Posts

, ,

Iran – La Fête du mercredi : Khamenei se prononce contre les traditions iraniennes.

Ali Khamenei, le Guide suprême de la République islamique, s’est prononcé contre la Fête du mercredi (ou la Fête du feu), une tradition millénaire iranienne.
Le Guide suprême de la République islamique s’est prononcée contre la “Fête du mercredi” (Chaharchanbeh Suri), l’une des fêtes les plus joyeuses de la tradition du pays.

Répondant à une demande de fatwa sur cette fête iranienne qui prend ses racines dans la naissance de la civilisation arienne, Ali Khamenei l’a quasiment interdite, selon l’agence de presse Tasnim qui a publié mardi 19 mars, sa réponse écrite à cette demande.

“La Fête du mercredi n’a aucun antécédent religieux et elle n’est pas permise si elle provoque des préjudices et la corruption morale, ou si elle est la cause de la propagation de convictions déviationniste”, a écrit Khamenei, cité par Tasnim.

Depuis son avènement, la dictature religieuse a constamment tenté en vain d’interdire cette fête qui offre chaque année aux Iraniens l’occasion d’exprimer leur opposition au pouvoir en place.

Partagez

adcali.com 20 mars 2019

Iran: Des jeunes femmes arrêtées lors des manifestations d’août condamnées la prison en Iran

Azar Heydari a été condamnée à un an de prison en Iran. Niloufar Homafar et Mojdeh Rajabi ont chacune été condamnées à six mois de prison. Ces jeunes femmes avaient été arrêtées lors des manifestations du 2 août 2018, devant le parc Daneshjou au centre de Téhéran.

Auparavant, le pouvoir judiciaire avait condamné à des peines de prison d’autres jeunes femmes arrêtées lors des manifestations d’août. Yassamine Ariani, 23 ans, et Saba Kord-Afshari, 19 ans, ont chacune été condamnées à un an de prison. Elles été en détention provisoire à la prison de Qarchak à Varamine. Les jeunes femmes ont été transférées à la prison d’Evine à Téhéran après l’annonce de leurs verdicts.

Les forces de sécurité en Iran ont arrêté au moins 1 000 manifestants lors des manifestations d’août 2018. Le ministre de l’Intérieur a reconnu que le mouvement s’était étendu à 27 villes dans 13 provinces, selon l’agence IRNA du 21 août 2018.

Les forces de sécurité et de renseignement ont également ré-arrêté en août un certain nombre de militants des droits humains et de manifestants qui avaient été arrêtés lors du soulèvement de décembre-janvier mais libérés sous caution par la suite.

Des étudiantes, dont Parissa Rafi’i, Roya Saghiri, Soha Morteza’i et Maryam (Massoumeh) Mohammadi, qui avaient été arrêtées en décembre et janvier, ont été condamnées à des peines de 2 à 7 ans de prison.

Les Iraniennes ont eu un impact efficace sur la vague de protestations qui a déferlé sur le pays en août, à tel point que le Corps des gardiens de la révolution et les médias du régime ont été contraints de s’exprimer.

Rassoul Sana’i Rad, directeur politique au bureau politico-idéologique de Khamenei, a admis qu’environ 28 % des personnes arrêtées lors des soulèvements d’août étaient des femmes selon l’agence Mehr du 15 août 2018.

adcali.com 06.11.2018

, ,

L’attaque contre la communauté iranienne à Paris a par Le gouvernement iranien et par les ordres de Khamenei et Rohani، enfin a été confirmé …

L’inaction face au terrorisme sans entrave des mollahs, dont les diplomates sont directement impliqués, laisse la porte ouverte à la poursuite des crimes commis par le régime théocratique. Par conséquent, l’Union européenne et tous les pays européens doivent adopter une politique décisive. L’expulsion de tous les agents de Renseignement du régime, ceux qui travaillent dans des portefeuilles diplomatiques, ou ceux qui travaillent en tant que journalistes ou homme d’affaires, ou au sein d’autres associations de couverture, fait partie de cette politique. Les ambassades et les représentations du régime devraient être fermées et les ambassadeurs européens devraient être rappelés d’Iran.

adcali .com 2 Octobre 2018

En savoir plus sur les liens ci-dessous:

https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/10/02/attentat-dejoue-de-villepinte-des-avoirs-iraniens-geles_5363334_3218.html

https://www.francetvinfo.fr/monde/terrorisme-djihadistes/attentat-dejoue-a-villepinte-une-source-diplomatique-francaise-accuse-l-iran-d-avoir-commandite-le-projet-teheran-dement_2967109.html

https://www.nouvelobs.com/monde/20181002.OBS3281/assadi-l-espion-iranien-qui-voulait-commettre-un-massacre-en-france.html

https://www.20minutes.fr/societe/2347023-20181002-attentat-dejoue-villepinte-teheran-veut-dissiper-malentendu-paris

http://www.leparisien.fr/faits-divers/attentat-dejoue-a-villepinte-l-allemagne-va-extrader-un-diplomate-iranien-01-10-2018-7907664.php#xtor=AD-1481423551

,

Iran: Khamenei, Rouhani Ordered Bomb Attack Against Free Iran 2018 Gathering in Paris.

Iranian regime’s offices in Europe should be shut down, and its intelligence and Quds Force agents should be expelled

The German Federal Prosecutor announced in its statement on July 11 that German judiciary had ordered the arrest of Assadollah Assadi, a mullahs’ terrorist diplomat, on charges of espionage and collaboration for murder.

He had previously been arrested on July 1 based on a European arrest warrant. According to the statement, Assadi had commissioned a couple residing in Antwerp in March 2018 to carry out an assault using explosives on the Iranian’s annual grand gathering in France on June 30, 2018, and gave them 500 grams of the explosive TATP in Luxemburg in late June. The statement added, Assadi was a member of the “Ministry of Intelligence and Security,” whose tasks “primarily include the intensive observation and combatting of opposition groups inside and outside of Iran.” It added that the German’s judiciary warrant would not hinder Belgium’s extradition request for the suspect.

Belgian security and prosecutors previously described the two arrested terrorists in Belgium as one of the regime’s sleeping cells that had been directed by Assadi for many years (De Standaard- July 4th), and a Belgian judicial spokesman said, “Practically all employees of Iranian embassies are part of the Iranian Secret Service.” (NBCnews.com- July 6th).

According to reliable intelligence from inside the regime, this terrorist act was decided months ago by Iran’s supreme leader, the president, foreign and intelligence ministers, the secretary of the Supreme National Security Council, the Revolutionary Guards, the Quds Force, the IRGC’s intelligence Organization, and the deputy for political-security affairs of Khamenei’s office. The Ministry of Intelligence and Assadollah Assadi, the MOIS station chief in Austria, were assigned to carry out the operation. Since a few years ago, the MOIS station in Vienna had become the coordinator of the MOIS stations in Europe.

In fear of the consequences of the exposure of its terrorist operation against mass number of innocent civilians, and paranoid about the revelations of its other terrorists, the mullahs’ regime seeks to see Assadi would be extradited to Austria and subsequently be transferred to Iran. As such, the clerical regime has resorted to intimidation, blackmail and offering concessions. This is while this terrorist diplomat was active in the preparation for a crime against humanity at the heart of Europe and was directing it.

During their visit to Austria last week, Rouhani and Zarif met with Austria’s former minister of defense, who has had a very active and close relations with the mullahs’ regime since years ago, in order to have him take the lead to try to free Assadi. The regime’s foreign ministry has claimed in its internal reports that the Austrian government is willing to close the case quickly and will utilize its resources for this purpose.

attempts regime to divert the investigations and to help its terrorist diplomats in general, and Assadi in particular escape the justice, But the Iranian people calls for the closure of regime’s embassies and representative offices, and the expulsion of terrorist diplomats and the MOIS and Quds Force agents. This is in accordance with the decision of the Council of Europe on April 29, 1997, which stipulated that the mullahs’ mercenaries and intelligence and security agents should be expelled from European Union Member States and not allowed to enter EU Member States.

adcali . com July 12, 2018

,

Iran: Bahman Varmaziyar a été exécuté aujourd’hui par la dictature répressive iranienne.

A l’aube de ce 18 avril Bahman Varmazyar, un été pendu à Hamedan. Il avait participé à un vol. Il avait rendu l’argent et fait pardonner par les victimes.

Le demandeur a abandonné l’affaire,Malgré l’abandon de l’affaire et l’appel de sa famille à suspendre l’exécution, la dictature brutale l’a encore exécuté! Sa mère a même vomi du sang après avoir entendu que son fils risquait d’être exécuté.

