Posts

, ,

La pauvreté croissante en Iran : ” Je peux difficilement me permettre d’acheter une miche de pain ! “

Avec plus de 150 millions de barils de réserves pétrolières prouvées, l’Iran détient la troisième ou quatrième réserve mondiale de pétrole (selon différents types d’estimation) parmi les pays producteurs de pétrole.

Seulement deuxième après la Russie, l’Iran possède également l’une des plus importantes réserves gazières au monde.

L’Iran est également classé parmi les 15 principaux pays riches en minéraux, avec la plus grande réserve de zinc du monde, la deuxième plus importante réserve de cuivre, la 9ème plus grande réserve de fer, la 10ème plus grande réserve d’uranium, etc.

adcali.com 21 seotember 2018

, ,

Province du Sistan-et-Baloutchistan: sang et douleur en Iran.

La province iranienne du Sistan-et-Baloutchistan est sans aucun doute au cœur de chaque conversation sur la pauvreté, la malnutrition, le manque d’infrastructures, le manque d’eau, le chômage et les difficultés d’accès à l’éducation en Iran.

Malnutrition
Selon un représentant de cette province au Parlement des mollahs, plus de 95% de la population n’a pas accès à l’alimentation et à la nutrition dans cette région. 75% d’entre eux vivent dans la pauvreté absolue, dans des conditions similaires à celles des déserts africains.

Plus de 40 % des enfants de moins de 5 ans souffrent d’insuffisance pondérale et ont une taille inférieure à la moyenne. La prévalence de la carence en fer a doublé par rapport à l’indice de l’Iran, tous groupes d’âge confondus. La salubrité des aliments est une grande préoccupation dans cette province.

Dormir dans des tombes et des cartons
En raison d’un manque croissant d’abris, de nombreuses personnes dorment dans des tombes, des cartons et des tentes déchirées, sur les côtés des rues, dans les parcs et à proximité des places principales.

Pénurie d’eau
Un responsable du régime a récemment annoncé que les réserves d’eau des barrages de cette province ne dureront qu’environ 5 mois, et que la pénurie d’eau potable est le principal problème de cette province.

Rappelant que le Sistan-et-Baloutchistan est dans le pire état de son histoire en termes de réserves en eau, l’agence de presse officielle Tasnim a expliqué que la population souffre d’un manque d’eau et ses bétail est en voie d’extinction.

Dans de nombreux villages, les habitants boivent l’eau contaminée des villages voisins. La sécheresse qui sévit depuis plusieurs années, en particulier cette année, a entraîné l’assèchement de milliers de « qanâts » dans la province. (Un qanat est un ouvrage destiné à la captation d’une nappe d’eau souterraine et l’adduction d’eau vers l’extérieur.)

Mauvaise qualité de l’éducation

Les écoles de cette province sont toutes privées des infrastructures les plus élémentaires. En fait, de nombreux villages et villes de cette province ont été étiquetés comme ayant l’éducation la plus pauvre du pays.

Dans la ville de Khash, par exemple, plus de 26 établissements sont dirigés par un seul « soldat-enseignant » à tous les niveaux d’études, dans des espaces très restreints et de faible qualité. Beaucoup d’autres villages sont dépourvus d’école.

Mauvaise communication
Au Sistan-et-Baloutchistan, il y a environ 5000 villages, chacun avec plus de 20 familles. 95% de ces personnes n’ont ni internet ni téléphone et aucun moyen de communication avec le reste du monde. Ce qui signifie qu’en cas d’urgence, elles ne sont pas en mesure d’appeler à l’aide, ce qui augmente considérablement les risques d’accidents.

C’est une honte pour un pays comme l’Iran, qui est très riche en ressources naturelles, en particulier en pétrole et en gaz, de voir sa population vivre dans une pauvreté extrême.

Le régime est tellement négligent envers la population qu’au lieu d’améliorer leur vie, il dépense des milliards de dollars (provenant des réserves monétaires nationales) à des fins funestes, tant à l’intérieur pour la répression du peuple iranien, qu’à l’étranger en s’ingérant dans les guerres en Syrie, au Yémen, au Liban et en Irak.

La pauvreté s’est tellement aggravée que des milliers d’Iraniens, de toutes origines sociales, ont crié à l’aide, comme en témoignent les protestations des derniers mois. Leur message est clair : ce régime doit être renversé et remplacé par un système basée sur la justice et la démocratie ; une Alternative qui peut mettre fin à 40 ans d’une misère incroyable !
adcali.com 15 septembre 2018.

, ,

Iran:Le beau message de la famille du prisonnier politique, le martyr Ramin Hussein Panahi, à propos de son témoignage …

Amjad Hossein Panahi a publié un beau message sur sa page Twitter au nom de la famille Hossein Panahi. Une partie du message se lit comme suit:

“Aujourd’hui, nous sommes heureux. Nous avons gagné. C’est un grand honneur que notre fils ait été martyrisé pour la liberté du peuple du Kurdistan.”

Adcali.com 12 Septembre 2018

, ,

les prisonniers politiques exécutés en Iran.

trois autres de nos frères ont été exécutés par le régime pervers. Ramin Hossein Panahi, Zaniyar Moradi et Loghman Moradi.

Ceci Trois prisonniers politiques dans la prison de Rejay Shahr à Karaj (province d’Alborz,à l’ouest de Téhéran) .et à la province d’Alborz, le samedi 8 septembre Ils ont été exécutés

Leur inébranlable résistance contre les mollahs ne sera jamais oubliée. Avec toute la pression, la torture et la pression, ils ne se sont jamais rendus.

pour Sauver ces trois prisonniers de a l’exécution, ont mis en place une campagne internationale des ONG, mais Amnesty International, réclamant l’arrêt de la peine capitale.

adcali.com 9 septembre 2018

Zaniyar Moradi et l’exécuté hier …

نوای ساز و آواز #زانیار_مرادی با صدای خودش و با ساز خودش نوایی که از امروز تا همیشه در گوشمان میماند🌹🌹#براندازم#IranRegimeChange #RaminHosseinPanahi#لقمان_مرادی#رامین_حسین_پناهی

Posted by Batool Fe on Sunday, September 9, 2018

, ,

Iran:Today, 3 more of our brothers were executed by the evil regime.

Ramin Hossein Panahi, Zaniyar Moradi, and Loghman Moradi.

Their incredible steadfastness against the mullahs will never be forgotten. No matter how much pressure and torture they were under, they never gave up and they stood firm until the end.

You three taught us resistance..

Ramin Hossein Panahi, Zaniyar Moradi, and Loghman Moradi.

Their incredible steadfastness against the mullahs will never be forgotten. No matter how much pressure and torture they were under, they never gave up and they stood firm until the end.You three taught us resistance..

An undated picture of Ramin Hossein Panahi.
ERBIL, Kurdistan Region – Ramin Hossein Panahi was executed by Iran early Saturday morning, his brother confirmed.

There are reports that two other Kurdish prisoners on death row, Loghman Moradi and Zanyar Moradi, have also been executed.

Panahi was hanged at 5:00 Saturday morning in Iran’s Rajaee Shahr Prison west of Tehran, his brother Amjad Hossein Panahi confirmed to Rudaw English.

“And we have not received back his body yet,” he said.

A member of the Kurdish party Komala, Panahi was arrested in June 2017 during a confrontation with security forces. Iranian authorities allege he was armed at the time.

Panahi denied the charge.

Membership in opposition parties like Komala does not carry the death sentence.

Human rights organization Hengaw reported that Loghman Moradi and Zanyar Moradi were also executed in Mariwan.

The two are cousins and were arrested by Iranian police in 2009 and charged with the 1988 assassination of the son of the preacher of Mariwan.

Their mothers recently issued pleas for their release.

UN rights experts called on Tehran to halt their execution in a statement on Friday and reiterated an earlier appeal on Panahi’s behalf.

“We urge the Government of Iran to immediately halt their executions and to annul the death sentences against them in compliance with its international obligations,” stated Agnes Callamard, Special Rapporteur on extrajudicial, summary or arbitrary executions and Javaid Rehman, Special Rapporteur on the situation of human rights in the Islamic Republic of Iran.

They expressed concern that the cousins were tortured while in custody and did not receive a fair trial.

A prison officer told Panahi a few days earlier that his death would be used as an intimidation tactic.

He was executed a few hours before Iranian forces began shelling the headquarters of Kurdish-Iranian parties in the Kurdistan Region.

PDKI’s headquarters were shelled while the group was having a leadership meeting.

#Iran

, ,

Iran : Au moins huit prisonniers pendus à la prison de Rajaï Chahr.

Le mercredi 5 septembre, un groupe de huit prisonniers a été pendu à la prison de Rajaï Chahr, en Iran.

les personnes exécutées s’appellent Reza Ghasemi, Zolalzadeh, Amir Amindokht, Seyed Mahmood Hosseini, Mehdi Tajik, Akbar Salimi, Kazem Ibrahimkhani et Shahab Taghizadeh.

