humains en Iran.

Les gens font des grèves, mènent des protestations et des manifestations antigouvernementales depuis un certain temps, faisant savoir qu’ils en ont assez du régime despotique qui ruine leur vie, leur pays et l’économie de l’Iran. Ils ont dit qu’ils voulaient que le régime cesse de s’immiscer à l’étranger et ils n’accepteront rien de moins qu’un changement de régime, car ils savent qu’il est incapable de se réformer.

En matière de politique étrangère, le régime intensifie sa belligérance et démontre qu’il n’a aucun intérêt à être un acteur mondial légitime. Il a attaqué des navires dans la région du Golfe et lancé des missiles sur une importante installation pétrolière saoudienne. Il a saisi plusieurs pétroliers, dont un navire battant pavillon britannique. Il a semé le chaos dans toute la région, en particulier au Yémen, en Syrie et en Irak.

La pire action que la communauté internationale puisse prendre est le silence et l’apaisement. Le silence et l’apaisement ont causé le problème parce que le régime s’est habitué à l’impunité. Il a intensifié sa belligérance parce qu’il s’est habitué à ne pas être contesté.

Encore aujourd’hui, les responsables iraniens qui ont joué un rôle dans le massacre de 1988 n’ont toujours pas été tenus pour responsables. Le massacre de 1988 est le crime contre l’humanité le plus horrible de ces derniers temps. Le Guide suprême de l’époque a ordonné l’exécution de prisonniers politiques. Plus de 30 000 personnes ont été exécutées au cours d’une courte période estivale. La plupart des victimes étaient des partisans et des membres de la plus importante opposition iranienne,MEK.

Un grand nombre des membres des prétendues « commissions de la mort » qui ont donné leur feu vert pour les exécutions sont maintenant des responsables de haut rang occupant des postes importants. Non seulement ils ont joué un rôle dans un crime aussi sanglant, mais ils ont également obtenu l’impunité et des rôles de haut niveau au sein du régime.

Les personnes exécutées lors du massacre de 1988 ont été enterrées dans des fosses communes et non marquées. Les familles continuent de souffrir et ceux qui militent pour que justice soit rendue à leurs proches ont été réduits au silence, menacés, torturés et même emprisonnés par les autorités.

En n’étant pas tenu pour responsable de ce crime, le régime continuera de faire fi des droits de l’homme des Iraniens. Certains des plus grands défenseurs des droits humains dans le monde, en particulier les pays occidentaux, ne parviennent pas à résoudre les difficultés du peuple iranien.

Il serait utile que les gouvernements occidentaux fassent en sorte que les droits humains ne soient pas une option, mais un facteur déterminant dans toutes les relations avec l’Iran. Revenir en arrière et tenir le régime responsable du massacre de 1988 et veiller à ce que toutes les relations actuelles et futures avec l’Iran reposent sur le respect des droits humains devrait aller de soi.

Une enquête approfondie et indépendante sur le massacre de 1988 doit être menée. C’est une affaire inachevée qui a marqué la grande nation et le peuple doit comprendre que leurs droits et leur quête de justice sont importants. Cela aurait dû être fait il y a des années, mais mieux vaut tard que jamais.

Source : Stop au Fondamentalisme

adcali.com 28 Octobre 2019

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *