, , , , , ,

Roland Marchal : “On ne peut pas arrêter des gens sur des bases arbitraires”

Entretien |Après plus de neuf mois de détention en Iran, le chercheur Roland Marchal, de retour en France, raconte l’arbitraire et l’isolement, mais aussi la difficulté de penser le changement dans un pays sclérosé, où sa compagne, la scientifique Fariba Adelkhah, est toujours détenue.

Roland Marchal, chercheur au Ceri Sciences Po, spécialiste de l’Afrique, a été arrêté à Téhéran le 5 juin 2019. Il rendait visite, comme il le fait régulièrement depuis des années, à sa compagne Fariba Adelkhah, une anthropologue spécialiste de l’Iran. Libéré le 20 mars dernier après plus de neuf mois de détention, pour la première fois, il revient pour la Rédaction internationale de Radio France et pour RFI sur une expérience douloureuse, celle d’un système judiciaire où règne l’arbitraire, celle d’un système carcéral qui isole, aux antipodes, pour lui, d’une société iranienne en demande de changement.

Alors que Fariba Adelkhah, franco-Iranienne, est toujours détenue à la prison d’Evin, à Téhéran, il pointe l’urgence de protéger ceux qui, par leur regard lucide et scientifique, éclairent le débat public, créent les conditions d’une évolution de la société, en Iran et ailleurs. Parce que celle qu’Emmanuel Macron a appelée publiquement “notre compatriote Fariba Adelkhah” n’a fait qu’une chose : “Parler de la société iranienne comme elle est. Pas comme on veut qu’elle soit en Occident ou chez les Gardiens de la révolution, mais de cette société telle qu’elle fonctionne réellement”, explique Roland Marchal. Et c’est tout ce qu’on peut lui opposer.

Le jour où tout a basculé
Que s’est-il passé le 5 juin 2019, à votre arrivée à Téhéran ?

Cela a été très rapide. Je suis descendu de l’avion. J’étais en train de préparer les formalités pour obtenir un visa à l’aéroport, comme c’est devenu possible depuis quelques années pour l’Iran. C’est une des raisons pour savoir quand je vais à Dubaï ou à Doha, j’essaye de faire un petit crochet par Téhéran pour voir mon collègue Fariba Adelkhah. Et c’est pendant ces formalités que j’ai été arrêté, conduit dans une salle dans l’aéroport, interrogé pendant cinq-six heures et puis ensuite conduit dans une cellule où j’ai dormi, la nuit, à l’intérieur de Tehéran, je pense dans un camp militaire. J’ai appris beaucoup plus tard que j’avais été arrêté par les pasdarans [les Gardiens de la révolution, ndlr] et, le lendemain matin, j’ai été conduit à la prison d’Evin. Un procureur m’a signifié les charges pesant contre moi et j’ai été mis en cellule très rapidement, dans un quartier de haute sécurité sous la seule autorité des Gardiens de la révolution.

En savoir plus:
https://www.franceculture.fr/geopolitique/roland-marchal-en-iran-comme-ailleurs-il-faut-rappeler-lurgence-et-la-necessite-du-debat-public?fbclid=IwAR2fkcTC2Xu3HRoTxQ3QcBq9gncqzCxTFs5dfMBbrD9J-oV3OXONyA9gu-o

adcali.com 21 Avril 2020