Depuis le soulèvement du peuple iranien de décembre dernier à maintenant l’exécution de la jeunesse a augmenté .

adcali.com 7 septembre 2018

, ,

Iran : Les combats entre les pasdarans et les forces kurdes entraînent la mort de plusieurs porteurs transfrontaliers iraniens

On déplore la mort d’au moins un porteur transfrontalier et les blessures de cinq autres près de la frontière irano-iranienne, depuis le 23 août 2018, a appris le Centre pour les droits humains en Iran .

Les nouvelles des victimes nous parviennent presque un an après la promesse de l’Iran de mettre en œuvre des réformes visant à protéger les droits humains des porteurs transfrontaliers ou « koulbars », en farsi.

Des milliers de koulbars, dans les régions frontalières du nord-ouest de l’Iran, en difficulté économique et peuplées de Kurdes, gagnent des misères en transportant des marchandises sur leur dos à pied ou sur des chevaux et des mules, principalement entre l’Iran et l’Irak. Les hommes, qui n’ont pas de permis de travail, sont souvent pris pour cibles par les gardes-frontières iraniens lorsqu’ils tentent d’éviter les points de contrôle douaniers.

Récemment, de nombreux hommes, qui ne sont pas légalement autorisés à travailler comme koulbars, ont été contraints de parcourir des routes jonchées de mines au sol pour éviter d’être attaqués par les gardes-frontières iraniens qui subissent de plus en plus d’attaques de la part des militants kurdes.

« Les affrontements entre les groupes kurdes et les pasdarans sont devenus plus fréquents et, par conséquent, de nombreux sentiers traditionnels ont été fermés », a déclaré une source de la province iranienne du Kurdistan. « Les chemins restants sont complètement minés et plus difficiles à parcourir ».

La source a requis l’anonymat parce que les autorités iraniennes ont poursuivi des personnes pour avoir parlé à des médias étrangers sur des questions relatives aux droits humains.

« Le 23 août, un koulbar a été blessé par balle et, le lendemain, au moins quatre koulbars ont marché sur une mine à Marivan « ville de la province du Kurdistan), en tuant un des leurs »,

Le 27 août, le Centre de la démocratie et des droits de l’homme au Kurdistan (CDHRK), un groupe de défense des droits humains, basé en Iran, a dévoilé les noms de six victimes depuis le 23 août : décès de Nasser Banouj et blessures de « Mansour, fils de Majid », « Eghbal, le fils d’Ahmad » et « Ebrahim, le fils de Mohammad » lors de l’explosion de mines, en plus des blessures infligées à Osman Ghadimi et Ayoub Nikzad par des balles tirées par les gardes-frontières.

Selon le CDHRK, entre le 23 juillet et le 22 août, 17 koulbars ont été blessés ou tués par des explosions de mines ou des balles tirées par des gardes-frontières.

adcali.com 6 septembre 2018

,

L’assassinat de militants écologistes dans un incendie délibéré par le des gardiens de la révolution iranien.

La première source de reportage de complot par les gardiens de la révolution quelques minutes après l’assassinat brutal de militants écologistes
.
Selon cette source, ce qui est arrivé samedi dans la région de Marivan Salsi, et les événements ultérieurs qui indiquent que la mort de Sharif Bajaur, Omid Konepooshi et leur entourage, étaient le scénario et de complot prévu par le CGR.

La source a ensuite fait référence à une autre personne nommée “Iqbal Moradi” qui se trouvait également sur les lieux de l’incendie et a également décrit comme une personne travaillante, indiquant qu’il avait disparu depuis samedi, malgré les blessures. “Depuis le jour de l’incendie, personne ne connaît le sort et l’emplacement de l’emprisonnement d’Iqbal Muradi et de l’emplacement de la possession”, a indiqué cette source.

On dit que les informations collectées indiquent le plan dangereux et planifié des institutions de sécurité du gouvernement iranien.

De cette manière, après un feu délibéré dans les forêts du village de Sully, les auteurs du complot avec la machine de secours d’un conducteur dont l’identité est inconnue sont dirigés vers la cheminée. Les comploteurs alors mis en place un scénario et tué « Sharif Bajaur », « vieille croyance », et deux témoins de ce crime brutal, Mohammad Pajouhi et Mercy Hectamania, et les brûler vifs. Le nettoyage de deux hommes armés en les tuant et la disparition d’autres témoins (Moradvisi et Iqbal Moradi) ont été faits pour couvrir le complot.