Cher Bahman, il y aura bientôt un jour où Khamenei et tous les fonctionnaires du régime devront répondre de leurs crimes.

Le peuple iranien aura la justice.

adcali.com 18 Avril 2018

, ,

Bien que le régime des mollahs essaie d’arrêter l’horloge, il le fait ،Le grand “nettoyage La maison”de l’Iran est en route

Le grand “nettoyage La maison”de l’Iran est en route

Le mouvement de protestation n’a pas cessé. Les vagues de protestations se succèdent. C’est ainsi que les gens se lèvent et créent leur véritable fête de la liberté.
Cet hiver, entremêlé de protestations et de soulèvements, va maintenant donner sa place au printemps de manière à préparer l’année à venir pour le mouvement et le soulèvement et pour le progrès vers la victoire et la liberté.
En réalité, les manifestations n’ont pas arrêté leur mouvement malgré les nombreuses arrestations et en particulier le massacre par le régime de jeunes innocents sous la torture. Le mouvement a continué à prospérer dans la grève générale de Baneh, les protestations étendues des ouvriers sidérurgiques d’Ispahan, les protestations des travailleurs de l’usine de canne à sucre Haft Tappeh au Khuzistan et le soulèvement des fermiers dans l’est d’Ispahan. Les vagues de protestations se succèdent.
C’est ainsi que les gens se lèvent et créent leur véritable fête de la liberté.
La montée de ce Nowrouz heureux est couplée à la chute de l’ancien régime et des fondamentalistes au pouvoir. La tyrannie religieuse des mollahs est confrontée à de multiples défis: un puissant mouvement de protestation populaire, une lutte interne contre l’héritier de Khamenei, des ressources financières en baisse, une impasse dans la guerre en Syrie, des tensions internationales sur son programme de missiles balistiques et le JCPOA. Le Corps des Gardes de la Révolution (CGRI), etc. Cependant, le plus terrifiant pour le régime est quatre incidents majeurs:
Les choses les plus terrifiantes pour le régime sont quatre grandes difficultés: les chants omniprésents de “mort à Khamenei”, l’éruption des protestations malgré une suppression maximale, et l’absence de chèvres d’évasion externes telles que la guerre contre l’Irak ou la lutte contre Daesh; l’assistance des partisans de la politique d’apaisement. Cette année, contrairement aux années précédentes, le régime n’a pas d’issue.
La dictature cléricale est dans une impasse qui est le produit d’années de persévérance inébranlable du peuple iranien, de ses vaillants enfants à l’OMPI et des manifestants. Ceci est, bien sûr, très important, mais ce qui est le plus inspirant pour le peuple iranien, c’est le nouvel horizon qui a émergé des soulèvements de décembre et de janvier et qui va répondre à la question du changement de régime par 1.000 bastions de rébellion. et l’armée de la liberté.
Le moment est venu pour la grande maison de nettoyage dans notre patrie.
Le véritable Nowrouz de l’Iran est en route.

adcali.com 17 Mars 2018

,

Selon le mollah supérieur du régime iranien, les manifestants sont des rebelles et doivent être exécutés.

 

Plus nous en avons, plus nous construisons de supports et élargissons leur portée et soutenons le Hezbollah.

Suite aux protestations en cours par le public et les jeunes le 1er Février à la veille du 40 e anniversaire de la règle du fascisme religieux en Iran, Khamenei, le guide suprême du régime, a envoyé membre mollah Ahmad Khatami, du conseil d’administration du régime de Assemblée d’experts à Téhéran Prière du vendredi pour intimider les personnes montantes et les manifestants.

Khatami, peur de la haine des gens du régime et de ses dirigeants, a appelé le dictateur « le souverain juste de l’islam » et a déclaré: « je l’ai dit une fois dans la sédition de 2009 et je dis encore maintenant que dans notre jurisprudence, celui qui vient dans les rues contre le souverain juste de l’islam, met le feu et tue les gens, il est un insurgé contre l’Islam et dans notre jurisprudence sa peine est mort. Nous devons affronter les émeutiers, être les étudiants, ou religieux ou autre … Vous devez être en colère contre les dirigeants des émeutiers et les traiter catégoriquement »(Fars, Agence de presse IRGC – 2 février).