D’autre part, selon des informations fiables, des unités anti-émeutes spéciales ont été déployées samedi de Seneh à Marivan. Une source directe a déclaré à l’agence de presse érythréenne que les développements actuels à Marivan suggèrent une conspiration des agences de sécurité pour réprimer les institutions populaires et arrêter les activistes civils.

La première source de reportage de complot par les gardiens de la révolution quelques minutes après l’assassinat brutal de militants écologistes
.
Selon cette source, ce qui est arrivé samedi dans la région de Marivan Salsi, et les événements ultérieurs qui indiquent que la mort de Sharif Bajaur, Omid Konepooshi et leur entourage, étaient le scénario et de complot prévu par le CGR.

La source a ensuite fait référence à une autre personne nommée “Iqbal Moradi” qui se trouvait également sur les lieux de l’incendie et a également décrit comme une personne travaillante, indiquant qu’il avait disparu depuis samedi, malgré les blessures. “Depuis le jour de l’incendie, personne ne connaît le sort et l’emplacement de l’emprisonnement d’Iqbal Muradi et de l’emplacement de la possession”, a indiqué cette source.

On dit que les informations collectées indiquent le plan dangereux et planifié des institutions de sécurité du gouvernement iranien.

De cette manière, après un feu délibéré dans les forêts du village de Sully, les auteurs du complot avec la machine de secours d’un conducteur dont l’identité est inconnue sont dirigés vers la cheminée. Les comploteurs alors mis en place un scénario et tué « Sharif Bajaur », « vieille croyance », et deux témoins de ce crime brutal, Mohammad Pajouhi et Mercy Hectamania, et les brûler vifs. Le nettoyage de deux hommes armés en les tuant et la disparition d’autres témoins (Moradvisi et Iqbal Moradi) ont été faits pour couvrir le complot.

D’autre part, selon des informations fiables, des unités anti-émeutes spéciales ont été déployées samedi de Seneh à Marivan. Une source directe a déclaré à l’agence de presse érythréenne que les développements actuels à Marivan suggèrent une conspiration des agences de sécurité pour réprimer les institutions populaires et arrêter les activistes civils.

adcali.com 5 septembre 2018

, ,

Iran:Women’s News -Arrest of women’s rights activists signal crisis in Iran human rights.

Arrest of women’s rights activists signal crisis in Iran human rights. Amnesty International issued a statement on September 3, 2018, warning that the arrests of lawyers and women’s rights activists in Iran signal intensifying crackdown on civil society.

The statement reads in part, “Human rights lawyer and women’s rights activist Hoda Amid was arrested at her home on 1 September, just a day after the arrests of human rights lawyers Payam Derafshan and Farokh Forouzan. Payam Derafshan and Farokh Forouzan were arrested on 31 August while visiting the home of another recently jailed lawyer, Arash Keykhosravi, in the city of Karaj, north-west of Tehran.

“Also, on 1 September, women’s rights activist Najmeh Vahedi was arrested by the Intelligence Unit of the Revolutionary Guards at her home in Tehran.”

“These latest arrests are a blatant attempt to silence those advocating for human rights in Iran,” said Philip Luther, Amnesty International’s Research and Advocacy Director for the Middle East and North Africa.

“The human rights situation in Iran has reached crisis point. Mild expressions of concern are not enough. We call on the international community to demand that the Iranian authorities stop attacks on human rights defenders, including human rights lawyers and women’s rights activists. It should urge the authorities to immediately and unconditionally release those most recently detained and ensure that every detainee is provided access to a lawyer of their own choosing from the time of arrest.

“Given its ongoing dialogue with Iran, the European Union (EU) should be at the forefront of such calls,” Luther stressed.

Amnesty International pointed out in its statement, “The arrests of human rights lawyers are part of an attempt by the authorities to prevent them from being able to defend their clients, who are often human rights defenders or individuals who face the death penalty, including for crimes committed as a child.

“Hoda Amid had previously written about a campaign, entitled ‘Struggle to change the masculine face of Majles [parliament]’, which was launched before parliamentary elections in February 2016, with the aim of increasing women’s representation in parliament. She and Najmeh Vahedi had also worked to empower women and girls, including by teaching them how to protect their rights in marriage.”

adcali.com 04 September 2018

, , , ,

Iran:Le dollar échangé aujourd’hui à Téhéran 13000 tomans !

tomans ! la dégringolade de la monnaie du régime des mollahs en Iran se poursuit à une vitesse vertigineuse. #Iran #Economie #CHANGE #IranProtests #IranRegimeChange

adcali.com 3 septembre 2018