Mollah Khatami, face à face contre la communauté internationale pour mettre un terme à des programmes de missiles de mauvais augure du régime, les activités de missiles ridiculement attribué au Coran et dit: « Sur les ordres du Coran dans le domaine de la dissuasion, nous allons faire des missiles comme autant que nous voulons et nous augmenterons sa gamme autant que nous voulons, et nous ne négocions pas avec personne et ne le ministre français des Affaires étrangères et d’autres auront permettre à aucun gouvernement d’intervenir. pour enlever les écouteurs de leurs oreilles, et S’ils veulent négocier ce problème, nous leur répondrons à l’avance. ”

Le temps est révolu depuis longtemps pour Khamenei et des cris effrayants de Khatami, et le peuple et ressuscités jeunes sont déterminés à renverser le fascisme religieux au pouvoir en Iran. Le régime de Velayat-e faqih sera enterré pour toujours avec toutes ses bandes et le peuple iranien, la région et le monde s’en débarrasseront.

www.adcali.com -6 . février . 2018

,

Les protestations des Iraniens à travers le pays se répandent sous diverses formes. Voici pour l’exemple quelques activités enregistrés partiellement sur deux jours.

Le soulèvement iranien 
Les protestations des Iraniens à travers le pays se répandent sous diverses formes. Voici pour l’exemple quelques activités enregistrés partiellement sur deux jours.

Le 22 janvier, les villes et les villages aux quatre coins pays ont été témoins des protestations de revendication et d’activités visant le régime criminel et corrompu du Guide suprême:

1. À 23h, à la suite du discours de Rohani, le pseudo président du régime, des jeunes lançant les slogans de “les Mensonges n’ont pas d’effet“,”Réformateur, conservateurs, le jeu est maintenant terminé“, ont protesté dans le quartier Vanak à Téhéran, vers la place Valiasr, dans les rues de Jayhoun et Kamali. Des groupes de Gardiens de la Révolution et de la milice Bassidj sont intervenus et ont attaqué les rassemblements. Dans le cyberespace, les gens se moquaient des promesses trompeuses de Rohani en exposant largement ses mensonges.

2. Lundi après-midi, l’action des policiers dans le village de Delgan à Iranshahr (province du Sistan et du Baloutchestan) pour écraser un jeune motocycliste a provoqué la protestation de la population. La police a tiré pour disperser le peuple. Par la suite, des policiers ont fait une descente dans la maison d’un ancien du village pour arrêter un père et son fils. Les gens, en particulier des femmes courageuses, ont résisté aux mercenaires ce qui été entraînée un conflit. Deux femmes ont été blessées et emmenées à l’hôpital Khatam-al-Anbia d’Iranshahr en raison de tirs directs de agents du régime. Les forces de police répressives ont empêché les proches de ces femmes blessées de leur rendre visite à l’hôpital. Les jeunes et les habitants indignés ont alors attaqué le commissariat de Delgan pour protester contre ces répressions. Les mercenaires de la police qui ont paniqué se sont cachés pour échapper à la population. Les gens se rassemblèrent jusqu’au coucher du soleil vers la gare de la ville.

3. Le sous-sol et la salle du “Séminaire” du mollah Sadooghi, à Yazd, qui est un centre de répression dans la ville, a été incendié par des jeunes. Selon le mollah Taha Mohammadi, l’Imam de vendredi de la ville de Hamedan et le représentant de Khamenei dans cette ville, les bureaux de 60 mollahs liés au gouvernement ont été attaqués pendant le soulèvement. Le vendredi soir du 19 janvier, également un “séminaire” des mollahs a été incendié par des jeunes en colère dans la rue Peyghambar de Qazvin.

4. À Qom, deux ecclésiastiques du gouvernement qui s’activaient à réprimer la population ont été attaqués par des jeunesprès de l’intersection des martyrs de la ville, et leur voiture a été incendiée.

5. A Chiraz, le véhicule d’une patrouille des agents de répression appartenant à la municipalité a été incendié. Les agents répressifs des municipalités du régime ne cessent d’attaquer et de harceler les vendeurs de rues, qui n’ont aucune autre ressource, et de confisquer leurs biens, d’arrêter et de punir ces pauvres gens.

6. Le personnel du métro et les sous-traitants se sont rassemblés à Téhéran pour protester contre le non-paiement du salaire d’un an et leurs revendications devant le conseil municipal de Téhéran.

7. A la tombé de la nuit, un groupe de jeunes, dans le parc appelé Nahj ol-Balagheh à Téhéran scandait “Allah-o-Akbar”. Et appelait les Téhéranais à participer à ce mouvement de protestation en klaxonnant.

8. Les personnes spoliées par la caisse de l’Institut Alborz se sont réunies sur la place Argentine de Téhéran pour réclamer leurs dépôt d’argent pillés par l’institution.

9. Les entrepreneurs de la Téhéran Telecommunication Company, dont les réclamations et les salaires n’ont pas été payés depuis six mois ont protesté devant la compagnie de télécommunications.

10. Les travailleurs de l’entreprise de filature et de tricotage Foumanat à Téhéran, affiliée au ministère de l’Industrie et des Mines, se sont rassemblés pour protester contre les salaires impayés, ainsi que la vente et le transfert de l’entreprise à une personne qui ne remplissait pas les conditions requises pour diriger l’entreprise.

11. Les travailleurs de la Compagnie Traverse Railway Company à Téhéran et à l’ouest d’Azarbaidjan ont organisé un rassemblement de protestation devant le parlement à Téhéran.

12. Les villageois et les producteurs laitiers de Darreh Charm dans la province du Sud Khorasan ont refusé de payer des factures d’électricité pour protester contre les pressions croissantes et les factures d’électricité exorbitantes. Au lieu de s’attaquer au dilemme de ces personnes démunies, les agents du régime ont menacé de couper l’électricité du village.

13. A Yazd, 300 membres du personnel de l’éducation ont protesté contre le non-paiement de leurs salaires et des arriérés pendant 10 mois devant le gouvernorat provincial avec le slogan “Education honte, honte”. Les agents de renseignement du régime et les agents en civil les assiégeaient.

14. Dans le quartier Ludab de Boyer Ahmed, un groupe de personnes a bloqué la route pour protester contre l’absence de routes appropriées et l’intensification des problèmes de circulation.

15. A Khorramshahr, des travailleurs de la savonnerie ont protesté contre un différend vieux de cinq ans et le non-paiement de leurs salaires pendant cette période devant la mosquée Jameh.

16. Machhad, les camionneurs (propriétaires de béton et de bétonnières) ont protesté contre le fait que les taux de location de camions sont restés stables au cours des cinq dernières années malgré la forte hausse des prix, en particulier le fait que les prix du carburant ont été multipliés par sept.

17. Les investisseurs de Caspian (Badr Toos) ont organisé un rassemblement de protestation devant le bureau de cette société d’État pour escroquerie et pillage de leurs biens déposé dans cette caisse à Machhad.

18. A Tchah Bahar, les vendeurs de rue et les commerçants du marché traditionnel de la ville se sont rassemblés après l’attaque de minuit par les agents de la municipalité à leurs petits points de vente et leur transfert au marché traditionnel.

19. A Sirjan, un grand nombre de travailleurs et d’employés de la société minière Gohar Zamin Iron Ore Company ont fait grève pour protester contre la faiblesse des salaires de base et d’autres avantages sociaux.

20. Les ouvriers de l’usine de Carême (Compagnie Nazmehr) à Khorramabad se sont rassemblés devant le bureau du travail de la ville pour protester contre deux mois d’inactivité commerciale et le défaut de payer leur salaire de 9 mois.

Le 21 janvier, les manifestations se sont poursuivies dans diverses villes du pays, y compris

21. Un groupe de personnel et d’ouvriers de la cimenterie de Chaharmahal et de la province de Bakhtiari s’est réuni pour protester contre le licenciement des ouvriers et le manque de sécurité de l’emploi devant le gouvernorat de Shahrekord.

23. Les ouvriers de toutes les unités de l’entreprise de sous-traitance pétrochimique Bu-Ali Sina à Mahshahr ont entamé une grève de la faim après l’échec des pourparlers avec les dirigeants de l’entreprise.

24. A Dehlorans, les cimentiers licenciés ont protesté contre leurs conditions.

25. À Karaj, des employés de la Traverse Railway Company ont empêché le train de voyageurs de circuler pour protester contre le non-paiement de leurs bas salaires et avantages sociaux.

26. Le portrait de Khomeiny à proximité de sa tombe a été incendié. Les slogans “Mort à Khamenei” et « Mort au dictateur” ont été inscrit sur les murs de différentes villes par des jeunes. Le régime clérical, craignant la propagation de slogans sur les murs, a menacé les propriétaires d’ateliers de peinture et leur ont ordonné d’enregistrer l’identité des acheteurs de peinture en aérosol.

 

Le 23 janvier 2018